Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Épistémologie historique

Gérard Jorland
p. 513-514

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Gérard Jorland, directeur d’études

Une histoire de la vision

1La vision a une histoire, celle de ses représentations picturales et scientifiques, mais aussi celle de ses Instruments. Nous avons mis en évidence, au cours de cette étude, comment le concile de Nicée, au VIIIe siècle, a formulé le principe même de la pensée européenne : rendre visible l’invisible. Si toute pensée, quelle qu’en soit la culture, cherche à mettre en correspondance le visible et l’invisible, par des mots ou des pratiques, il ne s’agit plus seulement de cela, mais bien de rendre visible l’invisible, ce qui suppose des dispositifs représentationnels et instrumentaux. C’est ainsi qu’au XIIIe siècle apparaissent ou réapparaissent simultanément, l’optique géométrique à Oxford, les lunettes de vue, la dissection anatomique et la perspective picturale en Italie.

2Si Galilée peut être considéré comme le fondateur de la science moderne, ce n’est pas seulement parce qu’il en a formulé la première loi mathématique, c’est aussi parce qu’il fut un constructeur d’instruments scientifiques, notamment du télescope dont on sait quel usage il sut en faire pour rejeter la physique céleste aristotélicienne. L’histoire des sciences physiques sera indissociable de celle de leur instrumentation, que ce soit Huygens et l’horloge, Newton et la chambre obscure, Coulomb et la balance de torsion… qui ont rendu visible le temps, les couleurs, la force électrostatique…

3La controverse virtuelle entre Goethe et Newton nous est apparue comme un chiasme : Goethe, comme le théoricien de la peinture classique avec son insistance sur le clair-obscur ; Newton, comme celui de la peinture contemporaine avec sa révélation des couleurs contenues dans la couleur blanche. Rétrospectivement, Goethe rend compte de la profondeur dans le clair-obscur. À partir de Newton, les cercles chromatiques font la palette des peintres et la perspective par les couleurs supplante la perspective géométrique. L’Itinéraire de peintres comme Turner ou Courbet témoigne du passage de l’un à l’autre. Un peintre comme Caillebotte combine les deux, la perspective linéaire, parce qu’il s’inspire de la photographie, et la palette de ses contemporains. Mais l’abandon de la perspective linéaire s’explique aussi par un changement de paradigme optique, la substitution d’une conception ondulatoire de la lumière à la conception corpusculaire prévalente depuis l’Antiquité.

4Le passage de la peinture comme de la physique classique à la peinture comme à la physique contemporaine peut se comprendre comme passage d’une étude de l’interaction entre la lumière et la matière à une étude de leur interpénétration. Comment, à l’époque classique, la matière réfléchit, réfracte ou disperse la lumière, et comment la lumière fait apparaître la matière dans sa diversité. Comment, à l’époque moderne, la matière absorbe la lumière et la restitue, est à la fois un puits et une source de lumière, ce que les séries de Monet (peupliers, cathédrales, meules…) font voir. Raison pour laquelle le spectroscope fut l’instrument de base pour l’étude physique du microscopique (les éléments chimiques) au macroscopique (les étoiles).

5Si Picasso peut être considéré comme le dernier peintre, c’est parce qu’il a poussé à son terme le souci de rigueur de la peinture contemporaine, non seulement en limitant l’espace de la représentation à celui, bidimensionnel, de la toile, mais en tentant de représenter ce qui se projette sur l’espace, lui aussi bidimensionnel, de la rétine, avant que le cortex visuel n’étage les formes en profondeur. « L’art ne reproduit pas le visible, il rend visible » écrit Paul Klee : Picasso a cherché à rendre visible la vision invisible.

6Paraskevi Nastou a présenté une étude du rôle du miroir dans la peinture classique et dans la peinture contemporaine. Elle a montré comment il permet, dans un cas, d’élargir l’espace représenté, dans l’autre, de juxtaposer les espaces.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Jorland, « Épistémologie historique », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 513-514.

Référence électronique

Gérard Jorland, « Épistémologie historique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21314

Haut de page

Auteur

Gérard Jorland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals