Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de l’art et du rapport à l’objet

Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini
p. 401-403

Texte intégral

Brigitte Derlon, directeur d’études

Anthropologie de l’art : la réception des œuvres

1Appliquée aux arts, la notion de « réception » renvoie aux destinataires des œuvres. La perception esthétique, les jugements de la critique, les réactions des spectateurs, les pratiques culturelles, la morphologie sociale des publics, l’histoire et la sociologie du goût, ou encore le collectionnisme sont autant de phénomènes qui relèvent de la réception de l’art. Autour de la notion de « réception » se sont ainsi constitués des champs de recherche dans des disciplines aussi variées que les études littéraires et musicales, la sociologie, l’histoire sociale, l’histoire de l’art et la philosophie.

2Après avoir présenté, à travers des ouvrages et auteurs majeurs, quelques grands traits de la réflexion dans ces champs disciplinaires, nous avons souligné que l’anthropologie de l’art, qui s’est fait une spécialité de l’étude des arts non occidentaux, constituait une exception. En effet, si les ethnologues se sont intéressés aux réactions des spectateurs lors des rituels, aux critères esthétiques indigènes, ou encore à l’influence des goûts des destinataires étrangers sur la production des arts commercialisés, ils n’ont pas constitué de domaine de recherche spécifique autour de la réception des arts (alors qu’ils l’ont fait pour les processus de création). L’analyse de leur vocabulaire montre que de même qu’ils répugnent à qualifier d’« œuvres » les productions non occidentales, ils limitent l’usage du mot « réception » à l’évocation du regard étranger sur les arts indigènes, l’associant ainsi implicitement aux effets produits par l’art sur des publics occidentaux. Seul Alfred Gell (1998), dont la réflexion théorique englobe arts occidentaux et non occidentaux, qualifie de « réception » les effets qu’ils produisent sur leurs publics respectifs, mais l’orientation très particulière de son approche, influencée par le cognitivisme et fermée aux considérations esthétiques, lui interdit d’élaborer une réflexion structurée sur l’ensemble des phénomènes relevant de la réception des arts. Il convient par ailleurs de noter qu’en taxant d’ethnocentriques les approches esthétiques des arts non occidentaux, le post-colonialisme a mis un frein aux études des années 1970 qui, à l’époque où il s’agissait de lutter contre l’infériorisation de ces arts et de leurs producteurs, évoquaient par exemple l’existence d’une « critique artistique » en pays Yoruba (Robert Farris Thompson), en usant volontairement d’une expression jusque-là réservée à « l’art pour l’art » occidental. Les traditions académiques, qui tendent à associer des disciplines à l’étude de types de société et de formes d’art, ont contribué au durcissement des différences perçues entre arts occidentaux et arts non occidentaux, ainsi qu’au peu d’empressement des ethnologues à engager des réflexions anthropologiques autour des modalités de leur réception – et ce, malgré les échos entre leurs travaux et ceux d’historiens d’art comme Ernst Gombrich et David Freedberg notamment.

3Afin d’explorer les potentialités d’une approche anthropologique non clivée des arts en matière de réception, nous avons choisi un thème, celui de la relation esthétique, et comparé des expériences rarement rapprochées : celles de participants mélanésiens à des rites traditionnels, de participants européens à des rites catholiques, et d’amateurs d’art en France. Ce choix résultait de la volonté de mettre à l’épreuve l’idée persistante, chez nombre de spécialistes des sciences sociales, qu’il existerait une irréductibilité des conduites esthétiques rituelles et profanes. Les premières seraient déterminées par l’aspect fonctionnel des objets de culte, l’instrumentalisation de la beauté à des fins religieuses, ainsi que le poids des représentations collectives, tandis que les secondes, profondément personnelles, seraient marquées par la satisfaction autonome prise à la contemplation des œuvres d’art. Or, la comparaison entreprise a montré, d’un côté, qu’on ne pouvait guère parler d’une autonomie de l’expérience esthétique chez les amateurs d’art et, de l’autre, que les rituels, Ici comme ailleurs, savaient faire la part belle aux subjectivités. Elle a aussi permis de souligner les similitudes des conceptions du « beau » qui, dans les trois types de cas étudiés, se donne comme une dimension totale et peut s’éprouver comme un dessaisissement faisant accéder à des réalités supérieures.

4Deux intervenants ont contribué à ouvrir les perspectives du séminaire en présentant des approches ethnographiques de la réception de l’art ou des objets en Europe : Nikolai Ssorin-Chaikov (Université de Cambridge), à propos des cadeaux diplomatiques reçus par les leaders soviétiques, et Cosmina Ghebaur (docteure), à propos de la réception des expositions photographiques en extérieur.

Brigitte Derlon, directeur d’études
Monique Jeudy-Ballini, directrice de recherche au CNRS

L’ambivalence des objets : regards transculturels, 2

5Poursuivant nos travaux sur les regards différents portés sur les objets qui ont franchi des frontières culturelles, nous nous sommes intéressées cette année à ces « choses » singulières que sont les restes humains devenus des spécimens scientifiques ou des pièces de collection : ossements, crânes, têtes réduites, scalps, momies, objets ethnographiques intégrant des matériaux humains, etc. Depuis une quarantaine d’années, leur présence au sein d’instituts, de musées ou de collections privées a soulevé de vifs débats politiques, éthiques, juridiques et académiques, particulièrement quand les restes humains concernés sont ceux d’individus ayant appartenu à des groupes dominés ou minoritaires (pays anciennement colonisés, peuples autochtones, minorités ethniques ou religieuses), et qu’ils sont détenus par les membres de groupes dominants ou majoritaires. Ces débats, qui relèvent plus largement des discussions engagées sur les « appropriations culturelles », se sont principalement organisés autour de la question du retour ou de la restitution de ces restes humains à leur « groupe » ou « pays d’origine ».

6Après un bref aperçu de la nature hétérogène et de la variété des modes d’acquisition des pièces de collections relevant de la catégorie des « restes humains » (don, achat, détournement, pillage, vol, etc.), nous avons retracé l’histoire du mouvement en faveur de leur restitution, puis présenté les principaux instruments normatifs internationaux, ainsi que certaines des lois nationales à l’origine de restitutions massives ou très spécifiques. Ce mouvement a incité les scientifiques et personnels des musées à adopter de nouvelles pratiques et règles déontologiques, mais aussi à élaborer des formes inédites de collaboration avec les « groupes d’origine ». Invités à intervenir à ce propos dans le séminaire, Vincent Saporito a exposé les résultats de son mémoire de master sur la gestion du « sacré » et des collections « sensibles » dans certains musées nord-américains, tandis que Guigone Camus (doctorante) a traité du catalogage, de la disposition et des manipulations des restes humains à partir de son expérience dans un musée français.

7Le séminaire s’est poursuivi par une étude de cas de restitutions réclamées, contraintes ou spontanées impliquant des institutions de différents pays du monde (États-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, France, Israël, etc.). Cette étude a permis d’illustrer la diversité des enjeux et des problèmes, dont certains confrontent l’anthropologie à ses propres modèles. En effet, les débats relatifs aux restitutions des restes humains, où se trouve souvent évoquée l’idée d’un « grand partage » entre l’Occident et le reste du monde, ont fait resurgir une conception essentialiste des « cultures » comme des entités séparées, homogènes, et toujours identiques à elles-mêmes. Une place de choix a été réservée à l’analyse des arguments avancés en faveur ou défaveur de certaines restitutions, qu’ils viennent des « groupes » ou « pays d’origine » (dont certains s’opposent au retour des restes humains), des personnels de musée, du monde académique, des organismes internationaux, des politiques ou des membres de la société civile. Après avoir identifié les différents registres de valeurs utilisés, nous avons étudié la manière dont partisans et adversaires des restitutions mobilisaient les ressemblances et différences supposées entre les cultures pour justifier leurs positions.

Publication

  • Avec Monique Jeudy-Ballini. « Le procès de l’appropriation : la réception de l’art primitif », dans L’archaïque contemporain, textes réunis par Dominique Clévenot, Figures de l’art, n° 19, Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, 2011, p. 71-81.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini, « Anthropologie de l’art et du rapport à l’objet », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 401-403.

Référence électronique

Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini, « Anthropologie de l’art et du rapport à l’objet », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21222

Haut de page

Auteurs

Brigitte Derlon

Articles du même auteur

Monique Jeudy-Ballini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals