Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire des pratiques corporelle

Georges Vigarello, Rafael Mandressi et Thierry Pillon
p. 333-334

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Georges Vigarello, directeur d’études
Rafael Mandressi, chargé de recherche au CNRS
Thierry Pillon, maître de conférences à l’Université d’Évry

Histoire du corps, objets, méthodes

1Le séminaire, comme l’indique son titre, a porté sur des thèmes très divers durant l’année universitaire : celui de l’image des seniors dans les récentes décennies de notre société, par exemple, par Serge Guérin, celui de la « possession » dans la tradition ancienne, par Rafael Mandressi et Georges Vigarello, celui des effets de la « société individualiste » sur le corps, par François de Singly. Une place a aussi été faite à l’histoire de la pathologie: l’étude de la folie chez les médecins du corpus hippocratique par Florence Bourbon, l’étude du cancer et de la relation au malade par Antoine Spire, celle des « infirmités et déformations corporelles » au XIXe siècle par Gérard Jorland, enfin celle d’une confrontation de la vie et la mort en anthropologie, par Maurice Godelier.

2Deux thèmes sont à retenir qui ont été l’objet de débats suivis.

3L’histoire de la silhouette tout d’abord. Ce mot de silhouette, apparu dans les années 1760, longtemps cantonné à l’univers des dessinateurs, n’a pas toujours eu l’enjeu qu’il a aujourd’hui. Ses glissements de sens sont nombreux. Ils révèlent la place croissante prise par le regard porté aux allures et aux anatomies. Comme ils révèlent la place croissante prise par les pratiques censées les maîtriser. Cette histoire du thème n’est pas faite. Le mot, les images qu’il suscite, les comportements qu’il réfère, ne sont étudiés ni dans leur itinéraire iconographique ou lexical, ni dans leur itinéraire culturel. Aucun doute pourtant ; cette histoire a un sens, une « logique » conduisant à faire de la silhouette, avec notre modernité, l’objet d’un enjeu inégalé. Des jalons ont été étudiés : l’originalité des illustrateurs du XIXe siècle, en particulier, leur diversité, leur inventivité non seulement graphique mais « corporelle », suggérant, avec l’amorce de la démocratie, une manière nouvelle de regarder le corps et d’en resituer le graphisme.

4Deuxième thème ayant occupé une place marquante dans nos exposés de 2010-2011 : les images de la virilité (images dont l’étude occupait déjà une place marquante durant l’année précédente). Après avoir étudié les périodes antiques et médiévales en 2009-2010, ce sont les périodes modernes et contemporaines qui ont été étudiées durant la présente année. La période moderne est totalement originale à cet égard. Le courtisan, par exemple, ne saurait avoir le même idéal viril que le chevalier. L’homme de cour se doit d’ajouter des valeurs d’élégance gracieuse aux vieilles valeurs abruptes du combat. Aucune perte de domination pourtant, aucune perte de courage non plus chez ce courtisan que certains contemporains peuvent quelquefois accuser d’effémination. Son idéal viril en revanche s’est transformé, alors même que semble bien loin de nous son attachement sourcilleux au point d’honneur, sa manière de défier froidement et sans hésiter la mort en recourant à l’épée. Aucune hésitation bien sûr, les courtisans de Brantôme, au XVIe siècle, idéalisent une virilité implacable: la puissance sexuelle y est censée s’allier à une ascendance absolue sur la femme, l’expression raffinée y est censée ne rien enlever à la valeur attendue du combat. La virilité s’impose ici et s’exhibe, fût-elle, elle-même, repensée, déplacée.

5Reste une interrogation toute actuelle : elle porte sur le contenu même de la virilité et explique en partie l’origine de l’étude, exposée au séminaire par Jean-Jacques Courtine. La virilité ne saurait aujourd’hui imposer une quelconque ascendance sans partage. La domination masculine persiste, mais tend à perdre son sens alors que l’égalité gagne du terrain. L’« autorité » de l’homme sur la femme, par exemple, ne saurait avoir une quelconque assise, pas plus que la supériorité prétendue du mâle sur les figures de la défaillance virile, ou de l’effémination. Les légitimités anciennes en viennent à friser le ridicule. Le modèle échappe, s’efface, condamné aux nostalgies dérisoires, jusqu’à invalider le mot même de virilité. D’où cet immense parcours au cœur de notre histoire où la tradition du viril, après nombre d’inflexions, peut aujourd’hui se loger dans quelque conservatoire anachronique et figé d’idéaux effondrés, ou inventer de nouvelles identités et poursuivre ses métamorphoses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Vigarello, Rafael Mandressi et Thierry Pillon, « Histoire des pratiques corporelle », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 333-334.

Référence électronique

Georges Vigarello, Rafael Mandressi et Thierry Pillon, « Histoire des pratiques corporelle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21175

Haut de page

Auteurs

Georges Vigarello

Articles du même auteur

Rafael Mandressi

Articles du même auteur

Thierry Pillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals