Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des espaces économiques

Valeria Siniscalchi et Birgit Müller
p. 367-368

Texte intégral

Valeria Siniscalchi, maître de conférences
Birgit Müller, chargée de recherche au CNRS

Anthropologie des régulations économiques : temps, valeurs et pouvoirs

1Ce séminaire s’est consacré à l’étude des pratiques, des logiques et des politiques de définition et de mise en œuvre des mécanismes de régulation. En conjuguant empiriquement la dimension économique et politique, nous avons exploré le champ des régulations économiques dans leur diversité et dans leur mise en pratique. Ce qu’on appelle la « globalisation néolibérale » s’accompagne d’une extension et de l’élaboration de nouveaux mécanismes de régulation. En s’appuyant sur des enquêtes récentes ou en cours, appréhendées dans une perspective comparative, nous nous sommes intéressés aux relations sociales, productives, d’échange et de pouvoir qui soutiennent ces mécanismes de régulation ou qui en découlent. Dans une partie des séances nous avons mis en parallèle des cas d’études issus de nos terrains respectifs (les contrats agraires et les rapports de travail, les propriétés intellectuelles des semences, les politiques agricoles, la labellisation de produits alimentaires). Cette confrontation nous a permis de rentrer dans le domaine de la régulation à travers l’analyse des tensions et des conflits de valeurs et d’intérêts qui apparaissent quand de nouvelles formes de régulation sont négociées et mises en place. L’attention a également été portée aux espaces économiques que ces formes de régulation produisent. Laurence Americi (UMR Temps, espaces, langage Europe méridionale), Pierre Fournier, Mathieu Leborgne et Cesare Mattina (Laboratoire méditerranéen de sociologie) ont illustré les formes de la régulation économique des territoires industriels à travers l’analyse comparée de trois sites mono-industriels de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’intervention de Cristina Papa (Università di Perugia) a porté sur les politiques de la différence et de la soft economy et celles de Richard Wilk (Indiana University), directeur d’études invité à l’EHESS, sur les mouvements de défense du local food aux États-Unis et sur leur dimension politique.

2En abordant différentes définitions et approches de la notion de régulation, nous avons exploré les formes d’autonomie et de dépendance et la confrontation des logiques contractuelles, la construction de la confiance et de la légitimité politique, les contextes de l’élaboration des normes et les conflits entre systèmes normatifs, les articulations entre divers registres du temps et régimes de pouvoir. À partir de différents cas et contextes, les concepts classiques de l’anthropologie économique ont été réinterrogés.

3Dans le cadre d’un projet de recherche multidisciplinaire financé par la Direction de l’économie régionale, de l’Innovation et de l’enseignement supérieur, Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et coordonné par Juliette Rouchier qui porte sur les AMAP (Associations pour le maintien d’une agriculture paysane) et les circuits courts, j’ai pu poursuivre mon travail de terrain en Italie et en France sur le mouvement international Slow Food. Les acquis de ces recherches ont été discutés dans une partie des séances de mes séminaires. J’ai effectué une mission aux États-Unis destinée à la mise en place d’un groupe de travail qui réunit des anthropologues et des sociologues menant des recherches sur les formes d’activisme dans le domaine de l’alimentation. La première étape de cette mission a été l’Université de Millersville (Pennsylvanie) où j’ai également donné deux conférences. Avec Carole M. Counihan, j’ai co-dirigé deux ateliers dans le cadre du congrès annuel de l’American Anthropological Association (AAA, New Orléans, Louisiane) : « Food activism : Individual practice, from the home to the public » et « Food activism : Consumer/producer movements as politicai movements ». Ces rencontres ont permis de saisir des axes de réflexion communs et de constituer un premier groupe de chercheurs.

Publications

  • « Regimi di singolarità e politiche della ripetizione », La Ricerca folklorica, 2010.
  • « Competere e cooperare. Imprenditori, operai, economisti nel Mezzogiorno » dans Competizione, cooperazione, invidia. Saggi di antropologia, sous la dir. de Franco Lai, Rome, CISU, 2010, p. 101-121
  • « Economy and power within the Écrins National Park. Thinking nature, defining space », dans Constructing cultural and naturai heritage. Parks, museums and rural heritage, sous la dir. de Xavier Roigé et Joan Frigolé Reixach, Girona, Documenta universitaria, 2010, p. 91-106.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valeria Siniscalchi et Birgit Müller, « Anthropologie des espaces économiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 367-368.

Référence électronique

Valeria Siniscalchi et Birgit Müller, « Anthropologie des espaces économiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21199

Haut de page

Auteurs

Valeria Siniscalchi

Articles du même auteur

Birgit Müller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals