Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale des modèles culturels

Jacques Revel et Sabina Loriga
p. 237-238

Texte intégral

Jacques Revel, directeur d’études
Sabina Loriga, directrice d’études

Histoire et mémoire : perspectives historiographiques

1Pour la deuxième année, le séminaire a été consacré à l’étude du traitement des relations entre histoire et mémoire que propose l’évolution récente de la production historique ainsi qu’aux problèmes qui lui sont associés. Pendant les deux dernières décennies, le thème n’est pas seulement devenu une préoccupation insistante des historiens (et de bien d’autres protagonistes). Il a fait l’objet d’investissements multiples et parfois discordants. Le séminaire s’est interrogé en particulier sur la revendication devenue obsessionnelle du « devoir de mémoire » et sur les effets qu’elle a exercés sur le travail des historiens, d’une part ; et, d’autre part, sur les pratiques qu’il a plus largement induites, avec la mise en œuvre de politiques mémorielles nationales, régionales, locales, ainsi que sur les publics associés à ces entreprises. L’invention ou la réinvention de traditions a fait l’objet d’études de cas. Une intervention de Marianne Amar, responsable de la recherche à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, nous a donné l’occasion de réfléchir sur les versions successives d’une institution dont le projet était tout ensemble historique et mémoriel. Benito Bisso Schmidt (Université fédérale du Rio Grande do Sul) nous a présenté, autour d’un cas individuel, sa recherche en cours sur la constitution de la mémoire militante entre Brésil et Argentine.

2Un certain nombre de séances a ensuite été consacré à l’étude de la conscience historique telle que l’aborde une série de textes qui interrogent plus particulièrement l’expérience juive : expérience individuelle chez Hannah Arendt (Rahel Varnhagen, 1958) ou Siegfried Kracauer (Jacques Offenbach, 1937), expérience collective chez Yosef Hayim Yerushalmi (Zakhor, 1982). On a insisté sur la place centrale que tenait à chaque fois le rapport entre expérience et tradition et sur la manière dont il commandait la capacité à s’orienter dans le présent.

3Un troisième ensemble de séances a abordé certains des traitements dont le génocide des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale a fait l’objet et les questions qu’il a posées, tant aux historiens que, plus largement, dans le domaine public. Rémy Besson (doctorant à l’EHESS) a eu l’occasion de présenter les recherches qu’il mène actuellement sur la construction du film Shoah de Claude Lanzmann (1985), avec une analyse fine du séquençage et du montage d’un certain nombre d’épisodes, en particulier dans des situations d’entretien. On a par ailleurs réfléchi sur les engagements esthétiques et moraux de la représentation du génocide, en analysant les thèmes affrontés autour de la récente « querelle des images ». Enfin, Florent Brayard (CNRS) nous a présenté les images subsistantes d’un film de propagande tourné par les autorités nazies dans le Ghetto de Varsovie à l’instigation de Goebbels, et dont il nous a montré comment il visait à fixer et à imposer pour l’avenir une image de la condition juive.

4Quelques séances du séminaire ont enfin été consacrées à une réflexion sur le trauma en histoire. On sait que la notion est de plus en plus fréquemment invoquée par les chercheurs, en particulier aux États-Unis, au départ à propos des cataclysmes politiques et sociaux du XXe siècle, mais plus largement désormais (comme nous l’a rappelé Enzo Traverso, Université d’Amiens). On s’est attaché à retracer l’histoire de la notion depuis la fin du XIXe siècle et celle des usages plus récents dont elle a fait l’objet dans le débat historiographique, avant de s’intéresser plus particulièrement à la « querelle des historiens » allemands (Historikerstreit) du milieu des années 1980. Cette réflexion a aussi été l’occasion de s’interroger sur l’usage des notions de trauma et de résilience à propos de la mémoire historique.

Publications

Jacques Revel

  • História e historiografía. Exercícios críticos, Curitiba, Editora UFPR, 2010, 264 p.
  • « Augustin Güntzer, “Dans la main de Dieu jusqu’à la fin” », préface à Augustin Güntzer, L’histoire de toute ma vie. Autobiographie d’un potier d’étain calviniste du XVIIe siècle, trad. par Monique Debus Kehr, Paris, Honoré Champion, 2010, p. 7-19.
  • « Culture et territoire », dans Cinquante ans après. Culture, politique et politiques culturelles, sous la dir. d’Elie Barnavi et Maryvonne de Saint-Pulgent, Paris, La Documentation française, 2010, p. 224-237.
  • « Diskordanz der Zeiten. Die Franzosen und ihre Nationalgeschichte heute », Frankreich Jahrbuch 2010. Frankreichs Geschichte : Vom (politischen) Nutzen der Vergangenheit, Paris, Institut historique allemand, p. 41-53.
  • « Une vue de côté », préface à Penser l’histoire. De Karl Marx aux siècles des catastrophes, sous la dir. de Christophe Bouton et Bruce Bégout, Paris, Éditions de l’Éclat, 2011, p. 7-15.
  • « La fabbrica del patrimonio nazionale in Francia », Prometeo, 29 (115), 2011, p. 6-13.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Revel et Sabina Loriga, « Histoire sociale des modèles culturels », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 237-238.

Référence électronique

Jacques Revel et Sabina Loriga, « Histoire sociale des modèles culturels », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21103

Haut de page

Auteurs

Jacques Revel

Articles du même auteur

Sabina Loriga

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals