Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Herméneutique et traditions savantes

Heinz Wismann
p. 260-261

Texte intégral

Heinz Wismann, directeur d’études

Théories de la connaissance historique : la « Science nouvelle » de Giambattista Vico

1Malgré leur style alambiqué, leur recours à une érudition datée, voire fantaisiste, et de nombreux développements hasardeux, les Principes d’une science nouvelle relative à la nature commune des nations, parus d’abord en 1725, puis régulièrement complétés jusqu’à la mort de leur auteur en 1744, marquent une profonde rupture dans la longue tradition des spéculations sur l’origine et le destin de l’humanité. En abandonnant à Dieu la connaissance exacte de sa création, le principe du verum factum, selon lequel toute vérité relève d’un acte qui déploie son propre horizon d’intelligibilité, réserve à l’homme la faculté de connaître son histoire, la Providence se confondant avec le point de vue de la réflexion historique.

2Le séminaire a été consacré à une lecture guidée de l’œuvre, dans le but de débroussailler le texte et d’en dégager les thèses essentielles. Après avoir vigoureusement dénoncé la tentation « des peuples et des doctes » de projeter dans le passé l’image, tantôt magnifiée, tantôt rabaissée, qu’ils ont d’eux-mêmes, afin d’en tirer une histoire de déclin ou de progrès, Vico pose que la naissance de l’humanité a eu lieu dans quelque grotte où des êtres sauvages, terrorisés par l’orage, avaient trouvé refuge. Leur peur du Ciel s’est alors traduite par des gestes de soumission, peu à peu ritualisés, jusqu’à ce que jaillisse le premier mot : Jupiter. Entre le « sentir partagé » et l’avènement d’un « sens commun », s’est ainsi développé le langage, qui témoigne du caractère radicalement historique de la nature humaine « née » (nata) de la crainte d’un pouvoir surhumain. À cette époque vouée à l’autorité divine, objet d’une « mythologie poétique », succède l’âge des demi-dieux, héros fondateurs des dynasties qui se sont partagé la terre, et que célèbrent les poèmes homériques. Plus tard, celui-ci est à son tour remplacé par l’âge de l’autorité humaine, qu’incarnent les lois des nations, elles-mêmes « nées » (natae) au cours de l’histoire, tout comme le « droit naturel », dont la portée universelle ne repose sur aucune base ontologique. L’insistance sur l’action de « naître » (nasci), synonyme d’historicité, sert en effet à écarter les prétentions du rationalisme métaphysique, prôné par les Modernes à la suite de Descartes. Cependant, l’émergence des réalisations humaines, telle que la conçoit Vico, s’accompagne d’une perte progressive d’intensité de l’expérience religieuse et poétique. L’abstraction conceptuelle, favorisée par le travail des philosophes et des juristes, appauvrit le sens de la vie vécue. Aussi l’Empire romain, où la religion s’est réduite à une pratique essentiellement juridique, voit-il renaître toutes sortes de cultes archaïques annonçant le retour de la barbarie. Parmi ces mystères, souvent d’inspiration orientale, le christianisme tient une place à part. En assimilant l’héritage des âges précédents, il refait le chemin de la première humanité, passant en quelques siècles de la piété primitive à l’élan héroïque des croisades, puis au remplacement de l’ordre féodal par des monarchies plus ou moins constitutionnelles. De cette répétition accélérée du cours des choses Vico déduit la nécessité inhérente à « la nature commune des nations » de recommencer régulièrement leur histoire, en effectuant, selon la formule devenue célèbre, des « corsi e ricorsi » déterminés par le principe téléologique d’une anthropogonie réflexive.

3Deux conférences de Jean-Marc Tétaz (Lausanne), données dans le cadre de son invitation comme enseignant associé à l’EHESS, ont permis d’examiner certains aspects de la postérité de Vico, chez Schleiermacher d’abord, puis dans le pragmatisme contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heinz Wismann, « Herméneutique et traditions savantes », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 260-261.

Référence électronique

Heinz Wismann, « Herméneutique et traditions savantes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21115

Haut de page

Auteur

Heinz Wismann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals