Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations

Alain Peyraube
p. 549-550

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Alain Peyraube, directeur d’études

Syntaxe diachronique du chinois : les structures prédicatives

1Au cours de l’année écoulée, l’histoire et l’évolution des structures prédicatives du chinois standard et d’autres langues sinitiques (dialectes) ont été étudiées, de l’époque pré-archaïque (XIVe siècle avant J.-C.) à l’époque moderne (XVIIIe siècle). Le séminaire de cette année a été consacré à plusieurs structures syntaxiques en rapport avec les prédicats : constructions disposales (avec des marqueurs d’objet pré-verbal), verbes en série, formes comparatives.

2L’origine des formes disposales, qui avait été un des thèmes du séminaire en 2006-2007 a été à nouveau étudiée. Les deux mécanismes d’analogie (avec les formes en yi) et de grammaticalisation (à partir d’un verbe [+ prendre/tenir]) ne suffisent plus à expliquer la naissance de ces formes, inconnues à l’époque archaïque (Ve siècle avant notre ère – Ie siècle de notre ère). L’analyse de textes bouddhiques traduits du sanscrit en chinois vernaculaire au IIe siècle de notre ère montre que ces structures ont pu être empruntées à des langues non sinitiques, comme l’ont supposé Cao Guangshun et Yu Hsiao-jung. En résumé, les trois processus fondamentaux du changement syntaxique (analogie, grammaticalisation et emprunt externe) ont sans doute été à l’œuvre dans la création de ces structures à objet pré-verbal.

3Une analyse diachronique des constructions verbales en série a permis ensuite, après une discussion approfondie des définitions et des descriptions de ces structures données par Zhu Dexi, par Charles N. Li et Sandra Thompson et par Alexandra Aikhenvald, de proposer une classification tripartite de ces constructions : séries verbales symétriques, séries verbales asymétriques, séries verbales mixtes. L’évolution historique a été la suivante : des séries asymétriques, qui sont seules attestées dans les états de langue les plus anciens, aux séries symétriques. Les séries mixtes, beaucoup plus rares, sont elles-mêmes Issues des séries asymétriques.

4Les deux types de constructions comparatives de supériorité qui caractérisent les langues sinitiques, à savoir la forme à marqueur comparatif préverbal/adjectival attestée en chinois standard, et la forme à marqueur comparatif post-verbal/adjectival fréquente dans les dialectes du sud, ont été enfin étudiées d’un point de vue historique. Dans la langue archaïque, c’est la forme n° 2 qui prédomine. La forme n° 1 n’apparaît pas avant l’époque des Song (Ve-XIIIe siècle). Un fait troublant a été noté : pendant quelques siècles (approximativement du VIIe au Xe siècle), des marqueurs de comparatif post-verbaux, notamment ru et si ont servi à exprimer à la fois le comparatif de supériorité et le comparatif d’égalité.

5Le séminaire a été articulé avec celui de Hilary Chappell, directrice d’études à l’EHESS, et a aussi été consacré aux constructions prédicatives des langues sinitiques, mais d’un point de vue proprement typologique.

6Ces recherches liées au séminaire ont été présentées lors de plusieurs conférences et colloques internationaux : dans le cadre de la Conférence Cassai à l’Université de Londres le 12 juillet 2010 ; le 17 septembre 2010 lors du 7e Symposium international sur la grammaire du chinois ancien à Roscoff (France) ; les 26 et 27 mai 2011 à l’Université de Lyon-II et au Collegium de Lyon lors des deux colloques sur la complexité en linguistique et sur la diversité des langues ; le 12 juin 2011 à l’Université Nankai de Tianjin (Chine) lors du 19e colloque de l’Association internationale de linguistique chinoise.

7Plusieurs conférenciers Invités sont enfin intervenus dans le cadre du séminaire : Shen Jiaxuan, directeur de recherche à l’Académie des sciences sociales de Chine, Lien Chin-fa, professeur à l’Université Tsinghua de Taïwan, Liu Danqing, directeur de recherche à l’Académie des sciences sociales de Chine.

Publications

  • Avec Lin Jang-Ling, « Lao Qida de geti liangci he yuyan xunhuan xianxiang zhi guanxi (Les classificateurs dans le Lao Qida et le changement cyclique) », dans Hanyu shi xuebao (Revue de l’histoire du chinois), n° 10, 2010, p. 1-9.
  • Avec Xu Dan, « Xi-Han chuqi de gaishu biaoda (L’expression des nombres approximatifs en chinois pré-médiéval) », dans Lishi yuyanxue yanjiu (Recherches en linguistiques historiques) n° 3, 2010, p. 114-123.
  • « Cognition and Linguistics for ever together », The New Waver n° 4, 2011, p. 56-60.
  • Avec Hilary Chappell, « Grammaticalization in Sinitic languages », dans The Oxford handbook of grammaticalization, sous la dir. de Bernd Heine et Heiko Narrog, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 784-794.
  • Encyclopédie des sciences du langage. Dictionnaire des langues, sous la dir. d’Emilio Bonvini, Joëlle Busuttil et Alain Peyraube, Paris, Presses universitaires de France, 2011, 1705 p.
  • Avec Emilio Bonvini, « Introduction », dans op. cit., p. XV-XXV
  • Avec Joëlle Busuttil, « Les langues d’Asie et d’Océanie », dans op. cit., p. 911-918.
  • « Les langues sino-tibétaines », dans op. cit., p. 977-978.
  • « Les langues sinitiques », dans op. cit., p. 979-983.
  • Avec Joëlle Busuttil, « Le cantonais », dans op. cit., p. 1009-1015.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Peyraube, « Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 549-550.

Référence électronique

Alain Peyraube, « Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21342

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals