Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Une histoire sociale des plaisirs. Opium et jeux de hasard dans la Chine de la première modernité (1830-1949)

Xavier Paulès
p. 204-205

Texte intégral

Xavier Paulès, maitre de conferences

Sociabilités urbaines en Chine 1850-1949

1Les premières séances ont été consacrées à l’émergence du concept de sociabilité dans le champ de la recherche historique. Nous avons observé comment cette problématique s’est progressivement dégagée des confins de l’histoire politique et sociale où Maurice Agulhon l’avait fait naître dans son ouvrage pionnier Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence. Essai sur la sociabilité méridionale. C’est seulement au début des années 1990 que le concept de sociabilité s’invita dans les études chinoises à l’occasion de la fameuse controverse sur l’opportunité d’appliquer les concepts habermasiens d’espace public et de société civile aux villes de la fin des Qing. Le rôle de la presse, celui d’associations caractérisées, contrairement aux guildes traditionnelles, par une relative liberté d’adhésion ainsi que l’émergence problématique d’une bourgeoisie étaient les principaux éléments du débat.

2Aux questionnements sur l’émergence d’une culture politique démocratique et des institutions et catégories sociales supposées la porter succéda un intérêt nouveau porté aux lieux de sociabilité. Et depuis une dizaine d’années, des lieux comme les maisons de thé, les dancings ou les établissements de prostitution ont été étudiés en les envisageant comme des microcosmes, dans une perspective proche de l’anthropologie.

3En nous inscrivant dans cette dynamique, nous avons entrepris de montrer la variété des sources (faits divers, wenshi ziliao, récits de voyage, travaux de folkloristes et de sociologues, scripts d’opéra cantonais, littérature du rideau noir, histoire orale, etc.) dont on dispose pour étudier les différents lieux de sociabilité dans la période considérée. Une attention particulière a été portée à la légitimité d’une observation pratiquée aujourd’hui dans le cas du jeu de fantan pour nourrir une analyse de nature historique.

4Les sources visuelles s’avèrent d’une importance particulière car elles permettent d’appréhender l’organisation spatiale des lieux de sociabilité. Mais chacun de ces lieux sécrète aussi une temporalité autonome. Cette dernière est soustraite au temps du travail (ce qui la rattache au périmètre beaucoup plus large des loisirs), et à celui de la famille. Par ailleurs, elle se caractérise par un rythme, un tempo spécifique. Ce cadre spatio-temporel, qui est le produit des spécificités de l’activité qui constitue sa raison d’être (consommation de thé, d’opium, pratique d’un jeu de hasard, danse, etc.) est crucial.

5Une comparaison des différents lieux de sociabilité montre combien il a d’influence sur la nature des relations qu’entretiennent ceux qui les fréquentent. Il est à l’origine d’une telle diversité des expériences qu’il semble plus approprié de recourir au pluriel et parler de sociabilités. Nous avons donc défini provisoirement le lieu de sociabilité comme un espace organisé hors de la sphère privée et de celle du travail autour d’une activité généralement de loisir, laquelle (même si telle n’est pas sa finalité première) ménage un contexte favorable à la rencontre et à l’échange libre et plaisant avec d’autres personnes.

6Le séminaire a commencé à montrer quel profit on peut tirer plus largement d’une étude précise des lieux de sociabilité pour des questions comme la mutualisation de ressources indispensables à la pratique d’une activité (matériel de consommation de l’opium par ex.) ou encore la diffusion de modes de vie et de pensée. Ce dernier point a été particulièrement bien mis en évidence lors de la séance du 2 mai 2011, dans une étude de cas présentée par Anne Kerlan (IHTP/CNRS), « La salle de cinéma, lieu d’apprentissage des rites de la modernité dans le Pékin du début des années 1920 : le cas du Théâtre Lumière Véritable (Zhenguang dianying yuan) ».

Publications

  • Histoire d’une drogue en sursis. L’opium à Canton, 1906-1936, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010, 333 p.
  • « Gambling in China reconsidered : fantan in South China during the early twentieth century », International Journal of Asian Studies, vol. 7, n° 2, 2010, p. 179-200.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Paulès, « Une histoire sociale des plaisirs. Opium et jeux de hasard dans la Chine de la première modernité (1830-1949) », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 204-205.

Référence électronique

Xavier Paulès, « Une histoire sociale des plaisirs. Opium et jeux de hasard dans la Chine de la première modernité (1830-1949) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21074

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals