Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie de l’art et du travail

Pierre-Michel Menger
p. 444-445

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Pierre-Michel Menger, directeur d’études

Sociologie du travail et des arts

1La comparaison entre les modèles sociologiques et économiques d’analyse de la consommation culturelle a été souvent faite et ne laissait guère de place à une intégration féconde des approches : le choc des impérialismes explicatifs était direct. Les sociologues avaient l’avantage de proposer des données d’enquête originales et cumulatives sur les comportements et les inégalités de consommation et d’en ordonner l’analyse à partir de modèles puissants de stratification sociale, pendant que la théorie économique admettait progressivement que son axiomatique de base devait être modifiée pour rendre compte des interdépendances et des affiliations des préférences individuelles. Inversement, l’analyse économique a accordé une attention croissante aux propriétés informationnelles des transactions et des imperfections de la concurrence marchande et aux phénomènes d’imitation et de contagion dans les choix individuels, sans se départir de son individualisme méthodologique, qui arme la critique contre le recours des sociologues à des forces mystérieuses ou à des grandeurs mal définies (e.g. la classe sociale et la position de classe).

2En revanche, l’analyse de l’offre de travail et des marchés du travail a ouvert des voies plus rapidement fécondes d’échange entre sociologues et économistes. J’ai examiné trois questions : la composition évolutive de la catégorie des professions artistiques, les critères de professionnalité, et l’explication du niveau et de la distribution des rémunérations. J’ai montré d’abord quelles variations peuvent être imputées au découpage du secteur économique et professionnel des arts, soulignant ainsi ce qui est l’un des apports de la sociologie, quand elle insiste sur le caractère socialement construit des catégories et des nomenclatures. J’ai procédé ensuite à une analyse des critères de la professionnalité : déterminer sur quelle réalité (revenus, temps, intention subjective auto-déclarée, affiliation professionnelle, etc.) asseoir l’identification des effectifs professionnels est un défi habituel dans les recherches sur les mondes artistiques, que les sociologues ont relevé avec plus de prudence méthodologique que les économistes. Mais, et ce fut mon troisième point, lorsque l’analyse prend pour objet central le niveau et la distribution des revenus, et leur profil particulier, il est aisé de tracer un sentier de convergence, et de produire une théorie originale de la compétition et des carrières professionnelles dans les arts.

3Le séminaire a accueilli Jann Pasler, professeure à l’Université de Californie-San Diego, et directrice d’études invitée à l’EHESS, pour deux conférences : La Démocratisation du plaisir - Concurrence et stratégies de survie des orchestres parisiens de la Belle Époque ; Déconstruire identité et réputation : les stratégies de carrière des compositeurs français de la Belle Époque. J’ai également invité David Pontille, chargé de recherche au CNRS (MAC) et Didier Torny, chargé de recherche à l’INRA (RITME) à présenter une recherche récente Du facteur d’impact aux classements de l’AERES. Une sociologie des outils d’évaluation de la recherche.

Publications

  • Les intermittents du spectacle, Sociologie du travail flexible, 2e édition revue et augmentée, Paris, Éditions de l’EHESS, 2011, 404 p.
  • « Les politiques culturelles. Modèles et évolutions », dans Pour une histoire des politiques culturelles dans le monde, 1945-2011, sous la dir. de Philippe Poirrier, Paris, La Documentation française, 2011, p. 465-477.
  • « Von der Ungleichheit in der Welt der Kunst », dans Report darstellende Künste. Wirschaftliche, soziale und arbeitsrechtliche Lage der Theater- und tanzschaffenden in Deutschland, sous la dir. de Günter Jeschonnek, Essen, Klartext Verlag, 2010, p. 409-420.
  • « À quelles conditions peut-on créer ? Entretien », Critique, septembre 2010, p. 852-864.
  • « Œuvrer dans l’incertain », dans L’artiste, un entrepreneur ?, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2011, p. 145-159.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Michel Menger, « Sociologie de l’art et du travail », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 444-445.

Référence électronique

Pierre-Michel Menger, « Sociologie de l’art et du travail », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21260

Haut de page

Auteur

Pierre-Michel Menger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals