Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

PRIMH – PRI Mathématiques et histoire

Giovanna C. Cifoletti
p. 800-801

Texte intégral

Giovanna C. Cifoletti, directrice d’études

Qui a peur des chiffres ? Mathématiques et histoire : lectures de sources

1Cette année, le séminaire a pris la forme d’une série de conférences sur l’astronomie, et de deux journées d’étude. La première journée a été : « Mathématiques et Cosmos : Ptolémée et ses héritiers dans l’Antiquité et la Renaissance », le 8 juin 2011, avec le sous-titre « L’Almageste de Ptolémée : commentaires et histoire de l’astronomie ». Alain Bernard (Université de Créteil, Centre Alexandre Koyré), dans « Had Theon’s commentary on the Almagest a didactic purpose and in what sensé ? », et à partir de la préface du commentaire de Theon à l’Almageste de Ptolémée, nous a montré la dépendance de Theon de la culture des commentaires et sa position vis-à-vis du traité de Ptolémée comme modèle.

2James Byrne (Université de Princeton), avec « The commentary tradition and the discipline of astronomy in the Later Middle Ages », nous a montré comment les frontières de l’astronomie s’élargissent dans les commentaires sur les traités astronomiques médiévaux, spécialement sur la Theorica planetarum.

3Michela Malpangotto (Observatoire de Paris, Équipe d’Histoire de l’astronomie) nous a introduit à sa recherche sur la complexité de la figure de Regiomontanus mathématicien, philologue et théoricien de l’humanisme avec son intervention « Astronomie et humanisme dans l’Oratio in praelectione Alfragani de Regiomontanus (1464) ».

4James Byrne a conclu la journée d’étude avec « Regiomontanus and the reform of Late Medieval astronomy », où il nous a parlé des efforts de Regiomontanus dans la réforme de l’astronomie, en comparaison avec Copernic et d’autres astronomes du XVIe siècle.

5Le 15 et le 22 juin nous nous sommes réunis autour de notre invité James Byrne avec deux autres séances consacrées à l’astronomie. La première était « Grappling with Ptolemy : Ptolemaic astronomy and aristotelian philosophy in the Medieval universities ». James Byrne nous a parlé des tentatives de réconcilier l’astronomie de Ptolémée avec la philosophie naturelle d’Aristote ou de tradition aristotélicienne aux XIIIe et XIVe siècles. La deuxième conférence, « Practical and theoretical astronomy in the Later Middle Ages », a été consacrée à l’influence de l’astronomie pratique dans la théorie planétaire.

6Le 16 juin 2011 a eu lieu la journée d’études « Mathématiques et négoce », organisée par Giovanna Cifoletti et Grégory Chambon (PaHST/UBO). Nous avons ainsi ouvert un nouvel axe de recherches du PRI Mathématiques et Histoire. Renégocier la définition des « mathématiques » au cours du temps nécessite en particulier de revisiter les modalités et les mises en œuvre de pratiques humaines concernant le calcul et la mesure in concreto. Plutôt que de prospecter a priori sur la nature des raisonnements mis en jeu lors de ces activités, l’idée directrice de cette journée d’étude est d’aller chercher ces raisonnements dans les traces matérielles que l’on peut observer et décrire, et donc d’étudier les modalités concrètes d’élaboration de savoir localisés. Les pratiques commerciales, et en particulier le négoce, permettent ce type d’investigation, en tant qu’activités humaines circonscrites dans l’espace et le temps. Afin de faire accepter une transaction, par exemple, un groupe social donné mobilise à un instant donné des savoir-faire techniques qui peuvent s’inscrire, implicitement ou explicitement, dans un référentiel d’ordre mathématique. Cette démarche nécessite, en particulier, de prendre en considération le rapport spécifique qu’entretiennent les pratiques de mesures et de calcul à l’écrit. L’écriture intervient dans les activités de négoce d’une part en tant que codification de règles, y compris les plus locales, comme celles qui tranchent entre la « mesure rase » et la « mesure comble ». Elle fait de plus partie des modalités importantes du « consensus métrologique » résultant de la transaction. Toutes sortes d’inscriptions, temporaires ou à caractère permanent, entrent en effet en jeu dans les activités économiques. Les modalités de leur production et de leur usage doivent être acceptées par un groupe social (communauté de spécialistes, fédération de marchands, autorités politiques locales ou centrales etc.) afin d’entériner un accord commercial. Nous étudierons donc ce rapport des pratiques à l’écrit, afin d’affiner notre compréhension des processus d’élaboration, de transmission et de pérennisation des savoirs à caractère « mathématique ».

7Nous souhaitons concentrer notre réflexion sur des études de cas empruntés à l’Antiquité (Mésopotamie et Égypte) ainsi qu’au Moyen Âge. Les pratiques de mesures de ces deux périodes de l’histoire se trouvaient en effet au centre des calculs aussi bien que des transactions. Les marchands étaient confrontés à des opérations économiques complexes qui s’appuyaient sur des paramètres qui fluctuaient. Dans les mondes antiques, par exemple, une mesure plus grande et une autre plus petite pouvaient être mises non point en opposition paradigmatique (multiples) mais en relation dialectique selon le type et la nature des relations – et éventuellement des tensions – qu’entretient cette mobilisation de pratiques avec des « savoirs » mathématiques élaborés dans d’autres sphères sociales, comme un milieu scolaire ou une communauté de savants ou en droit. Les conférences ont été les suivantes : Grégory Chambon « Le scribe, le comptable et le marchand : activités de négoce et pratiques arithmétiques en Mésopotamie » ; Eva Caianiello « Un aperçu sur la formation culturelle et technique des marchands italiens au XIIe et XIIIe siècles à partir du Liber Abbaci » ; Stéphane Lamassé « Réflexions sur les rapports entre théorie et pratiques : la place de la “réalité” marchande dans les arithmétiques en langue vulgaire ».

8Une discussion animée a conclu la journée, pour laquelle nous prévoyons une suite en 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanna C. Cifoletti, « PRIMH – PRI Mathématiques et histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 800-801.

Référence électronique

Giovanna C. Cifoletti, « PRIMH – PRI Mathématiques et histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21637

Haut de page

Auteur

Giovanna C. Cifoletti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals