Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Les diasporas à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècle : comparaisons, connexions

Natalia Muchnik
p. 262-263

Texte intégral

Natalia Muchnik, maître de conférences

Diasporas et territoire(s), XVIe-XVIIIe siècle

1Face au morcellement des historiographies et à la banalisation du concept de diaspora, ce séminaire entend mener une réflexion sur le fait diasporique par une approche comparée et croisée des séfarades, des catholiques anglais, des huguenots et des morisques tout au long de l’époque moderne, questionnant ainsi la première comme la seconde modernité. Si ces quatre groupes ont constitué le cœur du terrain d’enquête, nous avons néanmoins intégré d’autres populations susceptibles, à titre de comparaison, d’aider la réflexion : esclaves africains dispersés dans l’espace atlantique et les diasporas contemporaines (Chinois, Arméniens, etc.).

2Après une approche générale de l’historiographie et des problématiques liées aux diaspora studies en 2008-2009, nous nous sommes intéressés, en 2009-2010, aux rapports à la terre d’origine. La dernière année du cycle, en 2010-2011, nous a permis d’élargir le champ pour approcher d’autres facettes des territoires diasporiques. Nous avons ainsi achevé l’étude du rapport à la terre d’origine en la considérant comme un front légitimant l’existance d’un arrière, frontière qui donnerait sens, construirait en quelque sorte le reste de la diaspora. La culture du martyre et la question du « retour » ont été analysées dans ce cadre, et replacées au sein des visions eschatologiques qui imprègnent la plupart des diasporas modernes et constituent l’une de leurs spécificités au regard des exils contemporains, mobilisés par la dimension politique.

3L’approche générale a été complétée par l’Intervention de d’Igor Perez Tostado (Université Pablo de Olavide, Séville), spécialiste des migrations irlandaises dans les monarchies ibériques à l’époque moderne, et celle d’Anouche Kunth (CERCEC, EHESS), sur le « retour» des Arméniens exilés – en France principalement - dans l’Arménie soviétique à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Les allées et venues entre la terre d’origine et les différentes terres d’accueil, qui nuancent la vision souvent univoque des migrations diasporiques, ont également fait l’objet de la conférence de Michelle Magdelaine sur les huguenots passés par la plaque tournante que constituait alors Francfort. D’une manière analogue Henriette Asséo (CRH-EHESS) a poursuivi l’étude entamée l’année passée qui critiquait l’idée d’une diaspora tsigane unifiée, en montrant les segmentations profondément différenciées, nationales voire régionales, de ce qui peut apparaître comme un groupe homogène.

4Revenant à la période moderne, Mathieu Grenet (Université Columbia, New York) s’est intéressé à l’incidence des notions de régions, communautés et nation, parmi les Grecs de Venise, Livourne et Marseille. Le concept de « nation », dans l’acception que lui confèrent les XVIe-XVIIIe siècle particulièrement prégnant dans les groupes dispersés, a été repris par José Alberto Tavim (Instituto de Investigação Científica Tropical, Lisbonne), à propos de la diaspora séfarade, notamment dans ses implantations asiatiques. Les dernières séances ont donné lieu à deux interventions de Peter Mark (Wesleyan University, Middletown), professeur invité à l’EHESS durant le mois de mai 2011 : l’une sur les séfarades d’origine portugaise implantés en Afrique occidentale et la question des « identités multiples », l’autre sur la place des Noirs dans la congrégation judéo-ibérique d’Amsterdam.

5Ces réflexions menées au cours des années 2009-2011 ont donné lieu, entre autres, à un article intitulé « “S’attacher à des pierres comme à une religion locale...”. La terre d’origine dans les diasporas des XVIe-XVIIIe siècle » publié dans les Annales HSSS en juin 2011 (66e année, p. 481-512). Ce texte clôt le cycle thématique mené depuis 2008 et amorce celui des « Diasporas dans la ville (XVIe-XVIIIe siècle) » qui nous mènera à une approche plus ciblée et localisée des modes d’intégration et des interactions entre les groupes diasporiques en milieu urbain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalia Muchnik, « Les diasporas à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècle : comparaisons, connexions », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 262-263.

Référence électronique

Natalia Muchnik, « Les diasporas à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècle : comparaisons, connexions », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21117

Haut de page

Auteur

Natalia Muchnik

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals