Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire culturelle du monde byzantin, néohellénique et sud-est européen

Paolo Odorico
p. 275-276

Texte intégral

Paolo Odorico, directeur d’études

A) Auteurs et sociétés à Byzance. B) Les archives comme sources pour la compréhension de la vie sociale byzantine

1Au cœur de nos réflexions cette année, il a été question du rapport entre l’auteur et la société : nous avons essayé de déterminer certains mécanismes de la production littéraire byzantine pour étudier notamment la façon par laquelle un écrivain répondait aux attentes de la société, et comment le public déterminait la composition d’un ouvrage. Une première étude a été dédiée à la soi-disant « renaissance byzantine », pour montrer que l’usage de cette définition est particulièrement malheureux : la continuité du rapport avec la tradition classique était une constante à Byzance, et aucune époque n’a été marquée par des renaissances, terme qui était en contradiction avec la philosophie de l’histoire byzantine. Le recours aux auteurs de l’Antiquité était la condition préalable dans la formation des fonctionnaires de l’État, et les liens avec la tradition classique n’ont jamais été coupés à Byzance. Un deuxième sondage a été mené pour voir comment l’évolution de la production des IXe-Xe siècles répondait aux exigences de la classe aristocratique, avant le contrôle exercé par la dynastie macédonienne sur la production écrite. Enfin nous avons parlé de la production liée au caractère « magique » de la Ville impériale, et de son décor urbain, pour découvrir une continuité remarquable entre les siècles obscurs et le XIIIe siècle en ce qui concerne la double interprétation des statues, selon les directrices de la tradition classicisante ou ésotérique.

2Pour mieux cerner les rapports multiples entre auteurs et société, nous avons eu recours à des collègues d’autres universités et à des intervenants qui ont développé des sujets ponctuels : André-Louis Rey (Université de Genève) nous a parlé de Constantin Manassès, auteur du XIIe siècle, et de sa place dans la société ; Kristoffel Demoen (Université de Gand) a traité de la variation et de la variabilité dans la poésie de circonstance à Byzance ; Ulrich Moennig (Université de Hambourg) a étudié la Vie d’Alexandre dans la tradition des manuscrits gréco-ottomans ; Floris Bernard (Université de Gent) a parlé du pouvoir social des mots dans la littérature byzantine ; George Arabatzis (Académie d’Athènes) a porté son attention sur la philosophie des défenseurs des images à l’époque de l’iconoclasme. Enfin, nous avons voulu voir si les actes de la pratique, souvent conçus dans l’introduction comme des pièces de littérature, portent les traces de rapport entre production et société : Christian Gastgeber (Académie des Sciences d’Autriche) a présenté le Registre du patriarcat de Constantinople.

3Parmi les activités étroitement liées à l’enseignement et à la recherche se situent aussi les conférences données en différents pays, qui ont visé, entre autre, à vérifier le bien-fondé des théories sur la littérature byzantine et de ses liens très étroits avec la société : à signaler notamment les conférences tenues à Madrid « La littérature byzantine, une littérature à redéfinir ? », et à Lleida « L’usage de la mémoire à Byzance ».

4Enfin, une place importante a été dédiée à l’organisation de la troisième École d’été de byzantinologie (Serrès, Grèce, 4-12 juillet), expérience unique dans notre domaine d’études : le sujet de cette année était « le monastère byzantin », les élèves provenaient de dix-neuf pays et les enseignants étaient les meilleurs spécialistes en la matière.

Publications

  • EKPHRASIS. La représentation des monuments dans les littératures byzantine et byzantino-slaves. Réalités et imaginaires, sous la dir. de Vladimír Vavřínek, Paolo Odorlco et Vlastimil Drbal, Byzantinoslavica, 69/3 supplementum, Prague 2011.
  • Les trois prises de Thessalonique (édition grecque), Athènes 2010.
  • « “Parce que je suis ignorant” : imitatio/variatio dans Les préfaces des chroniqueurs du IXe siècle », dans Imitatio – Aemulatio – Variatio : Akten des internationalen wissenschaftlichen Symposions zur byzantinischen Sprache und Literatur, sous la dir. d’Andreas Rhoby et Elisabeth Schiffer, Vienne, Austrian Academy of Science Press, 2010, p. 209-216.
  • « Monuments de rêve. Représentations architecturales dans la littérature byzantine », dans EKPHRASIS. La représentation des monuments dans les littératures byzantine et byzantino-slaves. Réalités et imaginaires, op. cit, p. 33-47.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo Odorico, « Histoire culturelle du monde byzantin, néohellénique et sud-est européen », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 275-276.

Référence électronique

Paolo Odorico, « Histoire culturelle du monde byzantin, néohellénique et sud-est européen », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21127

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals