Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Les mots de la migration : productions de discours et mises en récit de la mobilité

Cécile Canut
p. 640-642

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Cécile Canut, professeur à l’Université Paris-V/Descartes

1À partir des récits produits par des migrants et des proches de migrants issus de l’Afrique de l’Ouest (migrations Sud-Sud et Sud-Nord), ainsi que des discours sociaux et politiques (institutionnels, associatifs, médiatiques, universitaires, littéraires, etc.) énoncés sur la migration, en Europe et en Afrique, ce séminaire a traité de la place du langage dans le cadre des migrations.

2Mots clés : récits, discours, migrations, Afrique de l’Ouest, anthropologie du langage, linguistic ideologies, postcolonialisme, historicité

36 octobre 2010 – Discours et récits dans la migration : nouveaux regards sur la mobilité. Une série de questions : Les transmigrations Sud-Sud ou Sud-Nord font ici l’objet d’une recherche conjointe en sociolinguistique et en anthropologie du langage ; ce séminaire a pour objectif de rendre compte de la dimension langagière et discursive dans le cadre des pratiques migratoires. Nous faisons l’hypothèse que par les mots, les expressions, les façons de parler du voyage s’élaborent les spécificités locales des imaginaires sur la migration. Plus particulièrement, la forme du récit est un des modes particuliers de la mise en œuvre des expériences de déplacement qui rendent compte de logiques symboliques et politiques locales. Ce premier séminaire a présenté les hypothèses et les notions principales d’une telle approche.

420 octobre 2010 – « Le recueil des récits : enquêtes multi-sites et analyses de discours ». La deuxième séance a été consacrée aux notions clés d’anthropologie du langage et aux définitions problématisant l’opposition des notions de « discours » et de « récit ». Étude de cas : l’exemple du récit de Moussa K. dans le cadre de la lutte des travailleurs sans-papiers à « Baudelique » (vidéo de Cécile Canut, 2010) ; repérage de l’intrication des récits et des discours, de la diversité des formes langagières en fonction des soubassements idéologiques, de la polyphonie discursive, des négociations discursives, etc.

510 novembre 2010 – « La mise en récit des migrations : performance et subjectivation politique ». À partir des formes narratives plurielles recueillies sur les terrains d’enquête et énoncées à propos des déplacements, ce séminaire présente les corpus allant de récits et de discours dans leur intrication aux conditions de production. L’objectif est de mieux comprendre les trajectoires en les rattachant d’une part aux contextes sociopolitiques dans lesquels elles émergent, et d’autre part aux imaginaires impliqués dans les parcours, du projet de départ au retour, en passant par l’ensemble des périodes de déplacement. Étude de cas : l’exemple des discours et récits à propos des retours forcés au Mali lors du forum de l’ »  Association malienne des expulsés » et plus particulièrement d’une pièce de théâtre présentée par l’ARACEM (vidéo Cécile Canut, 2008).

624 novembre 2010 – « Transformations sociales : le récit comme mode de construction des sociétés ». Si le récit est un moyen privilégié pour appréhender les désirs et motivations profondes de la migration, il n’est pas seulement un moyen dans le cadre de cette étude. Nous postulons que les récits, dont la circulation est permanente dans la vie quotidienne, ont une fonction essentielle dans la construction de la société et plus particulièrement un rôle dans les configurations migratoires. En s’appuyant sur ceux des migrants issus d’un film en cours (Frontière reconduite, 2012, production Tutti quanti films), les notions de performance et d’agency sont discutées dans ce cadre d’analyse.

71er décembre 2010 – « Imaginaires de l’interstice : les mots de l’espace et du temps » (Invité Benoît Hazard). Présentation du travail audiovisuel du chercheur au Burkina Faso. Réflexion sur la vision de la migration comme expression du changement social et véhicule de la destruction des sociétés africaines traditionnelles qui s’est développée selon une appréhension idéologique de l’espace (l’Afrique face à l’Europe, à l’Occident, au Nord). Cette logique de classement des espaces s’est vue alors confortée par une vision unilinéaire du temps : celle de la modernité et du progrès, celle du développement naturel des sociétés, etc. Dans ce cadre, le migrant se voit « posé » à la frontière entre deux espaces, deux modes de production (Hazard 2007).

88 décembre 2010 – « Migration et littérature » (Invités : Alioune Sow (Université de FloridA) et Catherine Mazauric (Université de Toulouse-Le-Mirail). Un grand nombre de récits font émerger des schèmes narratifs et discursifs intriqués aux mythes et aux figures du héros. En effet, le migrant s’inscrit dans une sorte de parcours initiatique dont il parvient à franchir toutes les étapes, réussite qui est à la fois attribuée à la performance Individuelle tout autant qu’à la « main de Dieu », le seul et dernier responsable. Discussion de cette figure de l’aventurier « héros » dans la littérature africaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Canut, « Les mots de la migration : productions de discours et mises en récit de la mobilité », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 640-642.

Référence électronique

Cécile Canut, « Les mots de la migration : productions de discours et mises en récit de la mobilité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21436

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals