Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

IMM – Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS)

Johann Michel et Gérôme Truc
p. 774-775

Texte intégral

Johann Michel, professeur à l’Université de Poitiers
Gérome Truc, doctorant à l’EHESS

Les épreuves de la mémoire collective

1L’organisation du séminaire alterne présentation des recherches en cours des responsables du séminaire et présentation des travaux de chercheurs extérieurs, jeunes doctorants ou chercheurs déjà confirmés. Comme les années précédentes, le séminaire s’est voulu interdisciplinaire, à la croisée de la sociologie, de la science politique, de l’histoire et de la philosophie. Les interventions ont permis de s’attarder sur les concepts sociologiques et philosophiques fondateurs des Memories studies, comme celle de Gérôme Truc sur la sociologie de Maurice Halbwachs ou celle de Barna Kovacs sur la philosophie de la mémoire chez Paul Ricceur.

2Au cours de l’année 2010-2011, nous avons de nouveau exploré les différentes facettes de la production de mémoires publiques officielles. S’agissant du cas français, le séminaire a permis d’analyser les transformations des « régimes mémoriels » à l’époque contemporaine, en particulier le retour d’un régime mémoriel colonialiste à travers l’adoption de la loi du 23 février 2005 (Johann Michel), les variations du rapport des chefs d’État à l’histoire sous la cinquième République (Patrick Garcia), ou encore la façon dont l’histoire de France est mise en musée, à travers le cas du musée historique du Château de Versailles (XIXe-XXe siècles) (Sylvain Antichan). S’agissant des expériences étrangères, le séminaire a permis d’aborder les politiques de la mémoire en Ukraine et en Biélorussie à travers l’exemple de la mémoire des villages brûlés (Alexandra Goujon) ou encore l’institutionnalisation de la mémoire de la violence en Colombie (Delphine Lecombe).

3Conformément à notre projet de faire varier les focales sur la mémoire, le séminaire a laissé place à une série d’interventions sur la mémoire à l’échelle familiale (Alexandra Oeser), le rapport entre mémoire et origine migratoire (Lila Belkacem), ou encore entre mémoire et citoyenneté (Évelyne Ribert). À l’échelle individuelle, l’étude de la mémoire mise en récit s’est avérée un instrument fécond pour analyser les procès de subjectivation et les identités narratives (Johann Michel, Stefano Bory).

4À travers l’étude de ces cas empiriques, il s’agit de donner en même temps aux étudiants des outils conceptuels et des modèles d’analyse qu’ils pourront mobiliser pour leurs propres recherches. C’est ainsi qu’au fil des séances, il a été notamment question de mobiliser les outils traditionnels de l’histoire savante, des outils épistémologiques à partir des travaux de Paul Ricœur, des outils sociologiques sur la base des travaux de Maurice Halbwachs et des modèles issus de l’analyse des politiques publiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johann Michel et Gérôme Truc, « IMM – Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS) », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 774-775.

Référence électronique

Johann Michel et Gérôme Truc, « IMM – Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21608

Haut de page

Auteurs

Johann Michel

Articles du même auteur

Gérôme Truc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals