Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Droit et société

Le concept de « hiérarchie » : histoire et théorie

Emanuele Coccia
p. 666

Entrées d’index

Index thématique :

Droit et société
Haut de page

Texte intégral

Emanuele Coccia, maître-assistant à l’Université de Freiburg, Allemagne

1Le cours s’est déroulé en six séances, qui ont été suivies par une moyenne L de treize auditeurs par séance. Le public était composé d’étudiants de l’EHESS en différentes disciplines (philosophie et histoire), de professeurs de différents établissements et d’autres auditeurs libres.

2Le cours avait le but de démontrer l’origine théologique du concept de hiérarchie : le concept est né, en effet, pour désigner la structure et les pratiques propres à la société angélique : plus précisément, il constituait le nom propre, la dénomination technique de cette société particulière. Ce n’est que de façon secondaire et dérivée que le mot hiérarchie s’appliquait aussi à la société, tout d’abord à celle des hommes consacrés (l’église) et beaucoup plus tard aux sociétés profanes.

3Les deux premières rencontres ont été consacrées à la présentation générale du sujet, ainsi qu’à la discussion des difficultés d’ordre méthodologique. Si Louis Dumont avait déjà dénoncé le sentiment d’« aversion à la hiérarchie qui est générale chez nos contemporains et chez les modernes en général » qui empêche le traitement du concept par les sciences sociales modernes, les origines théologiques de ce concept rendent son analyse historique extrêmement difficile. À partir de l’analyse étymologique du terme « hiérarchie » (qui ne signifie rien d’autre que « pouvoir sacré », « gouvernement sacré », ou comme le dit une glose byzantine « ce à travers quoi l’on peut exercer un pouvoir de façon sacrée et ce par quoi l’on subit un pouvoir de façon également sacrée ») on a tout d’abord analysé le concept de pouvoir propre à la théologie chrétienne : dans cette perspective on a analysé le mythe judéo-chrétien de la création du monde et certains commentaires à la Genèse qui décrivent l’homme comme « bête à pouvoir » (zoôn archikon).

4La seconde partie du séminaire a été consacrée à l’analyse des sources angélologiques judéo-chrétiennes, en partant du cycle d’Enoch et d’autres textes produits par le judaïsme du deuxième Temple pour arriver à la production théologique de la scholastique médiévale. L’analyse du mythe de la chute angélique originaire et la lecture des gloses théologiques au concept de chute nous ont permis de comprendre l’ange comme créature dont la divinité exprime un rang (taxis) qui ne peut jamais s’incarner dans une nature (physis) : la hiérarchie exprime précisément cette divinité de rang, ou si, l’on veut, elle est un rang sans nature qui est capable de donner un titre de divinité à celui qui l’occupe.

5En tant que rang, c’est-à-dire, place dans une multiplicité ordonnée d’individus, la divinité « hiérarchique » est en outre une forme de divinité éminemment sociale, qui s’incarne dans l’ordre réciproque que chacun des anges occupe par rapport à Dieu et aux autres. L’ange, d’ailleurs, est la première apparition dans la Méditerranée orientale d’une forme de divinité assez particulière, une sorte de divinité « en masse », un dieu qui n’existe pas dans une forme individuelle, mais comme groupe (cf. Dn 7,10 : « mille milliers le servaient, et dix mille millions se tenaient en sa présence »). La divinité donc dans l’ange est un fait social, et non individuel.

6Le concept de chute (ainsi que celui de mérite angélique) permet de montrer que la divinité propre aux anges n’est pas une propriété ontologique inaliénable : elle est plutôt un effet ou une conséquence d’une action. L’ordre entre être et action, substance et praxis semble être renversé. La hiérarchie exprime donc un titre de divinité d’ordre pratique et non ontologique. Il a donc été nécessaire d’interroger les rapports du concept de hiérarchie avec celui de théurgie, ou action divinisatrice, élaboré au sein du néoplatonisme, en analysant les relations entre les écrits de Jamblique et les ouvrages du Pseudo Denys.

7L’étudiante Abaka Yu (EHESS, Études politiques) a contribué à la discussion du séminaire avec un mémoire écrit consacré à « L’égalité et la hiérarchie : l’analyse de la société démocratique chez Tarde ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emanuele Coccia, « Le concept de « hiérarchie » : histoire et théorie », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 666.

Référence électronique

Emanuele Coccia, « Le concept de « hiérarchie » : histoire et théorie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21465

Haut de page

Auteur

Emanuele Coccia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals