Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Histoire des contes

Catherine Velay-Vallantin
p. 527-529

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Catherine Velay-Vallantin, maître de conférences

1Cette année, le séminaire a prolongé ses réflexions sur les effets de sens produits par les enchevêtrements du texte et de l’image. Plusieurs contes de Charles Perrault ont été étudiés (Les Fées, Le Petit Chaperon rouge) mais c’est Le Chat Botté qui a donné lieu à l’analyse la plus approfondie. À la lumière de nouvelles enquêtes et de découvertes inédites, nous avons repris et développé l’analyse des éditions françaises de colportage et des traductions anglaises des éditions lettrées de ce conte. Dans un premier temps, nos travaux ont porté sur le nom du chat, du « Master-Cat » à « Puss in Boots », et sur les problèmes d’assignation générique et sexuelle que posent ce nom et ses traductions. Dans un deuxième temps, nous nous sommes penchés sur les politiques éditoriales de l’imprimeur anglais le plus fameux dans le domaine de la littérature de jeunesse, John Newbery. En effet, Denise Escarpit avait démontré que dans le cas du Chat Botté, l’apparente pérennité iconographique s’illustrait non seulement dans des corpus identifiables par leur homogénéité matérielle, comme les livrets de la Bibliothèque bleue française et les chapbooks anglais, mais aussi au cœur d’un même type d’objets : ainsi, qu’elles soient porteuses du conte ou des chansons composées d’après l’intrigue, les planches d’images déclinaient, selon de subtiles variantes, la même représentation du chat et des moissonneurs. Or il existe une édition exceptionnelle qui nous donne une image singulière du Chat et qui nous restitue une intelligibilité différente du conte : en 1781, à Londres, paraît The fairing or, a golden toy, for children of all sizes and dénominations. Ce petit volume décrit les activités d’une foire, Bartholomew Fair, et enchâsse le conte illustré de Puss in Boots, précédé de celui de Dick Whittington and his cat, au cœur des récits festifs. Cette édition a connu un précédent : John Newbery publie en 1764 à Londres The fairing or, a golden toy for children, manifestement en grand nombre. Mais si cette première publication décrit bien Bartholomew Fair, les deux contes intégrés au programme narratif des foires en 1781 en sont absents. L’édition de 1764 sort la même année que The Easter gift, the Valentine’s gift et the Whitsuntide gift. Tous ces livres ont en commun le même sous-titre : « A plan to enable children of all sizes and denominations to behave with honour, integrity, and humanity. Very necessary in a trading nation ». Ce sont des ouvrages majeurs du fonds caractéristique de John Newbery, ce qu’il appelle les « juvenile publications », reliés en « paper boards » imprimés, vendus à bas prix avec des gadgets tels que des ballons et des pelotes à épingles, et inclus dans un « inferior chapbook stock ». Leur projet pédagogique est révolutionnaire : l’enseignement s’élabore autour de pratiques ludiques et festives, ou encore de supports narratifs tels que le conte et la fable fondés sur l’exemplarité des comportements animaliers. Mais John Newbery ne se contente pas d’appliquer ainsi les idées éducatives de John Locke, il possède aussi une connaissance érudite du fonds folklorique anglais : il est le premier par exemple à avoir identifié l’histoire de Little goody two-shoes comme une version anglaise de Cendrillon et à l’avoir publiée en 1765 en regard de la Cinderella traduite de Perrault. Toute la question était donc de savoir pourquoi les héritiers de cet éditeur ont publié en 1781 une édition singulière qui associe Bartholomew Fair et Puss in Boots. Que s’était-il passé entre 1764 et 1781 ? Le séminaire a donc poursuivi cette enquête jusqu’à Boston, où nous a conduits la découverte d’une édition déposée à la National Library of Australia de Canberra et le rôle capital de l’éditeur américain Isaïah Thomas a pu être dévoilé : imprimeur de Worchester, dans le Massachusetts, Isaïah Thomas est réputé pour avoir édité la première Bible américaine en anglais, et créé en 1770, après le massacre de Boston, The Massachusetts Spy, et aussi pour avoir fondé la première American Antiquarian Society. Mais surtout il a fait fortune à partir de 1775 grâce aux réimpressions, les plus fidèles possible, et au moindre coût, des chapbooks anglais. En 1781, il est depuis des années en contact étroit avec Newbery et ses descendants. Notre recherche nous a donc appris que c’était à lui que nous devions cette édition de The Fairing augmentée de Puss in Boots et que c’est lui qui suggère aux imprimeurs anglais l’enracinement de Puss in Boots dans le monde de Bartholomew Fair. Et ce n’était pas la moindre des surprises de ce dossier : en débusquant Isaïah Thomas derrière les héritiers de John Newbery, nous révélions qu’un chapbook pédagogique anglais était affecté par les projets idéologiques d’un éditeur américain et que l’on pouvait se permettre de reconsidérer les effets en retour sur la vieille Europe de la Révolution américaine. Nous avons enfin poursuivi nos réflexions sur la présence de l’oralité et de sa mise en scène par l’image qui investissent ces recueils de contes. Cette édition de Puss in Boots en est un exemple : le simple fait que des contes puissent être identifiés en terme d’activités foraines représente déjà en soi un changement important, non pas tant dans la représentation du récit mis en oralité, en circulation depuis longtemps en parallèle aux éditions, que dans l’aveu qui est fait ici de cette représentation. Ce recueil semble se moquer des processus d’identification narrative et éditoriale qui sont imposés par les tenants de la culture officielle et par les éditeurs : un conte peut bien être un récit mis en livre, certes, mais raconter Le Chat Botté, ce peut être aussi une activité ludique mise en scène dans une fête foraine. Il suffit pour cela que les personnages du conte puissent se rencontrer lors d’une attraction foraine et y jouer leur rôle en fonction des logiques ludiques et rituelles qui structurent la fête. C’est dans ce contexte global de recherche et de réflexion sur le conte mis en image que Sébastien Roffat est venu analyser le dessin animé de Walt Disney, Raiponce, d’après le conte des frères Grimm, Rapunzel, et qu’Anne Chassagnol (Université Paris-VIII/Vincennes-Saint-Denis) est venue présenter l’« invention des fairies » à l’époque victorienne.

Publications

  • « Charles Perrault, la conteuse et la fabuliste : image dans le tapis », Féeries. Études sur le conte merveilleux XVIIe-XIXe » siècle, Université Stendhal-Grenoble 3, n° 7, 2010, p. 95-121.
  • « Le Petit Chaperon rouge entre vices et sévices », La Grande Oreille. La revue des arts de la parole, n° 45, mars 2011, p. 64-65.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Velay-Vallantin, « Histoire des contes », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 527-529.

Référence électronique

Catherine Velay-Vallantin, « Histoire des contes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21323

Haut de page

Auteur

Catherine Velay-Vallantin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals