Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Économie

Apprentissage et coordination

Christophe Chamley
p. 585-586

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Christophe Chamley, directeur d’études

Histoire des finances publiques

1Le format du séminaire est un cours sur le financement des dépenses publiques dans l’histoire. Le cours met l’accent sur des mécanismes économiques fondamentaux qui sous-tendent des cas particuliers choisis depuis l’origine des collectivités en Mésopotamie jusqu’au XIXe siècle. Une première partie s’adresse à des problèmes génériques comme les contraintes d’information et de mise en œuvre (Égypte antique et Ptolémées), la décentralisation (Empire romain), le seignorage avec monnaie métallique (Empire romain et France au début du XVe siècle) et avec monnaie fiduciaire (France sous la Révolution), la monétisation de l’imposition (système féodal), les prêts souverains (Angleterre au XIIIe siècle, Espagne au VXIe siècle).

2En deuxième partie, ont été présentés les travaux les plus récents portant sur la relation entre les finances publiques, les marchés financiers et la politique a) en Castille au XVIe siècle, b) en Angleterre au XVIIIe siècle.

3a) Je poursuis actuellement des travaux de recherche sur les finances publiques en Castille sous Philippe II (1556-1598) en collaboration avec Carlos Álvarez-Nogal de l’Université Carlos III (directeur de recherche invité pour un mois cette année). Les résultats préliminaires donnent une interprétation radicalement nouvelle des crises financières et montrent que le vrai problème n’était pas entre la couronne et les banquiers génois mais entre la couronne et les Cortes représentant les villes de Castille. Les éléments essentiels de ces crises, 1573-1577, se retrouvent dans la crise actuelle qui a débuté en 2008, notamment aux États-Unis et qui se poursuit en ce moment avec la possibilité d’un blocage au Congrès sur le plafond de la dette publique.

4b) Une étude détaillée (citée en publication) a montré comment en Angleterre au XVIIIe siècle, les grandes institutions, dont la Banque d’Angleterre, ont joué de leur pouvoir pour empêcher le gouvernement de réduire le taux d’intérêt. Cette réduction ne pouvait se faire, sans défaut de paiement, que par une souscription où les détenteurs de bons avaient le choix entre le remboursement en liquide du principal et l’acceptation de la réduction du taux d’intérêt. Une masse suffisante de porteurs exigeant le paiement en liquide empêchait cette réduction. Ainsi était créé un jeu de coordination avec deux équilibres. En 1737, le gouvernement perdit. En 1749, après la fin de la guerre de succession d’Autriche, le gouvernement gagna parce qu’il avait mieux pris en compte les anticipations du marché financier. Ces anticipations sont mesurées dans l’étude en se servant des prix quotidiens des annuités à 3 et 4 pour cent.

5Le cours a été validé par des travaux de recherche préalable. Certains ont été de qualité remarquable et ont porté sur la banqueroute de Terray en 1770, sur les finances de la Prusse sous Frédéric II et sur la relation entre les finances publiques et la construction de l’autorité monarchique au Moyen-Âge.

Publication

  • « Interest reductions in the politico-financial nexus of 18th century England », The Journal of Economic History, vol. 71, n° 3, septembre 2011, p. 555-589.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Chamley, « Apprentissage et coordination », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 585-586.

Référence électronique

Christophe Chamley, « Apprentissage et coordination », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21378

Haut de page

Auteur

Christophe Chamley

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals