Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la famille

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Mario Boleda, Lucia Carle et Mary Louise Nagata
p. 226-228

Texte intégral

Antoinette Fauve-Chamoux, maître de conférences
Marie-Pierre Arrizabalaga, maitre de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise
Mario Boleda, professeur à l’Université de Salta, Argentine
Lucia Carle, professeur à l’Université de Florence, Italie
Mary Louise Nagata, professeur à Francis Marion University, USA

Pouvoirs et dépendances au sein de la famille : perspectives comparatives (XVIe-XXe siècle)

1L’équipe du séminaire regroupe essentiellement historiens de la famille, sociologues, économistes et spécialistes des sciences politiques. Nous avons accordé une attention particulière à la différence de genre en matière d’activité professionnelle, de promotion sociale et de part d’héritage. Dans une optique largement comparative, nous avons cherché à mettre en évidence les interactions entre, d’une part, le changement social et, d’autre part, les stratégies individuelles et collectives concernant les comportements de reproduction socio-économique et les choix de vie ultérieure. En guise d’introduction aux séances de l’année, Antoinette Fauve-Chamoux a présenté les sources principales sur lesquelles s’appuient les historiens de la famille dans une perspective comparative et de longue durée.

2Dans cette optique, Marco H.D. van Leeuwen et Ineke Maas (Université d’Utrecht) avec Jean-Pierre Pelissier (INRA) et Danielle Rebaudo (EHESS) ont exposé les premiers résultats de leur projet commun sur la mobilité sociale intergénérationnelle en France (XVIIIe-XXe siècle). Il fut très enrichissant d’entendre ensuite Isabel Moll (Université des Iles Baléares de Palma de Majorque) expliquer le long cheminement de la construction de la famille par l’État dans Espagne du XIXe siècle.

3Fabio Macedo (doctorant dans le cadre du groupe ESOPP du Centre de recherches historiques et chercheur à l’INED) a résumé l’avancement de sa thèse consacrée à l’histoire de l’adoption internationale d’enfants au Brésil et en France du XXe siècle à nos jours, s’appuyant sur l’évolution de la législation et de la pratique. Hervé Nolland (EHESS) a montré les apports de la loi française du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance et les difficultés permanentes que rencontrent les travailleurs sociaux pour gérer les dossiers concernant les mineurs en danger. Quant à Gregory Hanlon (Université Dalhousie, Canada), il a évoqué les éléments sérieux, qualitatifs et quantitatifs, qui autorisent à soupçonner une forme d’infanticide « à la chinoise » en Europe moderne, en France et en Italie.

4Dans le cas de la monarchie autrichienne, de 1870 à 1913, pour la Cisleithanie centrale, comme l’a montré Peter Teibenbacher (Université Karl-Franzens de Graz) les raisons de limiter sa descendance en Europe autrefois et de se marier ou non, pouvaient être multiples et varier d’une région à l’autre. Ces travaux récents autorisent à repousser - encore plus que précédemment – la classique « ligne d’Hajnal » en direction de l’Est. Les liens entre transition démographique et baisse de la mortalité ont été aussi évoqués. Mary Louise Nagata a rappelé à quel point il était difficile, mais non impossible au Japon, de retracer les modèles migratoires des habitants de Kyoto durant l’ère des Tokugawa, en particulier grâce à l’enregistrement de leurs décès.

5Marius Eppel (Université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca, Roumanie), qui travaille sur les rapports entre l’Église et l’État en Transylvanie de 1850 à 1900 et qui est soucieux de comprendre comment la famille roumaine s’est modernisée dans le respect des traditions, en particulier dans le domaine de l’alliance matrimoniale, a tout d’abord présenté quelle était la vie religieuse et familiale dans le Vicariat d’Oradea de 1848 à 1918. Il a ensuite passé en revue une série de sources et témoignages ethnographiques, écrits, oraux et iconographiques, concernant les pratiques populaires d’incantation et de sorcellerie en Transylvanie aux XIXe et XXe siècles, destinées en particulier à garantir une union conjugale réussie. Daniela Deteşan (Institut d’histoire George Bariţ de l’Académie des sciences de Roumanie) a commenté pour sa part les statistiques qu’elle a réunies sur les familles sans mariage en Transylvanie en vue de comprendre les modèles familiaux d’aujourd’hui à la lumière du passé, dans une perspective européenne comparative. Dana-Maria Rus, post-doctorante dans la même université roumaine, a expliqué selon quelles modalités se formaient, de 1762 à 1851, les familles roumaines des garde-frontières de Transylvanie dans la région de Nãsãud et a mis en évidence le puissant contrôle exercé alors par l’Église gréco-catholique sur la formation des mariages. Les remariages n’y allaient pas non plus de soi.

6Beryl Nicholson (Newcastle-upon-Tyne, GB) a mis en évidence, dans un contexte culturellement tout autre, les conditions réservées aux veufs et veuves dans la famille rurale en Albanie du Sud, autour de 1918. Comme l’a montré Paola Lanaro (Université de Venise) la dot a joué un rôle économique considérable et fait l’objet de stratégies familiales sophistiquées dans la période qui s’étend de 1400 à 1800. Il en est de même dans tout le Midi de la France, région de partage inégalitaire et de famille souche évoqué, Christine Dousset qui y a cherché si le Code civil de 1804 avait modifié fondamentalement ou non la condition des veuves au cours du XIXe siècle.

7Pour Polgari Nies, les réalités rencontrées par les familles rurales de Saintonge au XVIIe siècle, comme les Jullion de Polignac, étaient rudes : les femmes y travaillaient toute leur vie et leurs activités n’étaient pas systématiquement rémunérées et/ou déclarées. La situation n’était pas fondamentalement différente chez les femmes argentines, aborigènes ou immigrées des plus anciennes générations, selon Claudia Contente (Université Pompeu Fabra, Barcelone) qui nous a entretenus du travail des femmes dans les familles rurales proches de Buenos Aires, à travers le recensement de 1869. Helena Silva (Université d’Utrecht) a analysé dans une optique comparative avec l’Angleterre et la France, le mode de vie des infirmières au Portugal pour la période de 1940 à 1963. Quant aux militants du Mouvement populaire des familles en Afrique du Nord, entre 1944 et 1958, sur lesquels Dominique Zeier prépare un mémoire de master à l’EHESS, ils organisent surtout du ravitaillement, des cours d’éducation populaire destinés aux femmes et représentent les familles dans les structures semi-publiques mises en place par Vichy.

8De nos jours, d’après Cédric Duchêne-Lacroix (Université de Bâle) il est fort difficile aux couples de maintenir une bonne cohésion familiale lorsqu’ils sont en situation de multi-localité résidentielle (incluant les cas des transnationaux). Enfin, Marlène Brito (Université catholique de Salvador, Bahia, Brésil) a évoqué les rapports complexes entre sexualité et famille dans la société contemporaine au Brésil et rapproché contrat sexuel et contrat social, évoquant les débats suscités par l’ouvrage de Carole Pateman, récemment traduit en français (Le contrat sexuel, Paris, La Découverte, 2010).

Publications

Antoinette Fauve-Chamoux

  • Avec Sølvi Sogner, « Transmission intergénérationnelle et modèles de familles-souche : des monts de Norvège aux Pyrénées centrales », Itinera, 29, numéro spécial : Pratiques familiales et sociétés de montagne, XVIe-XXe siècle, 2010, p. 69-101.
  • « Revisiting the decline in remarriage in early-modern Europe : The case of Rheims in France », History ofthe Family, 15, 2010, p. 283-297.
  • « Interview accordée à Dana-Maria Rus le 28 janvier 2010 », Caiete de antropologica istorica, IX, 16, 2010, p. 151-174.
  • « De l’illégitimité subie à l’illégitimité choisie : retour sur le rôle de la domesticité en Europe (XVIIIe-XXe siècles) », Actes de la Conférence universitaire de démographie et d’étude des populations, CUDEP 2010, Université de Strasbourg, 25-28 mai 2010.
  • « Familia européia e serviço doméstico : do escravo à atual ajuda “Famille européenne et service domestique : de l’esclave à l’aide ménagère d’aujourd’hui” », dans Familia e parentalidade, sous la dir. d’Elaine Rabinovich, Curitiba, Jurua Editora, 2011, p. 205-232.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Mario Boleda, Lucia Carle et Mary Louise Nagata, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 226-228.

Référence électronique

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Mario Boleda, Lucia Carle et Mary Louise Nagata, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21092

Haut de page

Auteurs

Antoinette Fauve-Chamoux

Articles du même auteur

Marie-Pierre Arrizabalaga

Articles du même auteur

Mario Boleda

Articles du même auteur

Lucia Carle

Articles du même auteur

Mary Louise Nagata

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals