Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

La ville : sciences, pouvoirs, sociétés

Christian Topalov, Stéphane Baciocchi, Françoise Battagliola, Susanna Magri, Marie-Emmanuelle Chessel et Thomas David
p. 215-217

Texte intégral

Christian Topalov, directeur d’études

Villes de savants : Londres, Paris, Chicago, 1889-1939

1Le séminaire a été repris cette année, et conduit à son terme. Il a permis d’achever l’enquête entreprise en 2008-2009 sur trois situations précisément situées dans le temps et l’espace : Londres avec Charles Booth, armateur, réformateur et enquêteur social (1889-1910), Paris avec Maurice Halbwachs, universitaire et sociologue de l’école durkheimienne (1909-1939), enfin Chicago avec Robert E. Park et Ernest W. Burgess, sociologues universitaires (1915-1934). Après avoir observé auparavant comment ces hommes avaient défini leurs programmes scientifiques en nouant des conversations avec les mondes savants et les réseaux réformateurs de leur temps, nous nous sommes attachés à « observer les observateurs » ; comment Booth a mis en œuvre sa maxime : « d’abord fermer les yeux », comment Halbwachs a circulé dans les villes (de Paris à Chicago en passant par Le Caire et Jérusalem) armé de la catégorie de « pittoresque » et comment fonctionnait le laboratoire de Park et Burgess et leurs élèves qui récoltaient les « faits ». Licia Valladares (Université de Lille-I) a présenté ses recherches en cours sur « Robert Park au Brésil (1937) : Salvador de Bahia comme laboratoire». Par ailleurs, Stéphane Baciocchi (EHESS) a exposé ses travaux sur « L’enquête économique de terrain : Le Play en Angleterre (1836-1855) » et Anne Lhuissier (INRA) sur « Halbwachs enquête sur les budgets : socialistes normaliens, socialistes fabiens et British connexion ». Le séminaire s’est achevé sur une étude de la fabrique des traditions scientifiques : d’abord Thomas Hirsch (EHESS) sur « Halbwachs imaginaires : les avatars posthumes d’un disciple de Durkheim (1945-2010) » puis « Les trois naissances de l’École de Chicago (1950-2000) ».

Christian Topalov, directeur d’études
Stephane Baciocchi, ingénieur d’études
Francoise Battagliola, Susanna Magri, directrices de recherche au CNRS
Marie-Emmanuelle Chessel, chargée de recherche au CNRS
Thomas David, professeur assistant à l’Université de Lausanne
Anne Lhuissier, chargée de recherche à l’INRA

La nébuleuse réformatrice et ses réseaux (XIXe-XXe siècle)

2Le séminaire s’est poursuivi pour la deuxième année, il constitue la place centrale d’une recherche collective financée par l’ANR et ayant pour nom Europhil. Le séminaire a bénéficié de la présence à Paris de Thomas David comme directeur d’études invité en janvier-février.

3La séance introductive a porté sur les congrès internationaux comme observatoire des réseaux réformateurs transnationaux : un exposé de Chris Leonards, Nico Randeraad et Stella Wolters (Université de Maastricht) a permis de débattre de l’élaboration d’une base de données sur une série de congrès dans la période 1880-1920 et des questions qu’elle permet d’explorer.

4La recherche empirique sur les répertoires charitables progressant, plusieurs séances, qui ont pris le caractère d’un atelier, ont été consacrées à ce sujet. En début d’année, deux séances ont porté sur les nomenclatures d’institutions : les répertoires n’étaient pas de simples listes, ils organisaient le monde charitable de la ville à la fois en fixant son extension et en classant les institutions qui le composaient en catégories. Les résultats concernant les quatre villes étudiées (Londres, New York, Paris, Genève) ont été confrontés. Une première comparaison des nomenclatures a été ensuite esquissée (Christian Topalov : « Les nomenclatures charitables : une pensée sauvage ») et les travaux de John Mohr et Vincent Duquenne sur la question « The Duality of Culture and Practice : Poverty Relief in New York City (1888-1917) », Theory & Society, 1997) discutés. En fin d’année, Thomas David a présenté les premières analyses de réseau concernant les institutions philanthropiques genevoises (1903) ; une discussion de méthode en a suivi, avec l’aide de Stéphane Baciocchi et Pascal Cristofoli (EHESS). Par ailleurs, la réflexion s’est poursuivie sur les relations entre charité, confessions religieuses et réseaux sociaux (Thomas David : « Les protestants et la charité : Suisse, Royaume-Uni, États-Unis » et Françoise Battagliola : « Religions et classes sociales chez les réformateurs parisiens vers 1900 »), deux points de vue ressortant du débat : l’un accordant une importance substantielle aux contenus dogmatiques et moraux des confessions dans l’orientation des pratiques charitables, l’autre insistant sur la convergence de ces pratiques à la fin du XIXe siècle et privilégiant une analyse sociale du fait confessionnel.

5Deux doctorantes ont présenté leurs thèses en cours sur certains aspects de la philanthropie parisienne et new-yorkaise : Marie Aboulker (EHESS) sur « L’engagement philanthropique des élites juives : le cas des membres du conseil d’administration du Comité de bienfaisance israélite de Paris (1887-1914) » et Alexia Blin (EHESS) sur « Discours réformateurs et légitimation de la dette : la Russell Sage Foundation et la législation sur le crédit à la consommation (États-Unis, années 1910) ».

6D’autres domaines d’application ont été abordés. Judith Rainhorn (Université de Lille-Nord de France, Institut universitaire de France) a présenté ses travaux sur le Syndicat de la médecine sociale : « Des médecins socialistes, entre syndicalisme corporatif et action ouvriériste (France, début du XXe siècle) » et Christophe Capuano (Sciences Po et CRH-ESOPP) sur « L’Internationale familialiste durant l’entre-deux-guerres : composition et transformations d’une mouvance transnationale». Enfin, Olivier Zunz (Université de Virginie) a exposé des aspects saillants de son ouvrage : Philanthropy in America : A History, (Princeton University Press), à paraître à l’automne 2011.

Publications

  • L’Aventure des mots de la ville, sous la dir. de Christian Topalov, Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule et Brigitte Marin, Paris, R. Laffont (Bouquins), 2010, 1491 p.
  • « Ceci n’est pas un dictionnaire », dans L’Aventure des mots de la ville, op. cit., p. XV-XLIV.
  • Avec Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule et Brigitte Marin, « La confection de l’ouvrage », dans L’Aventure des mots de la ville, op. cit., p. XLV-LXV.
  • « Plaza » et « slum », dans L’Aventure des mots de la ville, op. cit., p. 939-946 et 1120-1124.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Topalov, Stéphane Baciocchi, Françoise Battagliola, Susanna Magri, Marie-Emmanuelle Chessel et Thomas David, « La ville : sciences, pouvoirs, sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 215-217.

Référence électronique

Christian Topalov, Stéphane Baciocchi, Françoise Battagliola, Susanna Magri, Marie-Emmanuelle Chessel et Thomas David, « La ville : sciences, pouvoirs, sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21084

Haut de page

Auteurs

Christian Topalov

Articles du même auteur

Stéphane Baciocchi

Articles du même auteur

Françoise Battagliola

Articles du même auteur

Susanna Magri

Articles du même auteur

Marie-Emmanuelle Chessel

Articles du même auteur

Thomas David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals