Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CEIFR – Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux

Régine Azria, Sabrina Mervin, Sophie Nizard, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca et Rita Hermon-Belot
p. 687-689

Texte intégral

Régine Azria, chargées de recherche au CNRS
Sabrina Mervin, chargées de recherche au CNRS
Sophie Nizard, maître de conférences à l’Université Strasbourg-II/Marc-Bloch

Transmission, rituels et mémoire

1Quel corps est en jeu dans la transmission, les rituels, les faits de mémoire en lien avec la mort ?, nous avons cherché à répondre à cette question à partir de trois axes : 1. La transmission par les pratiques et les rites corporels. 2. Les rituels de deuil et de commémoration faisant appel à des pratiques corporelles. 3. Les rites et pratiques mémorielles comme substituts aux rituels funéraires et de deuil traditionnels en l’absence de corps. Au fil des exposés s’est constitué un observatoire des corps et des multiples façons dont ceux-ci occupent la scène sociale, se donnent à voir, à entendre.

2Cela était explicite dans l’exposé de Pablo Pinto sur « les assemblées de prières des soufis de Syrie », comme dans celui de Sabrina Mervin sur « les rituels de Achoura » tels qu’ils sont mis en scène au Liban et en Inde, ou encore dans les extraits de films que nous a montrés Agnès Devictor à propos des diverses façons de filmer « la mort dans le cinéma iranien ». L’islam chiite en question dans ces deux exposés est particulièrement sensible à la question de la mort, vu la place centrale de Hossein, l’imam martyr, dont le deuil imprègne la tradition chiite et la culture, notamment visuelle, qui en est issue.

3Avec Sophie Nizard, « La transmission d’une pratique corporelle "discrète" : le bain rituel », nous avons mesuré combien la matérialité du corps féminin est délicate à gérer pour une tradition contrôlée par les hommes, mais vécue par les femmes. L’interprétation traditionnelle associe l’impureté rituelle de la femme à l’idée de mort, mais de nos jours des interprétations plus valorisantes pour les femmes, en phase avec les valeurs hédonistes et égalitaristes de la modernité prennent le relais.

4Le corps donne aussi à penser, à croire, à douter. L’analyse d’Isabelle Jonveaux sur le renouvellement de « la pratique ascétique dans la vie monastique contemporaine » a questionné ce qui se joue dans l’ascèse revisitée par la modernité. D’un côté, on a la fidélité à la tradition ascétique, le renoncement, la mortification et, de l’autre, la volonté d’être en adéquation avec l’hédonisme, l’accomplissement de soi, l’individualisme religieux.

5Le cas de « Catherine, la visionnaire » (Emma Aubin-Boltanski), qui reçoit régulièrement les stigmates, au Liban, a relancé le débat sur la question des apparitions. Le corps est ici dédoublé : corps/acteur de la visionnaire, par ailleurs une femme « ordinaire » ; corps du « serviteur souffrant » porteur d’un message sonore, incarné et sanglant, visualisé par l’extase et les stigmates.

6Enfin, des exposés nous ont introduits à d’autres mises en scène de la transmission, lorsque la substitution où l’identification ne passe pas par le corps, celui-ci étant empêché (occulté, masqué ; anéanti, détruit) : substitution du verbe, de l’énonciation, du nom, au corps absent. Celui d’Enric Porqueres i Gené, « Xuetes de Majorque », crypto-juifs attachés aux généalogies qui ne « tiennent » que par la connaissance de leur filiation et leur réseau de parenté ; celui de Nicoletta Diasio sur « simulacre et identification par la ressemblance » ; celui d’Anny Dayan-Rozenman, « Littérature et cinéma dans la transmission de la mémoire collective de la shoah », enfin sur « Le deuil impossible. Ritualisations laïques et religieuses de la mémoire de la shoah » de Régine Azria. Dans ces deux cas, « l’absence obsédante des corps » était centrale.

7Ainsi le corps est alternativement acteur, vecteur, porteur de sens, agent de médiation où il fonctionne en tant que signe. Il mérite donc d’être abordé en tant qu’« objet » social, mais aussi en tant qu’« acteur » autonome ou partiellement autonome, l’individu ou la personne attaché(e) à ce corps s’effaçant derrière lui et, pour un temps, déléguant à son corps son statut d’acteur.

8Un point commun à ce corpus d’exposés apparaît : le souci et la présence obsédante du corps qui, pour s’inscrire dans l’historicité et faire société, doit être accompagné, soutenu par une pensée, une parole en acte, un récit.

Anne-Sophie Lamine, professeur à l’Université Strasbourg-II/Marc-Bloch
Nathalie Luca, chargée de recherche au CNRS

Variations du croire : frontières du religieux et mouvements transnationaux

9Ce séminaire a poursuivi l’exploration des définitions du croire et des transformations de ses frontières en situation de mondialisation des échanges et de réenchantement d’activités attachées à des sphères séculières. Comme l’année précédente, nous avons abordé ces variations en croisant études de cas et approches théoriques dans une perspective à la fois sociologique et anthropologique.

1011 décembre, introduction de Nathalie Luca, « Pour une anthropologie du croire » ; 14 janvier, intervention de Patrick Watier, professeur de sociologie à l’Université de Strasbourg sur « les liens entre croyance et confiance » ; les 7 et 8 février, colloque « Croire en actes », coorganisé par Nathalie Luca, Anne-Sophie Lamine et Emma Aubin Boltanski. La participation des étudiants à ce colloque a compté pour une séance du séminaire ; 11 mars, intervention de Jean-Bruno Renard, professeur de sociologie à l’Université Montpellier-III/Paul Valéry, « Une approche clinique de la superstition ». Cet exposé a été construit autour de la projection de l’épisode « Les prédictions » (1960) de la série La quatrième dimension ; 29 avril, intervention de Nathalie Luca, « Construction et adaptation du croire dans le marketing relationnel de multi-niveaux : une comparaison entre la Corée du Sud, Haïti et la France » ; 13 mai, intervention de Gérald Bronner, membre de l’IUF et professeur de sociologie à l’Université de Strasbourg, « Pourquoi une croyance rencontre-t-elle le succès sur le marché cognitif ? » ; 10 juin, séance conclusive co-animée par Anne-Sophie Lamine et Nathalie Luca.

Rita Hermon-Belot, maître de conférences
Nathalie Luca, chargée de recherche au CNRS

Atelier du CEIFR

11Cette année, les ateliers du CEIFR se sont déroulés autour de deux types de séances : des conférences d’invités étrangers et la poursuite de la réflexion autour des nouveaux axes qui se sont dessinés.

1219 novembre, Séance de réflexion autour des axes du CEIFR ; 17 décembre, « As Durkheim meets clausewitz : A sociological theory of religious conflict, violence and war », intervention de Phil Gorski, sociologue à l’université de Yale ; 21 janvier, Séance de synthèse autour des trois axes du CEIFR ; 18 mars, séance consacrée à une réflexion collective sur l’aménagement de notre site CEIFR en la présence de Stéphane Eloy ; 29 avril, « Frontières symboliques et identité nationale : L’anti-sémitisme et le philo-sémitisme en Pologne », intervention de Geneviève Zubrzycki, Associate Professor, département de sociologie, Université du Michigan ; 13 mai de 10 h à 13 h, « The politIcal culture of faith based organizations », intervention d’Olivier Zunz, professeur d’histoire, Université de Virginie ; 17 juin, séance conclusive. Point sur l’année écoulée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régine Azria, Sabrina Mervin, Sophie Nizard, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca et Rita Hermon-Belot, « CEIFR – Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 687-689.

Référence électronique

Régine Azria, Sabrina Mervin, Sophie Nizard, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca et Rita Hermon-Belot, « CEIFR – Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21484

Haut de page

Auteurs

Régine Azria

Articles du même auteur

Sabrina Mervin

Articles du même auteur

Sophie Nizard

Articles du même auteur

Anne-Sophie Lamine

Articles du même auteur

Nathalie Luca

Articles du même auteur

Rita Hermon-Belot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals