Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Pratiques et discours de l’Antiquité tardive

Jean-Michel Carrié
p. 271-273

Texte intégral

Jean-Michel Carrié, directeur d’études

Rôle et effets de la christianisation dans la transition entre Antiquité et Moyen Âge

1Plus que la question de « comment notre monde est devenu chrétien », le programme sur la christianisation entre Antiquité et haute Moyen Âge se proposait d’étudier les effets produits par la diffusion progressive du christianisme dans des domaines aussi divers que le discours de légitimation du pouvoir politique, l’expression de l’identité et de l’appartenance, les normes et comportements sociaux, les catégories mentales, les représentations anthropologiques. Ces divers champs ont fait l’objet de brèves présentations exploratoires mais, dans les limites de l’année – la dernière de mon séminaire – et pour tenir compte des travaux en cours de plusieurs doctorants, l’aspect principalement retenu a été, sur la longue durée, la production législative des empereurs en matière de religion : édit de Dioclétien contre les manichéeens, édits des tétrarques au sujet des chrétiens (les mesures de persécution et leur abrogation), la législation constantinienne et le rescrit d’Hispellum, la législation post-constantinienne concernant les païens, les juifs et les hérétiques. L’analyse de ces textes s’est située par rapport à des publications toutes récentes comme la belle étude de Capucine Nemo Pekelman (Rome et ses citoyens juifs (IV-VIe siècle) et la traduction française du livre XVI du Code Théodosien qui a été soumise à une critique philologique serrée aboutissant à modifier souvent le sens même de ces lois religieuses. Le droit romain étant essentiellement un droit réactif fondé sur une rationalité pratique non assujettie à des principes généraux – ce dont les historiens du droit commencent tout juste à prendre conscience – la lecture des constitutions reprises dans les compilations s’éclaire surtout de la restitution du cas concret, de la situation spécifique -généralement lisibles entre les lignes du texte – qui ont été portés à l’attention du prince législateur par le rapport d’un gouverneur ou la pétition d’un groupe, voire d’un particulier. Dans le droit fil de cette exégèse, le séminaire s’est attaché à détecter les marques textuelles auxquelles peuvent se reconnaître dans des constitutions reprises au Code Théodosien la réécriture comme lex generalis de ce qui, initialement, avait été un simple rescrit : un constat qui amène à modifier la caractérisation traditionnelle de cette compilation par rapport au Code Justinien et l’analyse des méthodes de travail de ses auteurs.

2Au lieu de l’introduction dans la loi romaine d’un programme idéologique préétabli, cohérent et systématique – en termes naïfs : la volonté de « christianiser la société » –, on a reconnu dans ces mesures la réactivité de l’empereur dans sa fonction d’arbitre s’exerçant, en l’occurrence, entre groupes religieux antagonistes ou rivaux. La préoccupation principale était de concilier maintien de l’ordre public, coexistence pacifique entre communautés opposées ou clivées et sauvegarde des exigences internes au droit d’équité et de justice définies par le droit civil (défense des droits personnels, de la propriété, etc.). Code Théodosien XVI, VIII, 21 et 26 offrent l’exemple d’un texte où le parallélisme artificiel et tout rhétorique entre la destruction des synagogues condamnée avec vigueur et les « délits d’orgueil » des Juifs surévaluant la bienveillance impériale à leur égard vise à rassurer des chrétiens intégristes sur la non-tolérance – voire la non-connivence – de l’empereur à l’égard du judaïsme tout en jetant un voile de fumée sur le refus du prince de prendre contre les juifs les mesures discriminatoires contraires à toute règle du droit romain, que réclamaient ces chrétiens extrémistes. Dans le droit fil de la tradition romaine, le délit religieux n’est pas défini en tant que tel, mais comme agissement de nature à mettre en péril l’ordre social et la sécurité publique –, ce qui n’est pas le cas dans la situation présente. La difficulté du législateur à enfreindre les principes intangibles du droit éclate dans la redondance comique de XVI, V, 7 pour tenter de justifier une exception à la non-rétroactivité des lois.

3En complément, le séminaire a consacré de nombreuses séances de sa troisième heure à approfondir les questions sempiternellement posées par la production juridique romaine : nature et formes de l’auctoritas du texte, conditions d’applicabilité et d’application, rapport entre instance normative et institutions judiciaires, ces éclaircissements constituant autant de préalables obligés à la moindre utilisation de ces sources par l’historien. On a donc repris l’analyse des textes programmatiques du Code Théodosien, réinsérés dans le contexte des Acta senatus, véritable Verbatim de la séance officielle de présentation au Sénat/publication officielle/entrée en vigueur du Code qui s’est retrouvé depuis peu au centre d’une controverse savante ; mais aussi d’autres textes, parmi lesquels la « loi des citations », les Novelles 1 et 2 de Théodose, le titre I, 14 du Cod. lust, etc. Au terme d’un parcours séculaire, la production juridique monopolisée par l’empereur, instrument de son pouvoir, en même temps qu’expression privilégiée de son évergétisme (la munificentia ou « don de loi »), opère une problématique et néanmoins efficace synthèse entre subjectivité et universalité.

4Durant l’année écoulée, le directeur d’études est en outre intervenu dans le cadre des séminaires de master « Sources et documents en histoire et anthropologie de l’Antiquité » et « Introduction à l’histoire économique ». Il a participé aux séances de travail du groupe « ACMAP » (« En deçà du sujet. Approches Comparées des Modes d’Action et de Présence ») dont il a par ailleurs assuré la direction au titre du Centre AnHIMA, en étroite collaboration avec Renée Koch-Piettre, Catherine Darbo-Peschanski et Frédérique Ildefonse. Il a participé au séminaire La souveraineté monétaire et la souveraineté politique en idées et en pratiques : identité, concurrence, corrélation ? coordonné par Bruno Théret et aux journées finales d’études des 8 et 9 décembre 2011 qui ont conclu le programme (sa communication a porté sur Le langage de la Loi romaine appliquée à la monnaie). Il a régulièrement pris part aux travaux du groupe de travail « Textes et archéologie : pour un dictionnaire topographique d’Antioche de Syrie » animé par Catherine Saliou à l’Université Paris-VIII/Paris-Nord. À titre personnel, il est engagé dans les programmes de traduction des Discours de Libanios (CUF, Belles Lettres, vol. X, en collaboration avec ma post-doctorante Marilena Casella) et du Code Théodosien, Livres VII (De re militari) et XI, chap. 1-28 (Lille III-Éditions du Cerf).

5En septembre 2011, il a été invité à effectuer un deuxième séjour au Brésil (deux ans après le premier) qui l’a conduit à participer à deux congrès (São Paulo et Maringa) ; à donner des conférences dans six universités : Salvador, Mariana, Franca, Londrina, Assis et USP (certaines faisant l’objet d’une seconde visite, d’autres s’ajoutant à la liste du premier séjour qui comprenait également Rio, Campinas, Vittoria, Curitiba) ; à siéger dans des journées doctorales ; à renforcer et étendre ses relations avec les collègues brésiliens d’histoire romaine. Un doctorat (Deivid Valerio Gaia) et un projet d’HDR (Margarida de Carvalho) sont en cours.

6Sa nomination comme vice-président de l’Accademia Romanistica Costantiniana a fait obligation au directeur d’études de se consacrer davantage encore aux activités de cette société scientifique réunissant juristes et historiens antiquisants de nombreuses nationalités.

Publications

  • « Elitismo cultural e “démocratizaçâo da cultura” no Império Romano Tardio ». Conferência de abertura do XI CEAM e I GEAM/LEIR da Universidade Estadual paulista – UNESP, Campus Franca. Agosto de 2009, traduit par Deivid Valério Gaia. História (Franca – São Paulo), 2010, vol. 29, n° 1, p. 456-474. En ligne sur http://www.sclelo.br/​scielo.php?pid=S0101-90742010000100027&script=sci_arttext
  • Préface à St. Ratti, « Antiquus error ». Les ultimes feux de la résistance païenne, Scripta varia augmentés de cinq études inédites, Turnhout, 2010, p. 7-10.
  • Édition du colloque Livres, lecture, bibliothèques dans l’Antiquité tardive (Paris 16-17 avril 2010), dans AnTard 18, 2010, éd. par Jean-Michel Carrié dans AnTard, 18, 2010, p. 6-190 et contribution personnelle : « Le livre comme objet d’usage, le livre comme valeur symbolique », p. 181-190.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Carrié, « Pratiques et discours de l’Antiquité tardive », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 271-273.

Référence électronique

Jean-Michel Carrié, « Pratiques et discours de l’Antiquité tardive », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21124

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Carrié

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals