Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Économie

Microéconomie des choix intertemporels et intergénérationnels

André Masson et Luc Arrondel
p. 592-593

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

André Masson, directeur d’études
Luc Arrondel, directeur de recherche au CNRS

Temps, famille, patrimoine

1Durant l’année universitaire, le séminaire a tout d’abord porté sur les extensions du modèle « standard » du cycle de vie dont les prédictions sont démenties par les comportements observés de la part des épargnants : niveau inadéquat de l’épargne pour la retraite, détention limitée d’actifs risqués comme les actions, demande restreinte de rente viagère, incohérence temporelle des choix, comportements de transmission sous-optimaux, inégalités patrimoniales très élevées.

2On s’est ensuite intéressé au suivi des comportements de l’épargnant dans la crise. L’accent a été mis sur la mesure et l’interprétation de paramètres habituellement inobservables, source d’une forte hétérogénéité individuelle, en distinguant les paramètres de préférences – préférence temporelle pour le présent ; aversion au risque, à la perte ou à l’ambiguïté – des croyances sur les variables futures : anticipations subjectives relatives à son revenu du travail ou au risque de chômage, ou concernant le risque et le rendement des actifs risqués, la santé, les probabilités de survie, etc. L’hypothèse clef que permet de tester « l’expérience naturelle » (le test grandeur nature) que représente la crise de 2008 concerne la stabilité des préférences au cours du temps. Le séminaire a cherché à interpréter et à tirer les implications pour la politique socio-économique du résultat empirique obtenu à l’aide de données originales : la stabilité d’ensemble des préférences individuelles des ménages français à l’égard du risque et du temps.

Publications

  • « La vie pour l’épargnant ne se réduit pas à un exercice de calcul : 1. Les impasses des approches du cycle de vie standard et psycho-économiques », Revue française d’économie, XXV (1), juillet 2010, p. 117-173.
  • « La vie pour l’épargnant ne se réduit pas à un exercice de calcul : 2. Les apports d’une approche existentielle du cycle de vie », Revue française d’économie, XXV (2), octobre 2010, p. 3-57.
  • Avec Cédric Rio, « Entretien autour du livre Des liens et des transferts entre générations », Raison Publique.fr, 21 septembre 2010, en ligne http://raison-publique.fr/​Des-liens-et-des-transferts-entre.html
  • « L’épargnant n’est pas qu’un calculateur ! Vers une meilleure compréhension des placements financiers », Cahiers de l’ILB (Institut Louis Bachelier), n° 1, janvier 2011, p. 8-9.
  • Avec Luc Arrondel, « La crise a-t-elle rendu l’épargnant français plus prudent ? », Retraite et Société, n° 60, « Comportements face à la retraite : approche économique », février 2011, p. 109-133.
  • Avec Luc Arrondel, « La crise, le risque et l’épargnant », Risques, n° 85, mars 2011, p. 65-75.
  • Avec Luc Arrondel, L’épargnant dans un monde en crise. Ce qui a changé, Paris, Éditions Rue d’Ulm, « Cepremap », 23, 2011, 112 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Masson et Luc Arrondel, « Microéconomie des choix intertemporels et intergénérationnels », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 592-593.

Référence électronique

André Masson et Luc Arrondel, « Microéconomie des choix intertemporels et intergénérationnels », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21384

Haut de page

Auteurs

André Masson

Articles du même auteur

Luc Arrondel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals