Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie religieuse et histoire culturelle de la Grèce ancienne

Marcello Carastro
p. 349-351

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Marcello Carastro, maître de conférences

Formes de l’engagement en Grèce ancienne: le serment, le contrat (suite)

1Le séminaire a poursuivi, cette année, l’enquête sur les formes de l’engagement en Grèce ancienne, en focalisant l’attention sur la formation du lien social. Dans ce cadre, il s’est agi de problématiser les présupposées origines « religieuses » ou « magiques » du droit, à partir d’un examen approfondi de contrats et de serments d’époque archaïque et classique. La lecture, dans une perspective historiographique, des travaux de Louis Gernet a fourni le point de départ d’un questionnement sur la notion de force attribuée à ces formes d’engagement que sont le serment et le contrat. En effet, si la notion de force magique ou religieuse est apparue non seulement opaque mais aussi datée, il s’est révélé utile de s’interroger sur les modalités grecques de penser et de construire la contrainte et l’obligation, entre le VIIe et le IVe siècle avant notre ère. L’analyse des catégories grecques employées pour désigner l’acte de prêter serment a mis en évidence l’importance des gestes rituels de la libation, du sacrifice et de la ligature. Le séminaire a donc privilégié la micro-analyse des situations rituelles qui président à ces formes d’engagement, à partir des sources littéraires et épigraphiques.

2Sur le fondement d’une mise en série de nombreux passages homériques, l’articulation forte qui émerge entre le serment et l’acte sacrificiel a conduit à centrer l’attention sur l’implication des puissances divines dans l’acte juratoire. Trop souvent présentés comme de simples « témoins » dont la mention dans les serments d’époque classique serait de plus en plus formelle, les dieux apparaissent plutôt comme de véritables garants des opérations rituelles. L’offrande d’une libation ou d’une victime sacrificielle dans le cadre du serment permet en effet de construire un espace de parole où l’engagement prend forme à partir des liens qui se nouent entre les parties et les puissances invisibles. Ces liens se matérialisent par l’acte de verser un liquide (eau, vin, sang) sur l’autel ou sur la terre. Aussi, l’absence d’invocation ou de mention explicite des dieux dans les serments d’époque classiques (qu’ils soient évoqués par les récits d’Hérodote ou mis en scène par les auteurs tragiques) ne saurait dénoncer une « laïcisation » du serment qui s’accompagnerait de l’avènement d’une rationalité remettant en cause des croyances. Ce schéma a montré, une fois de plus, son inadéquation par rapport au polythéisme grec, dans lequel il n’est pas question de « croire » aux dieux, mais de leur rendre un culte. Dans cette perspective, le serment apparaît comme l’un des actes fondamentaux du culte en Grèce ancienne.

3Un nouvel examen du serment des fondateurs de Cyrène a fourni l’occasion de réfléchir à une « façon » grecque de tisser du lien social. Combinant une approche pragmatique du langage avec une analyse des gestes rituels faisant appel à l’anthropologie des humeurs, le séminaire a proposé une nouvelle interprétation de ce décret datant du IVe siècle avant notre ère et instaurant l’isopolitie entre les citoyens de Théra et les citoyens de Cyrène. L’accent a été mis notamment sur l’implication exceptionnelle de toute la communauté dans ce rituel (hommes, femmes et enfants des deux sexes) ainsi que sur le traitement des effigies cultuelles, les kolossoi, dont la fusion prévue par le rituel juratoire permet de constituer une sorte de « communauté organique » qui scelle ses liens avec le territoire de la métropole, ainsi qu’avec celui de la colonie. Le serment fonctionne ainsi comme un complexe de paroles et de gestes rituels qui consacrent le lien entre les membres de la communauté et contribuent à « faire » du territoire.

4Sont intervenus dans le cadre du séminaire trois étudiants (Alessandro Buccheri, sur les occurrences du terme physis et la métaphore végétale dans le Philoctète de Sophocle ; Marco Malaspina, sur la riche notion de mundus dans la littérature latine ; et Nicolas Siron sur la question de la fiabilité de la parole juratoire dans une sélection de textes du corpus tragique athénien, ainsi que deux professeurs invités de l’EHESS : Wei Zhang (Université Fudan, Shanghai) a présenté une conférence intitulée : « “Homer the educator” or can the poet educate ? » ; Egbert Bakker (Université de Yale) a donné une conférence sous l’intitulé : « Les “viandes innombrables” (kréa áspeta) et l’interprétation de l’Odyssée ». Qu’ils en soient tous vivement remerciés.

Publications

  • « Presenze divine nel mondo : il culto in Grecia », dans L’Antichità, sous la dir. d’Umberto Eco, vol. 6, Grecia. Mito e religione, Milan, Encyclomedia Publishers, 2011, p. 136-169.
  • « La prassi rituale tra gesti e parole », dans L’Antichità, op. cit., p. 170-213.
  • « L’Invenzione della magia in Grecia », dans L’Antichità, op. cit., p. 426-447.
  • « La magia a Roma », dans L’Antichità, op. cit., vol. 11, p. 542-558.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcello Carastro, « Anthropologie religieuse et histoire culturelle de la Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 349-351.

Référence électronique

Marcello Carastro, « Anthropologie religieuse et histoire culturelle de la Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21185

Haut de page

Auteur

Marcello Carastro

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals