Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de l’environnement et des pratiques économiques

Nicolas Ellison
p. 433-434

Texte intégral

Nicolas Ellison, maître de conférences

Praxis, perception et représentations de l’environnement : perspectives comparatistes

1Pour cette première édition partielle du séminaire (dix séances à partir de février, date de nomination), nous avons abordé la question, fondamentale pour l’anthropologie de l’environnement, des rapports entre les pratiques d’usage, la perception de l’environnement et les systèmes de représentations écologiques. En plus des étudiants de la formation en master « Anthropologie sociale et historique », le séminaire a réuni un public plus large de chercheurs et doctorants du laboratoire, ainsi que des étudiants de l’Institut d’études politiques de Toulouse et des professionnels de la gestion de l’environnement.

2Nous avons d’abord posé les définitions préalables et passé en revue les concepts fondamentaux de l’anthropologie de l’environnement et de l’anthropologie économique pour ensuite pouvoir examiner comment l’articulation de ces deux perspectives peut apporter un nouvel éclairage sur les situations contemporaines de reformulation, voire de crise, mais aussi de stabilisation des représentations de l’environnement et des savoirs écologiques face à la colonisation marchande de la nature.

3À partir de lectures de travaux théoriques et d’études de cas, nous avons d’abord passé en revue les travaux ethnographiques des années 1970-1980 qui ont contribué à l’émergence d’une approche moniste en anthropologie. À partir de ces éléments fondamentaux concernant le développement de l’anthropologie de l’environnement, nous avons d’abord soupesé l’intérêt comparatiste des propositions heuristiques de l’écologie symbolique à l’aune d’études ethnographiques illustrant les différents régimes ontologiques, avec une attention particulière pour l’analogisme en Mésoamérique, notamment à partir de l’ethnographie totonaque. C’est ensuite l’approche de la phénoménologie et la question du conditionnement de la perception par les pratiques d’usage de l’environnement qui a retenu notre attention. Deux séances ont été consacrées aux points de convergence et d’opposition entre les modes de relation de Descola et la dwelling perspective d’Ingold.

4La possibilité d’articuler ces deux approches a été testée à partir de l’exemple des rapports entre ontologie, praxis et modes de connaissance de la nature qui sous-tendent le rejet du maïs transgénique en Mésoamérique. L’exploration de l’ethnologie des Totonaques a aussi permis de montrer comment une nouvelle pratique d’agriculture commerciale, la caféiculture, a été adoptée et adaptée au sein d’un système de savoirs locaux sur la nature, en particulier concernant la forêt.

5En fin d’année, nous avons défriché des thématiques plus générales, notamment celle de l’importation du paysage comme représentation naturaliste de l’environnement en lien avec l’accumulation primitive capitaliste d’une part et celle de « l’Indien bon écologiste » et l’usage des représentations écologiques dans les positionnements identitaires d’autre part. Cela a permis de pousser la réflexion sur les liens entre les phénomènes de patrimonialisation de la nature et de la culture et celui de la colonisation économique de l’imaginaire (émergence de la catégorie de l’économique comme sphère autonome).

6Les bases d’une réflexion plus large sur les enseignements de l’anthropologie de l’environnement pour repenser l’étude des pratiques économiques et la réception des logiques occidentales de développement ont ainsi été posées.

7En plus de ces thématiques, dont certaines ont été dédoublées sur deux séances en raison de la complexité des textes étudiés et de la nécessité d’un effort pédagogique du fait de la diversité des formations d’origine des participants, une place particulière a été donnée à la triple catastrophe survenue en mars au Japon, à laquelle une séance entière a été dédiée. Face à un tel événement, catastrophe à la fois « naturelle » et technologique, un séminaire de recherche en anthropologie de l’environnement se devait de poser les jalons d’une réflexion sereine tout en relevant le défi d’ouvrir des pistes d’analyse de l’actualité.

8En résultat de ces débats, un nouveau séminaire de centre a été proposé en collaboration avec Anne Bouchy, directrice d’études de l’EFEO, sur le thème « Environnement, ruptures et sociétés » afin d’instaurer un dialogue entre les spécialistes du Japon et ceux d’autres régions pour développer un regard anthropologique sur de telles ruptures environnementales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Ellison, « Anthropologie de l’environnement et des pratiques économiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 433-434.

Référence électronique

Nicolas Ellison, « Anthropologie de l’environnement et des pratiques économiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21249

Haut de page

Auteur

Nicolas Ellison

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals