Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire et anthropologie de la culture lettrée du Moyen Âge musulman

Houari Touati
p. 341-342

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Houari Touati, directeur d’études

Mémoire et écriture dans les débuts de l’islam

1Au cours de cette année, le séminaire a continué d’explorer les implications de l’écriture dans la fabrique de la culture Islamique du Ie-VIIe siècle et du IIe-VIIIe siècles. Toute l’attention a été portée sur le Coran. Avant d’être le moyen de circulation du livre sacré des musulmans, l’écriture est son moyen de production. Comment ? Par la transformation d’une série d’énoncés en texte, c’est-à-dire en une construction graphico-discursive à laquelle les érudits du VIIIe siècle ont donné le nom de « composition » (ta’lif) pour en caractériser tout à la fois la clôture et l’architectonie. Pendant que celle-ci établit sa cohérence, celle-là en fixe les limites. Selon que l’on en sollicite la fonction de discrimination, qui permet de distinguer ce qui est inclut dans le texte de ce qui en est exclu, ou la fonction de rationalisation, laquelle est productrice d’un ordre du discours, l’écriture opère avec une efficacité qui est à la fois technique et cognitive. Davantage que la mémoire, elle est un meilleur moyen de séparer et d’organiser. Ce qui indique que les deux opérations graphiques de production et de conservation-transmission ne se déroulent pas séparément. La fabrique textuelle les requiert dans son dispositif solidairement et simultanément.

2Cependant, en tant que codification (mise en codex), le Coran n’est pas le résultat de sa seule métamorphose graphique. Sa mise en œuvre reste liée en particulier à deux autres formes de l’inscription: l’une humaine, l’autre institutionnelle. Aussi bien son étude ne saurait être exclusivement textuelle. Autrement, ces différentes médiations – graphique, humaine et institutionnelle – seraient sinon vidées de signification du moins sous-estimées. Mais pour que l’analyse les intègre à son horizon, il lui faut se familiariser avec l’anthropologie cognitive, la médiologie et l’histoire du livre.

3Pour éclairer ce processus de codification du Coran, mais également celui de sa canonisation, le séminaire s’est penché sur les sources épigraphiques, papyrologiques, manuscrites et littéraires des deux premiers siècles de l’hégire. Cet examen a permis de relever que les deux expressions de l’inscription coranique se sont déployées dans la durée. Probablement commencé au lendemain de la disparition du Prophète de l’islam, le processus de codification ne s’est pas achevé avant le milieu du IIe-VIIIe siècle. Plus complexe encore, l’histoire de la canonisation du Coran n’aboutit qu’à la fin du IVe-XIe siècle lorsque les différentes tendances sunnites, chiites et kharidjites ont renoncé à s’identifier à l’une ou l’autre des traditions textuelles coraniques en circulation pour n’en adopter qu’une seule: celle qui est associée au nom de ‘Uthmân, le troisième calife de l’islam. L’enquête a par ailleurs pu relever que, jusqu’à la fin du IIe siècle de l’hégire, les différentes traditions textuelles coraniques étaient toutes tenues pour aussi valables les unes que les autres. Aussi n’y avait-il pas que la version officielle qui produisait des effets juridico-dogmatiques. De même que la charge sacrée du Coran n’a commencé que vers la fin du IIe-VIIIe siècle à empêcher que ses copistes professionnels soient des Arabes chrétiens ou qu’un musulman hérite d’un non-musulman un codex coranique.

Publications

  • « Foreword », dans The Trans-Saharan book trade : Manuscript culture, Arabic literary and intellectual history in Muslim Africa, sous la dir. de Graziano Krâtli et Ghislaine Lydon, Leiden, Brill, 2011, p. 9-12.
  • « Figures d’Ibn Khaldûn : appropriation, usages », colloque international, 17, 18 et 19 juin 2006, textes réunis et introduits par Houari Touati, dans Travaux du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques, NS, n° 3, Alger, 2010.
  • « Amîr ‘Abd al-Qâdir al-Jazâ’irî : homme d’État, penseur et réformateur », numéro spécial coordonné et introduit par Houari Touati, Studia Islamica, NS, n° 2, 2010 [http://www.studiaislamica.com].
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Houari Touati, « Histoire et anthropologie de la culture lettrée du Moyen Âge musulman », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 341-342.

Référence électronique

Houari Touati, « Histoire et anthropologie de la culture lettrée du Moyen Âge musulman », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21179

Haut de page

Auteur

Houari Touati

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals