Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Parenté et dynamiques identitaires

Enric Porqueres i Gené
p. 364-365

Texte intégral

Enric Porqueres i Gené, maître de conférences

Parenté politique

1Le travail du séminaire s’est déroulé sur deux axes. D’une part, il s’est agi d’explorer les liens entre parenté et politique. L’étude d’auteurs classiques – avec une intervention de Jérôme Wilgaux, enseignant de l’Université de Nantes, sur La cité antique de Fustel de Coulanges, puis une session sur Les Formes élémentaires de la vie religieuse d’Émile Durkheim – a servi pour comprendre comment les sciences sociales des débuts ont posé la relation entre religion, politique et parenté. À la suite de ces travaux préliminaires on a exploré différents contextes pour mieux cerner les relations entretenues entre parenté et politique. Le rôle des images de la parenté, le sang et la famille en milieu mafieux a été le sujet d’un exposé de Deborah Puccio. La gestion politique des mariages mixtes albanais a fait l’objet de la présentation de Mickaël Wilmart ; Omar Ribeiro, professeur de l’Unicamp invité de l’EHESS, a présenté ses travaux sur le Mozambique et sur Haïti, notamment sur la place du payement du lobolo, le prix de la fiancée, dans les relations internationales en Mozambique et sur le rôle crucial des lakou, unités de parenté traditionnelles, dans l’après tremblement de terre en Haïti. Ensuite nous avons exploré la construction de nations nouvelles en Amérique du Sud pendant le XIXe siècle. Les réflexions de Susana Villavicencio, de l’Université de Buenos Aires, sur les idéologues de la nation argentine ont permis de donner toute son importance à la rhétorique de la parenté dans les processus de constitution du « nous » national. L’exemple basque a été également mobilisé à ces fins tout comme le contexte brésilien, objet d’une présentation de Robert Rowland, professeur de l’Université de Lisbonne invité à l’EHESS. Le cadre de l’ONU et la construction juridique des peuples autochtones ont été traités par Irène Bellier, qui a mis en relief la place centrale des rhétoriques des liens ancestraux avec la terre dans les débats contemporains sur les droits des peuples autochtones. Suite à ces travaux, j’ai organisé, en collaboration avec Maitane Ostolaza, de l’Université Paris-IV/Sorbonne, et de Santiago de Pablo, de l’Université du Pays Basque, le colloque International Les symboles de la nation, qui a eu lieu à la Maison Suger les 9 et 10 juin.

2D’autre part, les dernières sessions du séminaire ont été consacrées à l’exploration d’une série de systèmes ethno-embryologiques, notamment de l’Afrique de l’Ouest. Ceci en collaboration avec Alejandro Bilbao, professeur à l’Université de Valparaiso partenaire du programme Ecos/CONICYT C08H01 : Simbolismo y representación de la individuación en el contexto de una antropología política de la globalización, avec qui j’ai organisé le colloque international Las creaciones identitarias de la globalización à Valparaiso (27 au 29 octobre 2010). Nous avons confronté certains débats de la bioéthique contemporaine sur le statut de l’embryon avec ce que les ethnologues ont décrit concernant les représentations autour de la vie embryonnaire dans diverses cultures. Les cas Tallensi, Dogon, Gourmantche et Samo ont retenu notre attention et ont servi tout particulièrement pour traiter de la place toujours présente, et souvent négligée par les anthropologues travaillant sur la personne, des processus d’individuation de l’être in utero. Nous avons par ailleurs procédé à une lecture approfondie de certains ouvrages du philosophe de la biologie Simondon qui offrent des outils conceptuels très pertinents dans la construction de notre objet. Les travaux entamés se poursuivent cette année dans le cadre d’un séminaire à l’EHESS.

Publications

  • « Llinatges xuetes : límites y ventajas de la aproximación antroponímica », dans Un juego de engaños : movilidad, nombres y apellidos en los siglos XV a XVIII, sous la dir. de Grégoire Salinero et Isabel Testón, Madrid, Ediciones de la Casa de Velazquez, 2010, p. 43-58.
  • « Globalisation, relation et transcendance à l’époque de l’embryon individu », dans Creación, identidad y mundo en los estados de la globalización, sous la dir. d’Alejandro Bilbao, Valparaíso, Ediciones Universitarias de Valparaíso, 2011, p. 119-133.
  • Avec González Alcantud et José Antonis « La política o la política. Entrevista a Marc Abélès », Imago critica, n° 33, p. 153-161.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enric Porqueres i Gené, « Parenté et dynamiques identitaires », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 364-365.

Référence électronique

Enric Porqueres i Gené, « Parenté et dynamiques identitaires », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21197

Haut de page

Auteur

Enric Porqueres i Gené

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals