Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CRH – Groupe d’études ibériques (GEI)

Wolfgang Kaiser, Enric Porqueres i Gené, Bernard Vincent, Jean-Frédéric Schaub, Jordi Canal, Natalia Muchnik, Catarina Madeira Santos, Jean-Paul Zuhiga, Frédérique Langue et Grégoire Sallnero
p. 732-733

Texte intégral

Wolfgang Kaiser, Enric Porqueres i Gené, Bernard Vincent, Jean-Frédéric Schaub, directeurs d’études
Jordi Canal, Natalia Muchnik, Catarina Madeira Santos, Jean-Paul Zuhiga, maîtres de conférences
Frédérique Langue, directrice de recherche au CNRS
Grégoire Sallnero, maître de conférences à l’Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne

Histoire et anthropologie du monde ibérique

1Sur un rythme bimensuel, notre séminaire collectif est organisé selon une double démarche. Il cherche tout d’abord à se constituer en vitrine et lieu d’échange où sont discutées les recherches menées sur l’aire ibérique en général, aussi bien par des collègues français qu’étrangers. Douze chercheurs invités ont en ce sens animé chacune de nos séances. Outre la présentation de leurs travaux récents à un public d’étudiants et de chercheurs confirmés, ces invités ont tous proposé un texte de référence dans leur domaine comme lecture préalable. Ce texte a été confié à chaque fois à un étudiant chargé d’ouvrir la séance par un compte rendu synthétique, sorte d’introduction aux problématiques de l’intervenant du jour : les discussions qui ont suivi s’en sont trouvées ainsi facilitées.

2Bien que l’éventail chronologique et disciplinaire embrassé par les différentes interventions de cette année soit vaste (du Moyen Âge au très contemporain, de l’histoire à la sociologie et à l’anthropologie), la question du pouvoir politique et de ses expressions, déclinée de différentes manières et appréhendée notamment au travers d’approches culturelles du politique, a été au cœur de nombre de nos discussions.

3François Foronda (Université de Paris-I/Panthéon-Sorbobbe) a fait une présentation intitulée « Émotion, contrat et constitution en Castille : de la peur du roi à la révolution conservatrice à la fin du Moyen Âge » ; Renaud Malavialle (Université de Paris IV-Sorbonne) a parlé quant à lui du « Corps politique et conscience historique chez quelques historiens espagnols du tournant des XVIe et XVIIe siècles ». Nelly Sigaut (Colegio de Michoacán), « Ausencia y presencia del rey en la corte de México » et Cécile Vincent (Université de Paris-XIII/Nord), « L’expérience de l’Ange en Espagne au XVIIe siècle » ont abordé ces questions à travers la représentation iconographique.

4Les approches en histoire contemporaine, sociologie et anthropologie ont été représentées par un deuxième groupe de chercheurs composé de Jeanne Moisand (Université de Paris-I/Panthéon-Sorbonne), « Nation(s) ou empire : quel cadre pour l’histoire culturelle de l’Espagne du XIXe siècle ? » ; Alejandro Gómez (ATER Paris-III/Sorbonne nouvelle, Mascipo), « La cuestión de Haití en el debate abolicionista español (siglo XIX) » ; Ruben Paillol (Université de Paris-IV/Sorbonne) ; « Madrid 1860-1930 : el surgimiento de una metrópolis moderna » ; María Nagore (Universidad Complutense de Madrid), « El nacionalismo musical español en los siglos XIX y XX » ; Jesus Alonso Carballes (Université de Bordeaux III) « Politiques symboliques et victimes du terrorisme dans l’espace urbain espagnol » ; Xavier Roigé (Université de Barcelone), « Museos y memoria histórica. La patrimonialización de la Guerra Civil en España » ; Omar Ribeiro (Université de Campinas-Brésil), « Exode ou retour : la communauté eurasiatique au Mozambique et la construction de l’autochtonie » ; Alexandre Surrallés (EHESS-LAS), « Les Indiens mot à mot : la raison lexicographique dans l’Amérique coloniale »

5Parallèlement à cette démarche de pédagogie et de diffusion de la recherche, le deuxième objectif de notre séminaire est celui de fédérer les chercheurs composant le GEI. En ce sens le séminaire favorise une réflexion moins générale, plus ciblée, sur trois axes (Circulation, Empires, Généalogies et race) qui représentent les points de convergence des recherches menées par chacun des membres. Ces axes s’expriment notamment par la tenue de deux journées d’étude spécifiques chaque année. Cette année ces journées (journée « Empire », journée « Race ») ont rassemblé au Collège d’Espagne outre les membres du GEI, des étudiants en master et en doctorat ainsi que des collègues français et étrangers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wolfgang Kaiser, Enric Porqueres i Gené, Bernard Vincent, Jean-Frédéric Schaub, Jordi Canal, Natalia Muchnik, Catarina Madeira Santos, Jean-Paul Zuhiga, Frédérique Langue et Grégoire Sallnero, « CRH – Groupe d’études ibériques (GEI) », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 732-733.

Référence électronique

Wolfgang Kaiser, Enric Porqueres i Gené, Bernard Vincent, Jean-Frédéric Schaub, Jordi Canal, Natalia Muchnik, Catarina Madeira Santos, Jean-Paul Zuhiga, Frédérique Langue et Grégoire Sallnero, « CRH – Groupe d’études ibériques (GEI) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21553

Haut de page

Auteurs

Wolfgang Kaiser

Articles du même auteur

Enric Porqueres i Gené

Articles du même auteur

Bernard Vincent

Articles du même auteur

Jean-Frédéric Schaub

Articles du même auteur

Jordi Canal

Articles du même auteur

Natalia Muchnik

Articles du même auteur

Catarina Madeira Santos

Articles du même auteur

Jean-Paul Zuhiga

Frédérique Langue

Articles du même auteur

Grégoire Sallnero

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals