Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie du christianisme

Jean-Pierre Albert
p. 416-418

Texte intégral

Jean-Pierre Albert, directeur d’études

Les usages religieux de l’écriture. Approches comparatives

1Comme annoncé l’année dernière, le second volet du séminaire a été plus précisément consacré aux usages de l’écriture que l’on pourrait qualifier de rituels, voire de « magiques » dès lors qu’ils se trouvent en marge des formes dévotionnelles tenues pour légitimes par les autorités religieuses.

2Le premier dossier étudié a été celui des chaînes de prières, encore appelées chaînes magiques ou prières à recopier, repris après l’étude que je lui avais consacrée il y a une quinzaine d’années. Si le phénomène a évolué avec le développement de l’Internet, au point de rendre exceptionnelle aujourd’hui la réception d’une chaîne sur papier, l’enjeu de cette reprise n’était pas de cerner une évolution mais plutôt de réévaluer les interprétations initialement proposées. Les chaînes de prière les plus fréquentes étaient, entre les années 1950 et 2000, celles dites de saint Antoine, héritières déviantes d’un « bref de saint Antoine de Padoue » diffusé par l’Église catholique depuis la fin du XIXe siècle, qui ne donnait lieu à aucune formule de transmission sur le mode de la chaîne. L’analyse a consisté à montrer que, par-delà cette origine factuelle, la référence à ce saint en particulier trouvait sa justification dans l’hagiographie du personnage et surtout le rôle qui lui est conféré de petit saint de la vie quotidienne (sa spécialité la plus connue étant de faire retrouver les objets perdus). L’invocation d’une alternative entre la mort accidentelle (pour ceux qui refusent de poursuivre la chaîne) et le gain à la loterie (pour ceux qui entrent dans le jeu) est à mettre en relation avec la question de l’aléatoire et de sa gestion. En même temps, le simple fait de consentir à la dépense de temps et d’argent que représentent les copies ou photocopies des lettres et les frais d’affranchissement des courriers traduit un engagement au sein d’une bonne cause collective : il s’agit de procurer la chance à d’autres en mettant en place une formule quasi universelle de solidarité (les textes précisent souvent que la chaîne a déjà fait sept fois le tour du monde).

3Le séminaire a accueilli par ailleurs un exposé d’Habib Samrakandi, doctorant, sur les pratiques de l’écriture à des fins thérapeutiques ou apotropaïques dans l’islam et un exposé de Marlène Albert-Llorca, professeur à l’Université de Toulouse-II/Le Mirail, faisant le point sur les travaux consacrés à l’écriture votive (cahiers d’intentions de prières). La dernière séance du séminaire a été consacrée à un exposé de Céline Pérol, maître de conférences à l’Université de Clermont-Ferrand, sur l’hagiographie de sainte Marthe : occasion de poursuivre un dialogue avec les travaux que j’ai moi-même consacrés à cette sainte.

4Enfin, deux présentations que j’ai faites dans le séminaire (animé avec Anne Bouchy, directrice d’études à l’EFEO) « Les modes d’action du religieux » étaient en relation directe avec les thématiques du présent séminaire. L’un portait en effet sur les manipulations du langage (écrit ou oral) qui, en contexte rituel surtout, contribuent à brouiller les contours des entités surnaturelles et à les instituer ainsi dans cette dimension : par exemple la prolifération des épithètes et épiclèses dans la désignation des divinités qui mettent en jeu le principe d’identité. L’autre exposé, dans le même esprit que mon travail sur les chaînes de prières, concernait l’imaginaire des collectifs institués par des représentations dogmatiques (par exemple la communion des saints dans le catholicisme) ou des pratiques rituelles – telle « l’adoration perpétuelle » dont l’impératif de continuité n’est pas sans analogie avec celui de la chaîne. Dans les deux cas, du reste, c’est une dimension cosmique qui se fait jour, la perspective d’une concaténation indéfinie apparaissant comme une manière de conjurer la mort ou la fin des temps.

Publications

  • L’œuvre de Claude Lévi-Strauss. Contextes et commentaires, Études et travaux de l’École doctorale TESC, n° 11, 2011, direction de l’ouvrage, introduction et contribution.
  • Avec Corinne Bonnet, « La colère de Yahvé contre son peuple. Châtiment, dette et ordre cosmique », Mythos, n° 17, Palerme, 2010, p. 129-140.
  • « À propos de l’incroyance (XIIIe-XVIe siècle) », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Libertinage, athéisme, Irréligion. Essais et bibliographie, mis en ligne le 22 février 2011, http://dosslersgrihl.revues.org/​4579.
  • « Le recours à des universaux dans l’interprétation des données archéologiques et ethnographiques », Le genre humain, « L’archéologie comme discipline ? » sous la dir. de P. Boissinot, n° 50, 2011, p. 153-170.
  • « Érudition et mystique dans le monachisme chrétien », Archives de sciences sociales des religions, n° 154, avril-juin 2011, p. 43-58.
  • « Don, échange, argent. Quelques réflexions à partir de l’Essai sur le don de Marcel Mauss », Empan, n° 82, « Argent, don et lien social », Toulouse, Erès, 2011, p. 14-19.
  • Membre du Comité scientifique et rédacteur des entrées : ascétisme, lieux saints, martyr (avec Farhad Khosrokhavar), miracle, mort, pur/impur, rite (avec Albert Piette), sacrifice (avec Pierre Bonte), sainteté (avec Raymond Jamous), vie, virtuose religieux, dans Dictionnaire des faits religieux, sous la dir. de Régine Azria et Danièle Hervieu-Léger, Paris, PUF, 2010.
  • « Reliques, images, corps glorieux. À propos de l’embaumement des morts dans le monde chrétien », dans De corps en corps. Traitement et devenir du cadavre, sous la dir. d’Isabelle Cartron, Dominique Castex, Patrice Georges, Mathieu Vivas et Martine Charageat, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010.
  • « Gemmes, humeurs, esprit. Symboliques de la translucidité », dans Décors des corps, sous la dir. de Gilles Boëtsch, Dominique Chevé et Hélène Claudot-Hawad Paris, CNRS Éditions, 2010.
  • Avec Jacques Durand, « Roman Jakobson et Claude Lévi-Strauss. Anthropologie et linguistique structurales », Caravelle. Cahiers du Monde hispanique et luso-brésilien, n° 96, Toulouse, juin 2011, p. 151-163.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Albert, « Anthropologie du christianisme », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 416-418.

Référence électronique

Jean-Pierre Albert, « Anthropologie du christianisme », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21234

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Albert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals