Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Données biologiques, imaginaire et identité

Mary Picone
p. 374-375

Texte intégral

Mary Picone, maître de conférences

Le tabou : état des lieux

1Après les tabous liés à la mort ou à l’alimentation examinés en 2009-2010, nous avons dédié la plupart des séances de cette année à la sexualité. Les sujets traités incluent notamment les souillures associées au corps féminin, les mutilations sexuelles, l’inceste et la pédophilie, les viols et les violences sexuelles et, enfin, la pornographie comme tentative de représentation d’interdits. Des recherches plus détaillées sur l’ensemble de ces sujets confirment, comme on pourrait s’y attendre, que la discrimination est la conséquence inéluctable de l’imputation d’impureté.

2Une partie importante des exemples choisis concernait l’Asie, analysés suivant une perspective comparative. La souillure attribuée au corps féminin dans les religions japonaises jusqu’à une époque assez récente est parfois d’origine chinoise et/ou véhiculée par le bouddhisme. Parmi les pratiques de ce type, nous avons examiné la récitation du sutra du Lac de sang, ou l’usage d’ouvrir le ventre des cadavres des femmes enceintes pour extraire le fœtus avant l’inhumation.

3Les mutilations sexuelles ont une diffusion géographique assez vaste. Avant d’examiner les derniers travaux sur les variétés de la « circoncision féminine » en Afrique (et quelques zones du Moyen-Orient), nous avons étudié l’usage de bander les pieds des femmes chinoises, notamment au moment de l’abolition de la pratique après la Révolution. L’inceste et la pédophilie – très souvent liés dans les débats juridiques actuels – ont été étudiés d’abord séparément. Il est peut-être vrai que l’inceste est un tabou « universel » en dépit de l’extrême variation, des formes de parenté et des interdits au cours du temps et d’une société à l’autre. La pédophilie est tout autant difficile à examiner dans un contexte d’interdit absolu. Même parmi les pays post-industrialisés l’âge du consentement varie considérablement ; au Japon par exemple il est de treize ans. L’attitude du gouvernement nippon concernant certaines représentations pédophiles est également très différente de celle des pays occidentaux. Les sources utilisées cette année ont été très diversifiées. Elles incluaient des textes d’histoire des religions, des recueils d’érotisme japonais, ainsi que des rapports d’organisations non gouvernementales.

4Les analyses théoriques du tabou ont été plus approfondies l’année dernière au début du séminaire. Cependant nous avons continué l’analyse sur la base des travaux de E. Leach, Dorothy Ko et V. Valeri.

5Mes activités pendant cette période comprennent : en septembre l’organisation, avec T. Gill (Université Meiji Gakuin), d’un panel au congrès triennal de la British Association for Japanese Studies qui s’est tenu à la SOAS : « Stigma in life, stigma in death », où j’ai présenté une communication intitulée : « The death of the destitute and the persistence of kegare in popular religion » ; en mars une communication intitulée « Brief notes on kappa and other worlds in the Taishô period » à l’occasion d’une journée d’études à Paris-Vil : « Looking through monsters : Anomalies, prodigies and pandemonium » (organisé par M. Hayek et C.-A. Brisset) ; en mai l’organisation, avec Anna Skarpelis (New York University), de deux journées d’études à l’EHESS : « The making and unmaking of problematic social groups in 20th century Japan ». Mon intervention s’appelait : « Missing persons : The hidden, unidentified, uncounted, living or dead : An interstitial category ? »

6Pour la diffusion de la recherche j’ai donné en juin une conférence intitulée « La Mort au Japon, rites et esprits inquiets » à l’Association culturelle pour la photographie Stimultania, à Strasbourg.

7Cette année a été marquée par un terrain manqué suite au désastre du tremblement de terre et à l’incident nucléaire que j’ai vécu à Tokyo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mary Picone, « Données biologiques, imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 374-375.

Référence électronique

Mary Picone, « Données biologiques, imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21202

Haut de page

Auteur

Mary Picone

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals