Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des savoirs

Morgane Labbé, Christine Lebeau, Isabelle Laboulais, Lothar Schilling et Jakob Vogel
p. 236-237

Texte intégral

Morgane Labbe, maître de conférences
Christine Lebeau, professeure à l’Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne
Lars Behrisch, assistant-professeur à l’Université d’Utrecht
Isabelle Laboulais, maitre de conférences à l’Université Strasbourg-II/Marc-Bloch
Lothar Schilling, professeur à l’Université d’Augsbourg
Jakob Vogel, professeur à l’Université de Cologne

Les savoirs d’État en Europe, 1750-1850

1Sous la dénomination de « savoirs d’État », les organisateurs de ce séminaire franco-allemand désignent un ensemble large, variable et labile de savoirs (caméralisme, droit, économie, statistique, géographique, etc.) sur lequel ils se sont proposés de revenir, pour la période 1750-1850, pour interroger leur statut épistémologique en mettant l’accent sur les acteurs, les agencements qu’ils réalisent, la dimension cognitive de leurs pratiques, les représentations qu’ils s’en font ou qu’ils en donnent, ainsi que sur les formes de rationalité ainsi mise en œuvre. L’attention était également donnée aux modalités concrète du travail des administrateurs en questionnant l’usage des instruments qu’ils élaborèrent. Les séances réservées à des interventions d’invités ont décliné cette problématique dans les domaines divers sur lesquels s’appliquèrent et se formalisèrent des savoirs dits d’État ou au nom de l’État, que ce soit les finances avec Nicolas Delalande (IER Paris), l’exploitation des ressources naturelles avec Markus Popplow (Université de Cottbus, Brandebourg) ; ou le climat avec Frédéric Locher (CNRS, Paris). Par contraste avec les terrains français, les cas allemands présentés ont mis en relief des traits spécifiques à la pratique de gouvernement dans l’espace germanique, traits qui résident dans l’insertion précoce de ces savoirs au sein des administrations, sous la figure nouvelle d’employés de l’État, de formalisations de pratiques, ou de la création d’écoles camérales. Ainsi B. Näther (Université de Essen/Duisburg) s’est intéressé à la transmission de règles de pouvoir dans l’électorat de Bavière, et S. Brakensiek (Université de Essen/Duisburg) à l’invention du fonctionnaire de finance. En France au contraire, un savoir comme la finance a affiché une prétention croissante à l’autonomie vis-à-vis du politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morgane Labbé, Christine Lebeau, Isabelle Laboulais, Lothar Schilling et Jakob Vogel, « Histoire des savoirs », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 236-237.

Référence électronique

Morgane Labbé, Christine Lebeau, Isabelle Laboulais, Lothar Schilling et Jakob Vogel, « Histoire des savoirs », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21099

Haut de page

Auteurs

Morgane Labbé

Articles du même auteur

Christine Lebeau

Articles du même auteur

Isabelle Laboulais

Lothar Schilling

Jakob Vogel

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals