Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Pratiques et politiques éditoriales contemporaines, XIXe-XXIe siècle : de la « librairie scientifique » du XIXe siècle au savoir numérique

Valérie Tesnières
p. 269-270

Texte intégral

Valérie Tesnières, directrice d’études

Histoire de l’édition scientifique

1L’accélération de la circulation des textes et les mutations dans la relation de l’auteur et du lecteur consécutives au développement d’Internet remettent en cause les modèles établis de production et de diffusion de l’écrit. Autant on cerne ce qui se passe entre Robert Estienne et Lavoisier, autant on connaît mal la suite, ce qui s’est joué entre 1800 et aujourd’hui. D’où une tendance à considérer que tout est né avec Internet, ou de considérer que les catégories contemporaines de la communication scientifique n’ont pas bougé entre les Lumières et aujourd’hui (ex. la revue). Or, le XIXe siècle n’est pas seulement l’âge d’or de la presse quotidienne et du roman bon marché, l’accélération et le gonflement des échanges scientifiques entraînent des mutations très sensibles, car la gestion du temps devient centrale et par contrecoup, les enjeux de la diffusion aussi, plus que ceux de la production sans doute. C’est cette tension entre production éditoriale/diffusion qu’on a explorée au cours de la session écoulée. En quoi le métier de libraire dans sa fonction de diffuseur l’emporte alors sur celle, davantage héritée de l’Ancien Régime, d’imprimeur-libraire ?

2Revenir sur l’organisation du travail intellectuel (métiers et formes éditoriales) au cours des deux derniers siècles permet en effet d’éclairer ce questionnement. Centré cette année sur la période 1850-1960, le séminaire a étudié la production éditoriale scientifique tout particulièrement dans sa dimension collective en comparant les modèles d’entreprise d’édition scientifique en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne et aux États-Unis depuis 1850, notamment dans la relation auteur-éditeur : rôle des sociétés scientifiques mais aussi des institutions type muséum ou laboratoire, influence des modèles coopératifs, évolution des presses d’universités, poids des fondations américaines.

3A ensuite été abordée la problématique spécifique du gonflement de la production éditoriale scientifique et des moyens de la maîtriser : apparition et développement du concept de « documentation » et son influence dans la structuration de la production intellectuelle, impact des brevets dans les structurations formelles de l’information scientifique, impact des formes éditoriales courtes (articles, abstracts) par rapport aux formes longues de production. À la production et la diffusion de l’information scientifique se juxtapose la fonction d’expertise et de conseil développées par de nouvelles compétences comme les agences de brevets, les officines de juristes ou les documentalistes, de façon parallèle à l’évolution des métiers du journalisme mieux connus.

4À cette occasion a été initié un chantier portant sur l’évolution de la structuration formelle de la revue scientifique qui sera poursuivi en 2011-2012. En ne perdant pas de vue que les formes éditoriales se chevauchent et qu’à côté de la forme peu à peu privilégiée de la revue, se sont maintenues voire développées d’autres supports de transmission des connaissance, une attention particulière a été portée également à l’apparition des manuels universitaires et/ou techniques. L’exemple de l’édition de la psychologie en France a servi d’amorce à une réflexion qui devrait se poursuivre à la session suivante. L’exemple de la forme encyclopédique n’a pas été négligé dans son évolution éditoriale au cours de la première moitié du XXe siècle, notamment sous l’angle de sa capacité ou non à intégrer les problématiques scientifiques en cours d’élaboration dans le domaine des sciences sociales et plus particulièrement de la linguistique, à travers le cas de l’Encyclopédie française, dirigée par Lucien Febvre.

5Enfin ont été mis en évidence les mutations techniques de l’imprimerie du début du XXe siècle à aujourd’hui, peu étudiées jusqu’à présent, et leur impact sur la structuration de la production éditoriale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Tesnières, « Pratiques et politiques éditoriales contemporaines, XIXe-XXIe siècle : de la « librairie scientifique » du XIXe siècle au savoir numérique », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 269-270.

Référence électronique

Valérie Tesnières, « Pratiques et politiques éditoriales contemporaines, XIXe-XXIe siècle : de la « librairie scientifique » du XIXe siècle au savoir numérique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21121

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals