Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Pouvoir, mémoire et société en République populaire de Chine

Michel Bonnin et Joël Thoraval
p. 193-195

Texte intégral

Michel Bonnin, directeur d’etudes
Joël Thoraval, maitre de conferences

Nouveaux regards sur le politique en Chine

1Comme l’année précédente, « le politique » est ici interrogé non comme les multiples dimensions d’une vie politique (institutions, idéologies, mouvements), mais comme ce qui en constitue les conditions de possibilité. Même si le point de départ reste l’observation des phénomènes contemporains, tels que nous les décrit la sociologie politique, l’exercice consiste à dégager des horizons de sens présupposés mais pas toujours explicites dans les multiples discours qui nous viennent de la Chine d’aujourd’hui. Un recours permanent est fait à l’histoire intellectuelle et à l’anthropologie sociale, ainsi qu’au comparatisme (Japon) lorsque le sujet s’y prête.

2L’actualité (le prix Nobel accordé à Liu Xiaobo) a donné d’abord lieu à une lecture attentive de plusieurs de ses textes. L’attitude morale de Liu, son « vivre dans la vérité », a été située dans le contexte post-maoïste mais aussi examiné dans son rapport à la fois aux modèles occidentaux (Havel) et aux valeurs de la tradition chinoise (si cette tradition est radicalement contestée, dans un esprit assez proche du Mouvement du 4 mai, la pratique effective de Liu le rapproche aussi d’attitudes plus anciennes).

3On a commencé par une réflexion sur la relation entre le politique et l’économique dans la Chine moderne. Le point de départ a été l’étude réalisée par Feng Tianyu (2006) sur l’introduction au Japon et en Chine des catégories économiques venus de l’Occident moderne.

4On a examiné plusieurs aspects : les catégorisations de la Chine impériale ; les multiples choix terminologiques effectués en Chine à la fin de l’empire pour désigner l’économie (missionnaires, professeurs occidentaux, lettrés réformateurs) ; la complexité de l’expérience japonaise de Meiji et son influence sur la Chine au début du XXe siècle (le terme de jingji s’impose alors pour nommer l’économie, en dépit d’autres appellations concurrentes).

5Cet examen a été l’occasion d’une mise en perspective de l’autonomisation progressive du champ économique en Chine, qu’il s’agisse d’une sphère sociale devenue distincte ou d’une science se voulant autonome (jingjixue). À l’origine simple dimension particulière du dispositif politique impérial (jingshi jimin), l’économique se constitue en domaine singulier. Pour éclairer cette transformation, on s’est référé aux précédents occidentaux, qu’il s’agisse des débuts de ce processus (Montchrestien, Quesnay, Smith) ou de sa contestation (lecture de textes de Karl Polanyi).

6Un exposé de Yoshinobu Shino (Université Meiji, Tokyo) a permis de mieux prendre en compte l’apport la réflexion japonaise à ce sujet, à l’époque Meiji.

7Enfin, plusieurs séances ont été consacrées à un nouveau discours, particulièrement manifeste à partir de 2008, celui du « Modèle chinois » (Zhongguo moshi). On a étudié l’ouvrage dirigé par Pan Wei, qui a pris les allures d’un manifeste (2009), ainsi que plusieurs interventions de ce dernier, qui apparaît comme le chef de file de cette école. On a évoqué le néo-autoritarisme des années 1980 et 1990 auquel ce nouveau courant pourrait faire penser (autoritarisme politique et économie de marché). Par contraste, ce discours nouveau se veut en général le fruit de l’expérience non de trente ans (les années de réformes) mais de soixante ans (ce qui signifie une réhabilitation partielle du maoïsme). De plus, dans la perspective de Pan Wei, ce modèle s’enracine dans la tradition impériale chinoise (un modèle de 3000 ans, en quelque sorte). Nous avons étudié la conjoncture idéologique internationale qui rend possible ce phénomène (invention des « consensus » de Washington et de Pékin) et la manière dont ses partisans le présentent comme une nouvelle alliance des intellectuels chinois (associant « nouvelle gauche », tradition communiste et nationalisme culturel). Pour mieux saisir à la fois la séduction et les faiblesses de l’interprétation de Pan, on a examiné comment il tentait de légitimer l’existence d’une « élite dirigeante éclairée », échappant à la logique occidentale de la démocratie pluraliste. Un véritable montage se trouve établi à partir de situations hétérogènes (des élites confucéennes au Parti communiste, « qui n’est pas un parti »), établissant ainsi des continuités factices au prix d’amnésies historiques volontaires (oubli de la période républicaine). Si la volonté de se réapproprier l’héritage impérial a pu encourager des débats intéressants sur la culture politique chinoise, les problèmes soulevés par un tel discours ont notamment été illustrés par la critique d’un ancien « néo-autoritariste », Xiao Gongqin (2010) : artificialisme de ce néo-maoïsme, idéalisation de la tradition culturelle chinoise (rapportée par Xiao à une origine paradoxalement occidentale), etc.

8Une présentation de Zhang Yinde (Université de Paris-III/Sorbonne nouvelle) a montré comment ces thématiques politiques nouvelles pouvaient être mises en jeu dans les romans récents de l’écrivain Mo Yan.

Michel Bonnin, directeur d’etudes

9Enseignement suspendu durant l’année universitaire 2010-2011

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bonnin et Joël Thoraval, « Pouvoir, mémoire et société en République populaire de Chine », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 193-195.

Référence électronique

Michel Bonnin et Joël Thoraval, « Pouvoir, mémoire et société en République populaire de Chine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21067

Haut de page

Auteurs

Michel Bonnin

Articles du même auteur

Joël Thoraval

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals