Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Philosophie et épistémologie

Art et théorie dans la Critique de la faculté de juger

Patricia Lavelle
p. 656-658

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Patricia Lavelle

1Bien que les philosophes aient parfois rêvé d’une langue formalisée permettant la parfaite détermination des concepts dans des discours où rien ne resterait à interpréter, une certaine indétermination a toujours caractérisé leurs productions. La part d’indétermination surgit de l’influence inéluctable des images sur le travail conceptuel et de la charge poétique de la langue elle-même. Cela confère aux discours théoriques une dimension esthétique et une épaisseur historique : ce qu’ils visent ne se laisse pas exposer more geometrico, mais surgit à chaque fois provisoirement, dans une forme historiquement conditionnée, c’est-à-dire dans une œuvre de prose. Analogue à l’œuvre d’art, l’œuvre de pensée ne se limite pas à la simple argumentation conceptuelle. Comme les artistes, les penseurs font des images. Ils inventent des métaphores, racontent des récits, commentent des mythes ou des objets artistiques. Il n’est pas toujours facile de distinguer l’œuvre théorique de la production littéraire. En effet, à l’extrême opposé de l’idéal d’une présentation parfaitement formalisée, nous trouvons le culte délibéré de l’obscurité qui vient de la beauté et de l’indétermination du « dire » littéraire au sein du « dit » théorique.

2Comme l’idéal de formalisation, une certaine tendance à l’ésotérisme a fait école dans la tradition philosophique et elle s’est significativement répandue parmi les auteurs contemporains, notamment dans le sillage de Nietzsche et du dernier Heidegger. Cependant, cette autre radicalisation formelle qui confine au rejet de toute conceptualité implique, comme la première, une équivoque. Car, si la présentation de la théorie a toujours affaire à l’Image, elle a aussi affaire au concept. Même en voulant se détourner de toute détermination, les penseurs construisent certaines notions qui, stabilisées dans leur discours, deviennent des concepts opératoires, quoique leur caractère conceptuel soit nié. Soigneusement cachés sous l’image, ces concepts non avoués se chargent illégitimement de l’autorité du discours littéraire pour se soustraire à la discussion, évitant ainsi la confrontation avec d’autres constructions théoriques. Cette tendance peut se radicaliser jusqu’à la dévalorisation de la communicabilité analogique propre à la métaphore, et finit par rejoindre, paradoxalement, la position opposée dans sa condamnation.

3Comment échapper au rêve trompeur de la détermination absolue sans pour autant succomber aux séductions de l’indécidable poétique ? C’est cette difficulté qui nous conduit à la question essentielle : quel statut l’image de pensée doit-elle pouvoir revendiquer ? Poser rigoureusement cette question implique de dépasser l’alternative entre le rationnel et l’irrationnel, le triomphe équivoque de l’identité et les égarements de la différence, dans une recherche sur le statut de la rationalité qui s’amorce au XVIIIe siècle à la naissance de l’esthétique comme discipline philosophique et qui s’affirme avec le criticisme kantien. Nous chercherons donc à montrer que Kant fonde sur la dynamique symbolique de la réflexion un nouveau paradigme de rationalité qui rompt avec la raison dogmatique des temps modernes sans pour autant tomber dans un relativisme ou dans un irrationalisme radical.

4Selon la Critique de la raison pure, en tant que cristallisation du besoin d’infini d’une raison finie, l’Idée est le focus imaginarius qui oriente toute construction conceptuelle visant la connaissance. Ainsi, sans être eux-mêmes objectivement connaissables, les concepts de la raison ouvrent le champ de l’expérience et de la connaissance. Cependant, si les idées ne peuvent pas être déterminées en tant qu’objets de la connaissance, elles ne sont pas non plus radicalement indéterminées. Abordée dans la Critique de la faculté de juger, la problématique de la présentation des idées pose directement la question de la dimension poétique de la présentation théorique. Selon le § 59, l’exposition des idées ne se fait pas de manière directe, comme celle des concepts de l’entendement, mais elles peuvent être présentées indirectement par des symboles qui nous permettent non pas de déterminer leur connaissance, mais de les penser à partir d’une analogie. Proposant un modèle de représentation tourné vers la sphère suprasensible des idées, Kant parle donc d’une « connaissance symbolique » fondée sur notre capacité d’inventer et d’interpréter des images, de créer et de comprendre des analogies symboliques qui s’associent au travail du concept. Ainsi, toute construction théorique serait marquée par une démarche d’ordre esthétique, c’est-à-dire par la mise en forme symbolique de la pensée réfléchissante. Or, ce mouvement de symbolisation caractérise aussi, quoique d’une autre manière, la production artistique. D’après le § 49, le génie artistique est capable d’associer des attributs esthétiques aux concepts pour produire des idées esthétiques, c’est-à-dire des représentations de l’imagination qui donnent beaucoup à penser, mais ne correspondent à aucune pensée déterminée ou conceptuellement déterminable. Penser le statut de la rationalité réflexive qui naît avec l’entreprise critique de Kant implique donc non seulement l’examen de la « découverte » de la dimension esthétique de toute théorie, mais également celui de l’élément théorique de la production artistique, de ce noyau réfléchissant qui caractérise les œuvres du « génie ».

5La lecture attentive de ces deux paragraphes de la Critique de la faculté de juger, accompagnée d’une reconstruction historique des débats de l’époque de Kant, a donné l’occasion d’examiner les développements contemporains du paradigme de la rationalité réflexive chez Hans Blumenberg et Paul Ricœur. Ce travail a été réalisé en six séances : 15 mars, Schématisme et langage : la méta-critique de Hamann ; 5 avril, La présentation symbolique des idées, Critique de la faculté de juger, § 59 ; 3 mai, « Toute notre connaissance de Dieu est simplement symbolique », § 59, La Querelle du Panthéisme (Mendelsohn/Jacobi) et le paradigme symbolique de la connaissance ; 17 mai, Développements contemporains de la problématique de la présentation symbolique : L’hypothèse métaphorologique de Hans Blumenberg, Le travail de la ressemblance dans la métaphore vive de Ricœur ; 7 juin : L’idée esthétique, Critique de la faculté de juger, § 49 ; 21 juin : Considérations contemporaines sur la réflexivité dans l’art : Ricœur/Blumenberg.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Lavelle, « Art et théorie dans la Critique de la faculté de juger », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 656-658.

Référence électronique

Patricia Lavelle, « Art et théorie dans la Critique de la faculté de juger », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21451

Haut de page

Auteur

Patricia Lavelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals