Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Économie

Inégalités, croissance et redistribution

François Bourguignon
p. 586-589

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

François Bourguignon, directeur d’études

1. Évaluation des politiques publiques

1L’objectif de ce cours était de présenter aux étudiants les instruments analytiques disponibles pour évaluer les politiques, programmes ou interventions publiques dans le domaine économique et social. La demande pour une évaluation rigoureuse de l’action de l’État est partout en croissance, que ce soit dans la société civile, le milieu politique, les administrations ou les organisations internationales ; qu’il s’agisse d’économies en développement ou d’économies développées ; et qu’elle concerne des interventions microéconomiques ou des politiques macroéconomiques.

2Les développements récents en sciences économiques ont mis au premier plan l’évaluation par l’expérimentation sur des échantillons aléatoires de population. La méthode expérimentale n’est cependant que l’une des approches possibles de l’évaluation des politiques publiques et elle n’est pas dénuée de défauts et de problèmes. Par ailleurs, elle est inemployable dans un très grand nombre de cas. D’où l’importance de recenser les instruments disponibles au vu des questions posées.

2. Enjeux distributifs de la mondialisation

3Le séminaire magistral a porté sur le double retournement historique qui a eu lieu au cours des deux dernières décennies en matière d’inégalité dans le monde. D’une part, l’inégalité entre pays a significativement diminué après pratiquement deux siècles de hausse à peu près continue. D’autre part, l’inégalité est en augmentation au sein de plusieurs pays, souvent après de longues périodes de stabilité qui, dans le cas des pays développés, ont elles-mêmes succédé à un mouvement historique de baisse dans la première moitié du XXe siècle.

4Ce constat conduit à deux ensembles de questions qui ont structuré la réflexion tout au long du séminaire : a) Dans quelle mesure, l’évolution précédente est-elle le résultat de la phase actuelle d’accélération du processus de mondialisation économique, et pourquoi n’a-t-elle pas été observée dans des phases antérieures ? b) Assiste-t-on à une substitution des inégalités entre pays par une hausse des inégalités au sein des communautés nationales, une possibilité étant alors que, à un certain stade, ces dernières ne rejettent massivement un tel mouvement et ne remettent en cause les principes qui sous-tendent aujourd’hui le processus de développement mondial.

5Répondre à ces questions exige d’examiner les termes de plusieurs débats en cours en science économique. Ont ainsi été traitées les questions suivantes.

  1. Commerce international. Les flux de marchandises et, de plus en plus de services, ont crû de façon vertigineuse sur la période récente. Cette évolution correspond-elle aux prévisions du modèle théorique standard de commerce international (Hecksher-Ohlin), et, en accord avec ce modèle, une égalisation internationale des rémunérations des facteurs de production est-elle en cours, causant les modifications observées dans la distribution mondiale des revenus ? En fait, ce modèle simple de commerce international apparaît insuffisant pour rendre compte de l’évolution des flux internationaux de marchandises et l’on peut, dans ces conditions, douter aussi de ses implications en matière d’inégalité. Mais quelles implications distributives peut-on tirer des remises en cause actuelles de ce modèle de la théorie du commerce international ?
  2. Le progrès technique. Il s’agit sans aucun doute de la principale source de transformation des structures économiques, et le progrès technique peut souvent expliquer l’inégalité croissante entre une main-d’œuvre qualifiée, fortement mobilisée par les nouvelles technologies, et une main-d’œuvre que ces technologies rendent au contraire moins nécessaire. Ce progrès technique est-il lui-même la conséquence et en même temps l’un des ressorts de la mondialisation ? Comment peut-on amoindrir ses effets distributifs ?
  3. Les migrations de main-d’œuvre et le facteur démographique. On sait que les migrations ont joué un rôle considérable lors de la grande mondialisation observée à la fin du XIXe siècle. Les migrations actuelles sont d’une nature différente : ralentissement des migrations sud-nord de main-d’œuvre non qualifiée, mobilité croissante de la main-d’œuvre très qualifiée. Sont-elles encore susceptibles d’affecter l’inégalité mondiale des revenus et comment ? Dans le futur, l’asymétrie de la croissance démographique dans le monde peut-elle déboucher sur de nouveaux flux migratoires, modifiant plus radicalement l’inégalité mondiale ?
  4. Les mouvements de capitaux. Ils sont au cœur du processus de mondialisation que ce soit en termes physiques (investissements directs à l’étranger) ou financiers. Le redéploiement international du capital a contribué à une augmentation des taux de profit dans la plupart des économies nationales, phénomène renforcé par leur financiarisation et les exigences de rendement des investisseurs. Toutefois, le séminaire n’a pas traité des implications des mouvements de capitaux financiers, dont les implications distributives demandent une étude plus approfondie, rendue difficile par l’imbrication de mécanismes de court-terme (la crise actuelle) et de phénomènes plus structurels.
  5. Redistribution internationale : l’aide publique au développement et autres instruments. Probablement le seul instrument explicite de redistribution entre pays, ces flux financiers suscitent un débat vif entre partisans et critiques reprochant leur inefficacité à lutter contre la pauvreté dans les pays qu’ils sont censés aider. Une certaine « fatigue » est apparue dans un grand nombre de pays donateurs, renforcée par la crise en cours ainsi que par l’importance prise par les pays émergents dans ce domaine et la spécificité de leurs interventions au regard des objectifs de l’aide. Le débat porte donc sur la façon de rendre l’aide plus efficace mais aussi sur les autres moyens dont disposent les pays développés et émergents pour faciliter le développement des plus pauvres, notamment les politiques d’ouverture commerciale ou les politiques migratoires.
  6. La redistribution nationale. Si le processus de développement mondial contribue à une hausse des inégalités dans plusieurs pays, développés et émergents notamment, n’y a-t-il pas moyen de corriger cet effet par des politiques de redistribution ? Si oui, la question est alors de savoir si de telles politiques ne risquent pas de ralentir le développement des nations qui les mettent en œuvre, et partant le développement mondial. Une importante littérature est apparue dans ce domaine qui met en évidence que certains types de redistribution peuvent avoir des effets positifs sur l’efficacité économique, le problème étant alors celui de la combinaison optimale des instruments redistributifs.

Publications

  • « Non-anonymous growth incidence curves, income mobility and social welfare dominance », The Journal of Economic Inequality, vol. 9, n° 4, p. 605-627, 2011.
  • « Fourth ruggles lecture for the International Association for Research in income and wealth : status quo in the welfare analysis of tax reforms », The Review of Income and Wealth, Journal of the International Association for Research in Income and Wealth, vol. 57, Series, 4, 2011, p. 603-621.
  • « A turning point in global inequality... and beyond », dans Research and responsability – reflections on our common future, édité par Wilhelm Krull, Leipzig, CEP Europäische Verlagsanstalt Leipzig GmbH, 2011.
  • « Chine, croissance et démocratie », Les Échos, 15 octobre 2010.
  • « L’Afrique est-elle enfin bien partie ? », Les Échos, 17 novembre 2010.
  • « L’inévitable réforme fiscale », Les Échos, 22 décembre 2010.
  • « Sur la volatilité des prix agricoles », Les Échos, 2 février 2011.
  • « D’une réforme fiscale à l’autre, un jeu de chaises musicales », Les Échos, 9 mars 2011.
  • « L’économie chinoise est encore loin du point de retournement », Les Échos, 13 avril 2011.
  • « L’assistanat n’est pas un débat », Les Échos, 18 mai 2011.
  • « Vers une hausse des taux longs ? », Les Échos, 22 juin 2011.
  • « Organiser le défaut grec », Les Échos, 21 septembre 2011.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bourguignon, « Inégalités, croissance et redistribution », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 586-589.

Référence électronique

François Bourguignon, « Inégalités, croissance et redistribution », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21379

Haut de page

Auteur

François Bourguignon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals