Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie et histoire des sciences dans le monde indien

Francis Zimmermann
p. 407-408

Texte intégral

Francis Zimmermann, directeur d’études

Philosophie contemporaine à partir des langues de l’Inde

1La māyā, qui désigne les sortilèges de la nature et peut alternativement désigner une illusion délétère ou une fiction utile, l’ātman (le soi dans l’hindouisme) et l’an-âtman (le non-soi des bouddhistes) sont des points de vue sur l’expérience vécue. Pour le montrer, nous sommes partis de récits et de dialogues. La philosophie européenne, dominée par ce qu’on a appelé le « programme apophantique » des Grecs, a objectivé les énoncés en les libérant de leur contexte d’énonciation pour distinguer le vrai du faux. Notre démarche est, au contraire, de partir d’énonciations philosophiques ethnographiquement situées. L’écriture de la pensée, selon nous, est une écriture de la voix. La philosophie, pour nous, dépend d’un contexte historique, social, culturel, linguistique. Dans cette enquête nous avons rencontré cinq techniques d’écriture de la pensée : l’alternance entre dialogue et récit, les pensées rapportées au style indirect libre, la métalepse narrative (glissements d’un espace-temps à un autre), l’emploi des indexicaux (pronoms, adverbes, temps du verbe) et des noms propres comme embrayeurs vers la réalité virtuelle.

2Une énonciation à la manière indienne est une supposition par laquelle nous nous projetons dans une réalité virtuelle ou fictive qui donne sens à la réalité observée. Les logiciens en sanskrit appellent arthāpatti une conclusion qui s’impose en pratique (inference from circumstances), la plus convaincante des inférences possibles (inference to the best explanation), que j’admets sans vérifier. L’exemple traditionnel des logiciens indiens est le suivant. Devadatta est obèse, mais il prétend ne jamais rien manger et à aucun moment de la journée on ne le voit manger. Comme il faut bien qu’il mange pour entretenir son obésité, je suppose que Devadatta mange la nuit. Une arthāpatti est une supposition nécessaire à l’interprétation d’une situation observée dans laquelle deux faits contraires sont tous les deux présents ; je dois postuler un troisième fait qui explique à la fois l’opposition et la présence des deux premiers. Dans les arthāpatti portant sur la conscience de sol, le troisième fait, non observé mais postulé, est de nature métaphysique. Pour expliquer le lien entre les actes accomplis dans cette vie et les heurs et malheurs subis dans une vie future, nous postulons l’existence d’une permanence de l’identité personnelle à travers la pluralité de ses réincarnations. C’est une supposition métaphysique. Ces suppositions, loin d’être certaines ou d’avoir valeur de vérité, sont simplement d’utiles fictions. Les conférences de Mark Siderits, professeur invité, sur le thème Buddhist Non-Self and the Nature of Awareness, faisaient contrepoint à notre analyse de la fiction utile.

3Nous avons pris différents cas dans la littérature contemporaine. Pāṇḍavapuraṃ (1979) par exemple, livre-culte en malayalam, qui fait alterner les hallucinations de l’héroïne racontées au style indirect libre et la réalité de la vie ordinaire au Kerala, invite à philosopher à travers la fiction. Le temps du récit est ambigu ; il se situe dans les premiers jours de la maladie mentale, à un moment où l’imaginaire n’est pas encore figé dans l’objectivité du délire, moment privilégié où la fiction est un instrument de connaissance philosophique. L’alternance entre les pensées rapportées au style indirect libre (le rêve, le délire, les souvenirs fragmentés) et les petits faits vrais de la vie quotidienne illustre la doctrine du saṃsāra (la roue des réincarnations) : disparaître et réapparaître, d’une vie à une autre, d’un espace-temps à un autre espace-temps, de l’espace du dehors à l’espace du dedans. Le mari a pris la fuite pour revenir dans le délire de l’héroïne. Disparitions – prendre la fuite, abandonner sa femme et ses enfants, renoncer à sa position sociale et prendre la route ou simplement trouver la mort de quelque façon que ce soit – puis réapparitions dans un autre monde, la ville imaginaire de Pāṇḍavapuraṃ, ou dans le rôle d’un personnage de substitution, un amant visiteur (nous sommes chez les Nāyar du Kerala, modèle connu d’une société à maris visiteurs). Le lecteur est conduit à inverser le sens du regard qu’il porte sur cette histoire et considérer la réalité à partir du délire. Ce renversement du regard, que nous avons analysé sur bien d’autres exemples, résumait notre démarche tout au long de l’année.

Publication

  • « Du phlegmon à l’azadirachtine. Représentations indiennes des maladies et bioprospection », dans Maladie et santé selon les sociétés et les cultures, sous la dir. de Maurice Godelier, Paris, PUF, 2011, p. 53-73.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Zimmermann, « Anthropologie et histoire des sciences dans le monde indien », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 407-408.

Référence électronique

Francis Zimmermann, « Anthropologie et histoire des sciences dans le monde indien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21225

Haut de page

Auteur

Francis Zimmermann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals