Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de l’action et des rationalités pratiques au XXe siècle (industrie, politique et sciences humaines)

Yves Cohen
p. 229-230

Texte intégral

Yves Cohen, directeur d’études

Contemporanéités, XXe-XXIe siècles

1Cette année représentait la fin d’un très long cycle de recherche sur le commandement, le chef et l’autorité dans la première moitié du XXe siècle (exactement 1890-1940) dans plusieurs pays du monde développé (France, Allemagne, Union soviétique, États-Unis). La conjoncture politique a rejoint le propos. Il était intéressant de constater le passage d’un XXe siècle marqué par la formule de Gustave Le Bon, « les hommes en foule ne sauraient se passer de maître », à un XXe siècle tardif marqué de son côté par la foule sans maître, c’est-à-dire contre le maître, de 68. Or à la fin de 2010 et au début de 2011, la Tunisie venait donner une nouvelle version de la foule sans maître, intensément politique et habile à utiliser les technologies disponibles pour se mobiliser le plus horizontalement possible avec une efficacité redoutable sur le moment. L’événement ne pouvait qu’encourager la réflexion sur l’histoire. Par exemple, comment poursuivre le démêlement de la pelote discursive du XXe siècle ? Ainsi disait-on que les paroles valent moins que les actes. Mais jamais les paroles n’ont été plus conçues comme des actes par ceux-là même qui disaient que les paroles ne valaient rien et les actes tout. Aujourd’hui, on oppose couramment les discours et les pratiques, tandis que l’on sait bien que les premiers relèvent de pratiques discursives et que les secondes sont composées tout autant d’actes matériels, de déplacements dans l’espace, etc., que de discours. C’est d’entrelacements pratiques qu’il faut rendre compte et non pas tant d’oppositions où les discours (forcément ?) ne disent jamais la vérité des pratiques, les paroles celle des actes. Ainsi l’histoire des relations publiques, de la « communication » et de la propagande toutes ensemble (et de « l’influence », de la publicité, du marketing) est à reprendre à nouveaux frais dans la diversité des configurations historiques contemporaines et dans l’entremêlement avec tout autre type de pratique. Dans cet ordre d’idées, Juliette Rennes est venue montrer comment on pouvait réfléchir sur la conjugaison de l’argumentation avec les formes de la mobilisation au sein des mouvements de contestation.

2Le séminaire s’est intéressé également aux modalités de distribution de l’action dans l’espace : à distance, il faut distinguer une zone d’activité, où la personne dispose de tout son outillage ainsi que de ses appuis humains (voir A. Schütz), et la zone d’impact de cette activité. Plus généralement, sur le travail, Alexandra Bidet (CNRS) a présenté le premier chapitre sur « le vrai boulot » de son livre alors encore à publier, Nadya Guimarães, de l’Université de São Paulo, a problématisé la question de savoir s’il y a une « brésilianisation » de l’Occident, Odile Henry, de Paris-Dauphine, a évoqué la réception de la doctrine administrative à la française et Dilip Subramanian (Reims Management School) nous a introduits à une ethnographie des formes du travail en Inde. À propos de tous ces thèmes, nous avons tenté d’identifier de façon précise les diverses manières de penser les modalités d’une contemporanéité qui apparaît fortement dans la traversée des frontières et dans les frottements intercontinentaux : connexions, circulations, mouvements transnationaux, croisements, globalité, etc. Pierre Cornu (Université Blaise-Pascal à Clermont-Ferrand) a élaboré ce qu’on pouvait penser du rapport des anthropologues avec l’Australie et les « stone age people » au XIXe siècle. Juan Carlos Yáñez (EHESS) a présenté la formation d’une notion de « laboratoire social » continental pour l’Amérique latine au début du XXe siècle. Nous avons également bénéficié des apports de Camille Molles (EHESS) sur le cheminement de l’innovation du gazogène dans les premières décennies du XXe siècle, de Magali Delaloye (Université de Berne et EHESS) sur les rapports masculinité/féminité au Kremlin dans l’entourage de Staline, de Nikolai Ssorin-Chaikov (Université de Cambridge) sur l’iconologie du pouvoir soviétique et de Pierre Lévy sur les débuts de la recherche opérationnelle en France dans la défense. La thématique générale de la recherche a enfin été éprouvée dans des conférences à l’Université de Campinas (Brésil) à l’invitation du secteur d’histoire sociale du travail (Fernando Teixeira da Silva et Claudio Batalha) et à Rennes-II au séminaire Le pouvoir au quotidien (France, Allemagne, Europe de l’Est XIXe-XXe siècles) d’Emmanuel Droit et Pierre Karila-Cohen et dans un enseignement à Unifesp (Universidade Federal de São Paulo) à l’invitation du programme doctoral de sciences sociales (Cynthia Sarti).

Publications

  • « Foucault déplace les sciences sociales. La gouvernementalité et l’histoire du XXe siècle », dans Les sciences camérales. Activités pratiques et histoire des dispositifs publics, sous la dir. de Pascale Laborier, Frédéric Audren, Paolo Napoli et Jakob Vogel, Paris, PUF, 2011, 594 p., p. 43-79.
  • « Au cœur du moderne : l’autorité du plan (circulations entre l’organisation industrielle, le gouvernement et l’architecture) », dans Le culture della tecnica (Tra corporativismi e pianificazione. La cultura tecnica e le idee del piano in Europa tra le due guerre), sous la dir. de Pierluigi Bassignana, Patrizia Bonifazio, Alessandro De Magistris et Stefano Moroni, 2011, n° 21 -22, p. 7-28.
  • « Circulatory localities : The example of Stalinism in the 1930s », Kritika : Explorations in Russian and Eurasian history, vol. 11, n° 1, hiver 2010, p. 11-45.
  • « Lichnostnoe, dolzhostnoe i partiinoe “la”. Issledovanie sub"ektivnosti i paboty nad soboi v kommunizme i liberalizme » [Les je de personne, de fonction et de parti. Étude de la subjectivité et du travail sur soi dans le communisme et le libéralisme], Rossiia XXI (Russie XXI), n° 6, 2010, p. 125-155.
  • « Politica e arte na verdade e na ficção do trabalho : Elementos para uma comparação histórica entre o Oriente socialista e o Ocidente capitalista », dans Hegemonia às avessas, sous la dir. de Francisco de Oliveira, Ruy Braga et Cibele Rizek, São Paulo, Boitempo, 2010, p. 93-108.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Cohen, « Histoire de l’action et des rationalités pratiques au XXe siècle (industrie, politique et sciences humaines) », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 229-230.

Référence électronique

Yves Cohen, « Histoire de l’action et des rationalités pratiques au XXe siècle (industrie, politique et sciences humaines) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21093

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals