Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des techniques

Textiles et sociétés

Sophie Desrosiers
p. 150-152

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sophie Desrosiers, maître de conférences

Les objets comme source : textiles, cuir et autres. Études de cas

1À LA suite des thèmes développés en 2010-2011, nous avons analysé les pratiques de tissage actuelles dans les hautes terres andines, principalement chez les Jalq’a de Bolivie, pour en faire ressortir les spécificités autant du point de vue des savoirs séquentiels du tissage et des aspects mathématiques de la construction des dessins textiles, que des dessins eux-mêmes dont les formes, très stylisées, font penser qu’ils sont relativement simples à tisser. Par ailleurs, nous avons été attentifs aux traces laissées dans ces œuvres par les divers savoirs en jeu, traces qui permettent de repérer des pratiques similaires dans les tissus précolombiens qui ont été conservés en grand nombre, grâce à son climat désertique, dans une région très différente : la côte du Pérou. Trois exemples retrouvés sur la côte sud et conservés dans les collections du Textile Museum de Washington, montrent que des savoirs très proches de ceux des Jalq’a existaient il y a plus de deux mille ans sous des formes déjà très élaborées. Leur complexité et leur nombre réduit permettent de penser que ces exemples résultaient de pratiques ayant déjà une certaine ancienneté, pratiques qui avaient été développées dans une autre région : probablement les hautes terres où ces savoirs sont actuellement conservés. Une série d’imitations réalisées à l’aide de savoir plus simples montrent que des tisserands ignorant ces pratiques ont toutefois été sensibles aux dessins stylisés présents sur au moins un des exemples retrouvés. Les transformations apportées aux dessins, en particulier leurs dimensions bien supérieures et leurs contours en escalier, et la façon d’organiser les couleurs, permettent de constater que ces motifs ont été appréciés par de nombreuses cultures andines postérieures et ont ainsi marqué le développement de l’art andin précolombien.

2Court-circuitant les chroniqueurs espagnols qui ont peu écrit à leur sujet et les chercheurs qui se sont surtout penchés sur l’analyse des décors réalisés avec des savoirs moins complexes connus dans de nombreuses régions du monde comme ceux de la tapisserie, cette démarche insistant sur les pratiques, les logiques culturelles que les soutiennent, et leurs aspects mathématiques, permet un début de reconstruction d’un pan important de l’histoire des tissus et de l’art andins en général.

3Le séminaire s’est aussi fait l’écho de recherches portant sur d’autres textiles. Claudio Zanier (Université de Pise) « Harmonie du produit et sacralité de la soie dans la Chine archaïque », et trois autres collègues ont exposé leurs travaux sur les soieries de la période mongole : Nicole Cartier (« Biographie d’un objet : la chasuble de sainte Aldegonde du Chapitre de Maubeuge ») et Lisa Monnas (« Textiles and politics in paintings. Italian silks, 14th-15th century »), chercheures indépendantes à Amiens et à Londres, et Juliane von Fircks de l’Institut d’histoire de l’art, Johannes Gutenberg-Universitât, Mayence (« Sur les traces de Marco Polo – soieries de luxe d’origine mongole dans l’Europe médiévale »), Enfin Marie Phliponeau, anthropologue historienne, a démontré de quelle façon le coton est un élément fondamental pour comprendre l’histoire des états et des populations d’Afrique de l’Ouest avec une double séance sur « Le coton en Afrique de l’Ouest, indice pour l’enquête historique et objet anthropologique ».

4L’année a été riche en réunions scientifiques : « Circulation et transmission des savoirs techniques », 17-19 novembre par Mathieu Arnoux,a!a class="texte">4L’année a été rititle