Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Linguistique cognitive

Michel de Fornel, Aurore Monod-Becquelin et Valentina Vapnarsky
p. 553-555

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Michel de Fornel, directeur d’études

Rituel et interaction

1Une des réserves principales de Pierre Bourdieu par rapport à la sociolinguistique est à ce qu’elle ne considère pas l’idéologie linguistique des locuteurs. Or, celle-ci lui semble exprimer une vérité que le discours savant ignore, à savoir la prise du corps sur le langage. Bourdieu reproche au fond à la sociolinguistique de rester sur le seul versant objectiviste, sans tenir compte de l’expérience vécue de la pratique linguistique, et dont on trouve un écho dans les métaphores corporelles sur la langue. Il faut souligner le caractère remarquable de cette position. Pour une fois, Bourdieu ne considère pas que l’analyse objectiviste prime sur le discours de sens commun. Cependant, comment concilier ce qu’indique le sens commun, qui témoigne d’une expérience phénoménologique de la langue dans son rapport au corps et ce que la sociolinguistique révèle des propriétés sociales de la langue ? Il y a un point d’achoppement, qui ne peut être surmonté que par une étude des propriétés de l’idéologie linguistique ordinaire, dans sa double relation à la pratique et au discours savant. Il convient alors de se tourner vers l’anthropologie linguistique contemporaine qui a pris au sérieux l’influence sur la langue et ses usages des rationalisations secondaires des locuteurs, en particulier en ce qui concerne la dimension pragmatique.

2Le séminaire s’est intéressé à la deixis sociale, en particulier aux caractéristiques de statut social encodé dans la deixis pronominale. On a montré que l’analyse par Bourdieu du vouvoiement s’inscrit dans un cadre de participation rituel et rejoint une conception, courante en pragmatique (de type Brown et Levinson), opposant des formes illocutoires directes et des actes de langage indirects liés à une activité d’euphémisation. Les participants à une interaction essaient de maîtriser la situation de marché en employant des formes linguistiques, par exemple le vouvoiement, qui correspondent aux exigences de la tension du marché. Une telle analyse s’oppose à celle de Brown et Gilman qui privilégie le paramètre de la solidarité. La comparaison entre les deux conceptions a permis de proposer une nouvelle approche du vouvoiement, prenant en compte les caractéristiques de l’idéologie linguistique des locuteurs.

3La suite du séminaire a été consacrée aux formes de respect et de politesse dans diverses langues (polynésien, javanais, coréen, japonais, etc.) présentant des systèmes complexes d’honorifiques. Une nouvelle classification des types d’honorifiques a été proposée permettant de mieux rendre compte des relations entre le marquage grammatical des honorifiques et les cadres de participation.

Publication

  • Avec Albert Ogien, Bourdieu, théoricien de la pratique, Paris, Éditions de l’EHESS, « Raisons Pratiques », 21, 2010.

Michel de Fornel, directeur d’études
Aurore Monod-Becquelin, directrice de recherche au CNRS
Valentina Vapnarsky, chargée de recherche au CNRS

Agentivité : anthropologie et linguistique

4Le séminaire a été consacré à l’agentivité des entités surnaturelles du monde amérindien. En s’intéressant aux propriétés agentives (volition, intentionnalité, contrôle, performativité) des entités humaines et surnaturelles que l’on rencontre dans les mythes et les rituels de plusieurs communautés de l’Amérique indigène, on a cherché à mieux comprendre les capacités d’action d’entités telles que les maîtres des animaux, les esprits-gardiens, et les modes d’interactions qu’elles entretiennent avec les humains. On a montré que cette compréhension passe par l’étude approfondie des relations d’agentivité entre les entités présentes dans les divers genres discursifs – mythes, rituels, chants, etc.- recueillis (et transcrits) lors des enquêtes ethnographiques. En conséquence, chacune des séances a porté sur l’examen approfondi de fragments souvent importants de corpus.

5Les séances ont permis de rapprocher de façon productive faits de culture et faits de langue. On s’est en particulier demandé comment les esprits-maîtres sont traités sur le plan grammatical, et quelles propriétés sémantiques leur sont attribuées. Une telle approche a impliqué de déterminer le statut précis que la langue dans laquelle sont formulés le mythe ou le rituel accorde aux rôles sémantiques. Les diverses contributions ont été réunies dans un volume des Ateliers du Lesc, « L’agentivité » (http://ateliers.revues.org/​8515).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel de Fornel, Aurore Monod-Becquelin et Valentina Vapnarsky, « Linguistique cognitive », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 553-555.

Référence électronique

Michel de Fornel, Aurore Monod-Becquelin et Valentina Vapnarsky, « Linguistique cognitive », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21345

Haut de page

Auteurs

Michel de Fornel

Articles du même auteur

Aurore Monod-Becquelin

Articles du même auteur

Valentina Vapnarsky

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals