Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Images du religieux en Afrique

Jean-Claude Penrad
p. 375-377

Texte intégral

Jean-Claude Penrad, maître de conférences

Anthropologie visuelle des pratiques rituelles

1Le séminaire a permis de revenir sur des questions importantes relatives à la pratique d’un terrain la caméra au poing. En novembre et décembre 2010, nous avons effectué une mission à l’île de La Réunion où nous avons filmé l’ensemble des cérémonies des dix premiers jours du mois de muharram, à la mosquée chi’ite ithna’acheri de Saint-Denis. Dans la suite de ce travail de collecte visuelle, les premières séances ont été mises à profit pour confronter ces tournages, encore à l’état de rushes, avec d’autres productions concernant ce même rituel dans d’autres pays, en Afghanistan, en Iran, au Liban, en Syrie et en Afrique orientale. Pour ce faire nous sommes également revenus, dans un premier temps, sur nos propres réalisations, plus anciennes, faites à Zanzibar et aux Comores lors de travaux sur les confréries soufi, là où s’est construite une expérience de l’insertion du chercheur et de ses outils cinématographiques dans des activités rituelles.

2Afin d’élargir notre investigation et de produire aussi des regards comparatifs, nous avons invité des chercheurs ayant approché les formulations rituelles sous des angles disciplinaires différents, en anthropologie et en histoire. Ainsi, Yannick Fer (CNRS) et Gwendoline Malogne-Fer (post-doctorante au GSRL), réalisateurs du film Pain ou coco. Moorea et les deux traditions (2010), ont traité des divergences, au sein de paroisses protestantes de Moorea, concernant des changements rituels qu’impliquent le remplacement du pain et du vin par de l’eau et de la noix de coco lors de la cène, la communion des fidèles protestants. Au-delà des débats strictement religieux divisant les paroisses, c’est la conjugaison d’une forme de christianisme avec l’héritage culturel local qui est aussi exposée dans ce travail d’anthropologie visuelle. Cloé Drieu (CNRS-Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques), s’est employée, quant à elle, à rechercher comment le cinéma soviétique d’Asie centrale convoquait des éléments rituels musulmans dans ses mises en scène militantes d’une critique sociale, politique et religieuse d’un monde « ancien » dénoncé et combattu. Elle a par ailleurs présenté L’émigrant (1934), un film de Kamil Yarmatov, dans le cadre du cycle « cinéma et sciences sociales ».

3Deux séances ont été réservées pour la présentation critique des travaux d’étudiants où nous avons notamment entendu Serge Nzuzi Masuama qui nous a présenté un montage vidéographique sur une messe conduite selon le rite congolais dans une église catholique française, et Augus Lembikissa dont l’exposé était construit à partir du film La nuit du Bwiti (1995) de Jean-Claude Cheyssial.

4Par ailleurs, divers engagements ont permis de développer ou d’élargir, hors séminaire, notre travail sur les écritures visuelles en Afrique et ailleurs. Dans le cadre de la Direction de l’audiovisuel de l’EHESS, ont ainsi été coordonnées plusieurs rencontres et manifestations centrées sur l’image cinématographique dont quelques-unes sont mentionnées ci-après. Les « projections de l’IISMM » organisées avec Sabrina Mervin (CNRS-CEIFR), ont été conçues pour réunir des cinéastes et des chercheurs en sciences sociales sur des thématiques concernant les mondes musulmans, cette année autour des films de Mohammad Ali Atassi (En attendant Abou Zayd, 2010), de Nabil Ayouch (« My land », 2010), de Omar Amiralay (Il y a tant de choses à raconter, 1997), et de Yasmine Kassari (L’enfant endormi, 2004). En association avec le Centre d’études africaines, une projection de « L’Ouragan africain », deuxième volet de la série télévisée Afrique(s), une autre histoire du XXe siècle (2010) a fourni l’occasion d’organiser un débat avec Catarina Madeira-Santos et Elikia M’Bokolo, l’un des auteurs de la série. Le cycle « cinéma et sciences sociales », organisé collectivement, a également été poursuivi avec la présentation de plusieurs films documentaires et de fiction.

5Enfin, il convient de mentionner une intervention faite à Lisbonne, au Centro de Estudos sobre Africa e do desenvolvimento, lors d’un colloque organisé par Joana Pereira Leite et Nicole Khouri, à partir des films réalisés pour le Jubilée de l’Aga Khan, par les institutions isma’ilennes lors de ses visites dans les différents pays où il est allé à la rencontre des communautés de ses partisans sur les quatre continents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Penrad, « Images du religieux en Afrique », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 375-377.

Référence électronique

Jean-Claude Penrad, « Images du religieux en Afrique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21203

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Penrad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals