Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe

François Pouillon
p. 392-393

Texte intégral

François Pouillon, directeur d’études

Itinéraires d’Orient

1Le séminaire a largement servi cette année de laboratoire à la préparation du colloque international tenu à l’EHESS et à l’Institut du Monde arabe, les 15-17 juin : « L’orientalisme et après ? Médiation, appropriations, contestation ». Démarché auprès de plusieurs centres et universités, au Maroc (Institut Abdel Aziz à Casablanca et Centre Jacques Berque à Rabat), en Tunisie (IRMC), à Grenade et à Leyde, il s’est agi de tester un certain nombre de prestations qui ont éventuellement donné lieu à communication et à publication dans le recueil Après l’orientalisme : L’Orient créé par l’Orient (IISMM-Karthala, 2011). De la présentation de ce programme, avec Jean-Claude Vatin, à la conclusion, sur le bilan saidien dressé avec exigence par Guy Barthélemy (CHSIM), contributeur régulier de nos travaux, nous avons sillonné cet espace de différentes manières.

2Histoire ancienne d’abord, avec le destin oriental du recueil dit des Mille et une nuits, analysé par Sylvette Larzul à propos de la consécration qui suivit avec quelque retard l’immense succès qu’il connut en Europe ; ou encore avec Kahina Mazari (CHSIM), illustrant la difficulté de l’Algérie à faire sienne l’Antiquité romaine. Histoire récente ensuite, avec une récapitulation, par Emmanuel Szurek (CETOBAC), sur un orientalisme kémaliste institué sur les ruines de l’Empire ottoman – le cinéma soviétique, nous dit Gabrielle Chomentowski (Sciences Po), n’a pas eu moins de difficultés à se penser un Orient intérieur. Il est regrettable que les approches de ces questions à travers la musique, avec notamment le cas de Camille Saint-Saëns, analysé par Stéphane Letheuré (Université de Tours) ou par Jan Pasler (Université de San Diego, Californie), n’aient pas donné lieu à plus de présentations lors de notre colloque.

3Dans un registre classique, celui de la récapitulation d’itinéraires de savants et d’artistes classés dans l’orientalisme, nous avons eu la présentation, par Corinne Cauvin Verner (CHSIM), du peintre Jacques Majorelle qui connaît aujourd’hui au Maroc un succès impressionnant ; par Anne-Marie Christin (Université Paris-VII/Diderot), sur l’écrivain et peintre Eugène Fromentin suite à la reprise de son édition d’Un Été dans la Sahara (Flammarion, Champs, 2009) ; enfin, par Claude Lefébure (CNRS, CHSIM) sur l’officier-illustrateur Théophile-Jean Delaye à propos d’une exposition organisée au Maroc par ses héritiers. Nous nous sommes nous-mêmes lancés dans une réévaluation de l’œuvre du « pape du pompier », Jean-Léon Gérôme, à l’occasion de la grande rétrospective qui lui était consacrée au musée d’Orsay. Plus audacieuse dans cette perspective était la mise au jour par Paul-Henri Bourellier d’une dimension orientaliste dans La Revue Blanche, dossier auquel il avait consacré une somme (Fayard, 2007) ; très peu politiquement correcte encore fut la synthèse que François Georgeon (CNRS, CETOBAC) a présentée sur l’alcool dans l’Empire ottoman. Concluant une réflexion transhistorique lancée, suite à un séjour à Grenade, Jeanne-Monique Carrière a proposé une analyse sur la place d’Al-Andalus dans l’œuvre de Cervantès. Nous avons par ailleurs amorcé une réflexion sur les dimensions imaginaires de la cartographie avec les exposés de Daniel Foliard (Université Paris-IV/Diderot) sur la cartographie britannique de l’Arabie intérieure, et de nous-mêmes sur les « géographies variables » de l’Extrême-Sud tunisien. Revenant à ce pays qui se retrouvait pour la première fois depuis longtemps à l’avant-garde d’un mouvement justement salué comme un « printemps arabe », nous avons tiré parti de séjours scientifiques pour reprendre contact avec le terrain de nos premiers travaux. Nous retrouvions là, dans un autre registre, la suite d’une réflexion sur la modernité dans cette région du monde, à quoi nous réfléchissions depuis quelque temps. Retour sur des publications récentes, nous avons consacré plusieurs séances, à l’IMA notamment, à la valorisation du dossier sur les sexualités que nous avions mis en place dans le cadre d’une livraison de L’Année du Maghreb 2010.

Publications

  • Avec Jean-Claude Vatin, Après l’orientalisme : l’Orient construit par l’Orient, Paris, IISMM/Karthala, 2011, 571 p.
  • « Mort et résurrection de l’orientalisme », ibid., p. 13-35.
  • « Des orientalistes indigènes : Notes sur l’émergence d’une peinture professionnelle en Méditerranée musulmane, XIXe-XXe siècles », Turcica, 42, 2010, p. 221-248 (dossier « Hamdi Bey et les paradoxes de la peinture orientaliste »).
  • « Peinture arabe en liberté », La Revue, 10, mars 2011, p. 112-116.
  • Avec Guy Barthèlemy, « Le débat sur l’orientalisme : déplacer les lignes » Qantara, n° 80, juillet 2011, p. 49-52.
  • « Leon el Africano, hombre de mùltiples rostrosé », dans El Mediteràneo plural en la edad moderna. Sujeto historico y diversidad cultural, sous la dir. de José A. Gonzàlez Alcantud et André Stoll, Barcelone, Anthropos, 2011, p. 191 -204.
  • « Tunisie : considérations inactuelles », La Lettre de l’EHESS, n° 42, mai 2011, extrait dans Qantara, n° 79, avril 2011, p. 7.
  • « Il faut aller en Tunisie : Notes sur un tour dans le Sud tunisien (juillet 2011) », La Presse de Tunisie, 10 août 2011. [Texte intégral dans Bulletin de l’IRMC (Tunis), 7, 2011, p. 17-19]
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Pouillon, « Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 392-393.

Référence électronique

François Pouillon, « Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21215

Haut de page

Auteur

François Pouillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals