Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie des professions techniques

André Grelon
p. 457-459

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

André Grelon, directeur d’études

Sociologie des professions techniques

1Le séminaire a été consacré à l’examen des configurations politiques, économiques, scientifico-techniques et sociales dans lesquelles émergent et croissent et peuvent disparaître différents groupes professionnels. Ces analyses conduisent à rendre compte des processus complexes qui conditionnent la structuration de ces groupes, leurs modalités de fonctionnement et leurs interactions avec d’autres collectifs. De même s’agit-il de prendre en compte l’élargissement du champ des techniques qui amène à désigner des « techniques matérielles » et des « techniques immatérielles » dès lors que pour ces dernières, on peut spécifier un ensemble de pratiques intellectuelles, codifiées par des règles et appliquées dans des activités professionnelles par des groupes particuliers. Dans cette dernière acception, on a ainsi porté l’attention sur la constitution d’un groupe professionnel au sein d’une nouvelle structure bancaire, la Banque Postale, les « conseillers financiers » : l’intérêt de ce groupe pour la sociologie des professions est qu’il a été construit, non sur la base de la cooptation entre agents et de la reconnaissance entre pairs, mais par la volonté de la direction de l’entreprise. Ce mécanisme de construction « par le haut » dont le constat vient conforter la proposition émise par Abbott (2003) est important car il est susceptible de s’appliquer à l’étude d’autres groupements, notamment dans le cadre de grandes structures d’entreprise ou d’administration, et il n’est pas limité à la seule époque contemporaine. D’autres mécanismes ont été étudiés. On dispute en général sur la question du déterminisme technique dans la transformation des professions. Précisément, un cas Intéressant est celui des professeurs de cuisine qui opèrent dans les lycées hôteliers : comment former aujourd’hui les futurs chefs de cuisine alors que l’industrie agro-alimentaire fournit des produits semi-élaborés qui diminuent de façon importante le temps de préparation ? Quelles techniques culinaires doit-on désormais enseigner ? Entre les anciens praticiens versés dans l’art des sauces et des farces qui demandaient des heures d’assemblage, reconvertis comme enseignants dans l’Éducation nationale, et les jeunes professeurs aux cursus scolaires longs mais aux pratiques plus courtes, les problèmes de cohésion du groupe et de définition de l’identité professionnelle sont loin d’être simples. La question des conditions politiques de constitutions de groupes professionnels a fait l’objet de plusieurs séances : on a ainsi examiné les circonstances du développement des professions judiciaires en Tunisie en période coloniale avec cette spécificité que la nationalité tunisienne était conservée avec une administration, une justice et un droit indigènes, même si leur champ de compétence était singulièrement étroit ; le poids du politique associé à l’influence religieuse dans le processus historique de professionnalisation des infirmières au Portugal a été analysé ; et une comparaison de la constitution d’ingénieur sur le long terme entre l’Empire ottoman et l’Espagne a été présentée, mettant en évidence les spécificités mais aussi certaines similitudes entre deux empires en décomposition se transformant avec difficultés en États-nations. D’autres séances ont été dédiées à la construction sociale de l’âge et des catégories professionnelles jeunes-vieux auxquelles ont été attribué des qualités ou des défauts qui appuient une promotion ou la bloquent, à l’émergence de la profession de chimiste au XIXe siècle, du laboratoire privé à la formation universitaire, à la naissance, en France dans l’après-guerre, et à l’essor de ces professionnels qu’on ne sait trop comment appeler avant que l’américanisme « designer » s’impose. Tous ces travaux témoignent de la complexité de la formation et de l’organisation des groupes professionnels, laissant encore un vaste espace à des élaborations théoriques rendant mieux compte de la dynamique de ces collectifs.

2Le séminaire a également eu le plaisir d’accueillir deux professeurs invités par l’EHESS. Ana Cardoso de Matos, professeure d’histoire à l’Université d’Evora, a présenté ses recherches sur la construction historique de la profession d’ingénieur au Portugal, de l’ingénieur militaire à l’ingénieur civil ; Marcela Efmertová, professeure d’histoire des techniques à l’Université de Prague, a fait une série d’exposés sur l’électrotechnique sous la République tchécoslovaque et sous le régime communiste, celui-ci étant marqué par l’exil de scientifiques de renom en raison tant des contraintes politiques que des entraves à leurs travaux de recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Grelon, « Sociologie des professions techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 457-459.

Référence électronique

André Grelon, « Sociologie des professions techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21269

Haut de page

Auteur

André Grelon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals