Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de la domination : pratiques, discours, représentations dans les sociétés berbères

Tassadit Yacine
p. 423-424

Texte intégral

Tassadit Yacine, directrice d’études

1Trois volets caractérisent nos séminaires. Le premier, animé par Tassadit Yacine a posé la question fondamentale de la recherche en anthropologie dans des groupes confrontés au désastre (ici à une guerre de libération nationale de l’Algérie). Qu’entend-on par désastre et comment le définir ?

2Il y a donc des situations dites « ordinaires » où le chercheur peut appréhender le lien social autour duquel s’organise un groupe. Il y en a, en revanche, d’autres au sein desquels les groupes sociaux sont livrés à eux-mêmes. De ce fait, ils se retrouvent contraints à trouver du sens dans des situations de non-sens. C’est dans ce prolongement que sont intervenues :

  • Fatima Besnaci, pour comprendre l’histoire des Harkis, souligne-t-elle, il est essentiel de se poser quelques questions : y avait-il des harkis avant 1954 ? ; comment ont-ils été recrutés ou enrôlés ? ; quel a été leur sort à l’indépendance ? ; comment ont-ils été reçus en France ? ; aujourd’hui, que sont devenus les anciens harkis et leurs descendants ?
  • Soraya Tlatli (Université De Berkeley, directrice d’études invitée à l’EHESS) réinterroge, quant à elle, la construction de la mémoire algérienne en montrant l’utilisation hyperbolique du mythe du héros forgé par le nationalisme. Cette mémoire s’est réalisée en brouillant les différentes mémoires en rapport avec l’histoire vécue. Dans son analyse, Soraya Tlatli s’est appuyée sur une enquête de terrain et sur les productions littéraires francophones (Assia Djebbar, Boualem Sansal, etc.).

3Le deuxième volet a porté sur l’absence du lien social dans l’Algérie de la post-indépendance, ce qui fait dire à Brahim Salhi (Université de Tizi Ouzou) que toute perte de repères favorise le désenchantement du monde. En effet, pour beaucoup de jeunes en attente de nouveaux horizons, la situation est anomique. Ce qui n’a pas été le cas pour la société kabyle du XIXe siècle, colonisée certes mais fortement structurée grâce au tissu de solidarités plurielles dont le religieux (cf. l’exemple de la rahmanya).

4Le troisième volet concerne les rapports de domination symboliques.

  • Lahoucine Bouyaakoubi (EHESS) étudie le regard des chercheurs français durant le protectorat au Maroc (1912-1956) et leur relation à la langue et à la culture berbères. Pour le comprendre, il est impératif d’appréhender les conditions de production et saisir comment ce regard était utilisé dans des stratégies de domination ?
  • Nora Tigziri (Université de Tizi-Ouzou, directrice d’études invitée à l’EHESS) à partir d’un corpus de la région d’Ain El Hammam, a essayé de montrer que les expressions populaires relatives au corps dans la société kabyle privilégient davantage certaines parties que d’autres (Tizi-Ouzou). Cette collecte lui a permis de mettre en relief les parties du corps les plus utilisées. Les plus représentées étant udem « visage », afus « main », et ul « cœur ». Cette forme de discours permet de saisir comment le Kabyle, à partir de ses expressions, contourne les tabous, décrit la relation entre l’environnement et les hommes.
  • Pour finir, Hervé Sanson s’est consacré à l’étude des romans d’Assia Djebbar et de Leila Sebbar. Ces deux auteurs explorent dans leurs œuvres leur rapport à la langue, française et arabe, et les interactions de ceux deux langues avec les genres sexuels et leurs déterminations sociales.

Publications

  • « Société et représentations du monde dans les tiqsidin kabyles », Awal, n° 40-41, 2009-2010, p. 9-21.
  • « Langue et vision du monde », préface à Driss Azdoud, Dictionnaire berbère-français, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011, 596 p.
  • Sciacallo. Sociologia dell’astuzia e del dominio, Roma, ARACNE, 2011, 340 p.
  • Table ronde du 17 mars 2011, « La situation des pays d’Afrique du nord et du Moyen Orient. Bilan et perspectives », Maison des sciences de l’homme, Paris.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tassadit Yacine, « Anthropologie de la domination : pratiques, discours, représentations dans les sociétés berbères », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 423-424.

Référence électronique

Tassadit Yacine, « Anthropologie de la domination : pratiques, discours, représentations dans les sociétés berbères », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21239

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals