Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CAK – Centre Alexandre-Koyré. Histoire des sciences et des techniques

Anne Collinot
p. 671-673

Texte intégral

Anne Collinot, chargée de recherche au CNRS

L’enquête biographique dans les études sur les sciences

1Le propos du séminaire est d’examiner l’enquête biographique en tant que mode de connaissance dans les études sur les sciences. Loin de se limiter à sonder le genre biographique comme objet en soi, notre exploration vise à éclairer les façons multiples dont la pratique des sciences s’intègre dans l’existence individuelle comme dans la vie collective des savants et des chercheurs. Le programme de l’année a été conçu afin de poursuivre une réflexion commune, nourrie d’expériences variées et des apports de plusieurs disciplines, telles l’histoire, la sociologie, l’anthropologie et l’histoire de la littérature. Nous ne ferons ici qu’ouvrir l’éventail des interventions pour illustrer les potentialités multiples offertes par l’enquête biographique et le caractère pluridisciplinaire du groupe de chercheurs réunis autour de la question. L’écrivain Benoît Peeters a analysé son exercice de biographe du philosophe Jacques Derrida, pour qui l’archive était une passion en même temps qu’un thème constant de réflexion : il s’agit d’un travail fondé non seulement sur une lecture intégrale de l’œuvre, mais aussi sur des entretiens avec plus d’une centaine de témoins. Caroline Ehrahrdt, spécialiste de l’histoire sociale des mathématiques (ENS Lyon), a discuté l’approche biographique pour étudier la réception de l’œuvre du mathématicien Évariste Galois, montrant comment dépasser une opposition souvent factice entre les œuvres de science et le contexte social dans lequel elles prennent place. Antoine Compagnon (Collège de France et Columbia University) est revenu sur le cas de Bernard Faÿ et a exposé la posture qu’il a adoptée pour raconter la vie d’un intellectuel collaborateur. Dans une perspective historienne, alors que Dinah Ribard (EHESS) et Stéphane Van Damme (Sciences Po) se sont saisis, chacun à leur manière, de l’opération biographique comme terrain d’études, Sabina Loriga (EHESS) a analysé les frontières entre œuvre, biographie et reconstruction du passé, afin de mieux appréhender le rapport entre l’individu et le déroulement de l’histoire. À partir de son étude sur la théoricienne politique Judith Shklar, centrée sur la figure de l’exil, le sociologue Andreas Hess (University College of Dublin) a préconisé une voie intermédiaire entre celles empruntées par la nouvelle sociologie des idées (Gross), l’histoire des intellectuels (Pocock et Skinner) et la tentative de fonder une sociologie des intellectuels comme celle proposée par Lepenies. En contrepoint, Alain Corbin a présenté sa démarche biographique singulière, qui consiste à reconstituer le cadre de vie et l’univers mental d’un individu dont on ne sait presque rien ; l’historien s’est penché sur le travail de contextualisation culturelle et sociale, au terme duquel on tente de comprendre le monde des possibles dans lequel un individu est amené à vivre et à faire des choix. Patrice Bret (Centre Alexandre Koyré), se démarquant de tout souci de réhabilitation souvent propre aux gender studies, a expliqué la façon dont il mène l’enquête biographique, à charge et à décharge, avec comme source principale les écrits du for privé, pour étudier l’activité scientifique des femmes au XVIIIe siècle. Il restait, pour conclure l’année, à discuter les apports de la biographie pour l’étude d’une institution : la sociologue Cherry Schrecker (Université Nancy-II) a développé le concept de biographie collective, mobilisé pour analyser les moments fondateurs (1919 et 1933) de la New School for Social Research à New York, tout en retraçant les parcours d’éminents sociologues qui y ont été accueillis. L’historien Laurent Rollet (Université Nancy-II) a mesuré la portée et les limites d’un projet de biographie de masse, en prenant pour exemple l’élaboration en cours d’un Dictionnaire biographique des enseignants de la faculté des sciences de Nancy.

2Parvenus au terme de cet examen croisé de la « raison biographique », nous espérons avoir montré comment celle-ci fournit des données hétérogènes d’une valeur certes inégale, mais pouvant toutes être exploitées pour comprendre les pratiques scientifiques et, de manière plus large, une société où la science, productrice privilégiée des savoirs légitimes, continue à occuper une place centrale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Collinot, « CAK – Centre Alexandre-Koyré. Histoire des sciences et des techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 671-673.

Référence électronique

Anne Collinot, « CAK – Centre Alexandre-Koyré. Histoire des sciences et des techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21470

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals