Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la contre-révolution en Europe au XIXe siècle

Jordi Canal
p. 232-234

Texte intégral

Jordi Canal, maître de conférences

La contre-révolution : idéologies, cultures, pratiques

1Le séminaire a été consacré à plusieurs sujets, notamment aux rapports entre les paysans et la contre-révolution, l’exil contre-révolutionnaire en Argentine et la guerre de Canudos (fin du XIXe siècle, Brésil), sans oublier quelques exposés et commentaires à propos d’histoire et de littérature – le sujet principal des années précédentes. La première question est très importante. Les interprétations simplistes ou chargées de préjugés continuent d’abonder lorsqu’il s’agit d’aborder le thème de l’adhésion des paysans – et, en général, des groupes populaires – à la contre-révolution. L’historiographie n’a pas trouvé de réponses totalement satisfaisantes, pour le moment, pour expliquer les raisons de la participation paysanne aux mouvements de la Vendée et de la chouannerie en France, au miguelisme portugais, au carlisme espagnol, au « brigantaggio » méridional italien ou, entre autres, déjà en plein XXe siècle, à la Cristiada mexicaine. Parmi les interprétations que j’ai désignées comme simplistes émerge celle de la supposée manipulation paysanne, c’est-à-dire celle des secteurs populaires que d’autres groupes – surtout l’Église et les propriétaires – auraient poussé vers la contre-révolution. Le paysan devient, dans ce cas, une marionnette manipulée par d’autres. Parmi les préjugés, on trouve celui de considérer impossible ou contre-nature l’attachement contre-révolutionnaire des paysans, puisqu’ils font partie de la classe opprimée et, en conséquence, potentiellement révolutionnaire. Dans ce cas, l’historien se voit obligé de chercher les causes de cette anomalie, qu’il trouve parfois dans le mythe de la manipulation, déjà évoqué, dans la coercition ou dans l’inculture populaire, entendue dans un sens large. L’interprétation culturelle – intégrée à côté de celles d’un autre type, du politique à l’économique – est indispensable afin de comprendre cette relation entre paysans et contre-révolution.

2Le séminaire a accueilli un certain nombre de chercheurs : Humberto Cucchetti (CONICET, Buenos Aires), « Pierre Debray » ; Alexandre Dupont (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne), « Les néo-catholiques : Veuillot et Aparisi » ; Maurizio Ridolfi (Università delia Tuscia-Viterbo), « Les fêtes politiques » ; Eduardo Frías (Université Autónoma de Sinaloa, Mexique), « Les narco-corridos », et Fortunato Mallimaci (Université de Buenos Aires-CONICET), « Catholicisme et Hispanidad en Amérique du Sud ».

3J’ai organisé, avec Georges Lomné, les 11 et 12 juin 2012 à Lima (Pérou), le séminaire international Conservateurs et contre-révolutionnaires dans l’espace euro-américain, XIXe-XXe siècles. Il s’agit de la première réunion d’un projet de l’Institut d’études andines (IFES, Lima), la Casa de Velázquez (Madrid), le CEMCA (Mexico) et l’Université Hambourg, que j’ai l’honneur de diriger, sur les circulations et les transferts dans le terrain politique et idéologique de la contre-révolution et du conservatisme entre l’Europe occidentale et l’Amérique latine – dans les deux sens. Trois autres réunions internationales vont être organisées en 2013 et 2014, à Mexico, à Madrid et à Hambourg.

Publications

  • Avec Julio Aróstegui et Eduardo González Calleja, El carlismo y las guerras carlistas. Hechos, hombres e ideas, Madrid, La Esfera de los Libros, 2011, 254 p. (nouvelle édition d’un livre publié en 2003).
  • Avec Pedro Rújula, Guerra de ideas. Política y cultura en la España de la Guerra de la Independencia, Madrid, Marcial Pons-Institución Fernando el Católico, 2011, 486 p.
  • Avec Eduardo González Calleja, Guerras civiles. Una clave para entender la Europa de los siglos XIX y XX, Madrid, Casa de Velázquez, 2012, 173 p.
  • « El Rey de los carlistas. Reflexiones sobre las palabras, las personas y las cosas », dans IV Jornadas de estudio del Carlismo. Actas. “Por Dios, por la Patria y el Rey” : las ideas del carlismo, Pampelune, Gobierno de Navarra, 2011, p. 227-249.
  • « Blanc » (p. 99-100), « Canudos. La Guerre de la fin du monde » (p. 127-128), « Carlisme » (p. 136-141), « Charles VII » (p. 153-154), « Cours princières en exil. Venise » (p. 209-210), « Espagne » (p. 235-240), « Melchor Ferrer Dalmau » (p. 249-250), « Internationale blanche » (p. 307-311), « Montejurra » (p. 390), « Noir » (p. 403-404), et « Requeté » (p. 455-457), dans Dictionnaire de la contre-révolution, sous la dir. de Jean-Clément Martin, Paris, Perrin, 2011.
  • « Guerres civiles en Europe au XIXe siècle, guerre civile européenne et internationale blanche », dans Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, sous la dir. de Jean-Paul Zúñiga, Paris, Centre de recherches historiques-EHESS, 2011, p. 57-77.
  • « Peleas de familia : América y África en los Episodios Nacionales de Benito Pérez Galdós », dans Trans (it)Areas. Convivencias en Centroamérica y el Caribe. Un simposio transareal, sous la dir. de Ottmar Ette, Werner Macken-bach, Gesine Müller, Alexandra Ortiz Wallner, Berlin, Tranvía-Verlag Walter Frey, 2011, p. 126-143.
  • « Patriotismo y nacionalismos en la España de fines del siglo XX : José María Aznar y los discursos de la derecha (1990-1996) », dans Nacionalistas y nacionalismos. Debates y escenarios en América Latina y Europa, sous la dir. de Fortunato Mallimaci et Flumberto Cucchetti, Buenos Aires, Gorla, 2011, p. 207-232.
  • « Montejurra, 1976 : une fête fratricide dans un lieu de mémoire carliste », dans “Blancs” et contre-révolutionnaires. Espaces, réseaux, cultures et mémoires (fin XVIIIe-début XXe siècle) : France, Italie, Espagne, Portugal, sous la dir. de Bruno Dumons et Hilaire Multon, Rome, École française de Rome, 2011, p. 211-219.
  • « La novela de la Guerra de la Independencia : una aproximación a El 19 de marzo y el 2 de mayo, de Benito Pérez Galdós », dans Guerra de ideas. Política y cultura en la España de la Guerra de la Independencia, sous la dir. de Pedro Rújula et Jordi Canal, Madrid, Marcial Pons-Institución Fernando el Católico, 2011, p. 397-443.
  • « El carlisme : notes historiques i historiogràfiques », Lluc, n° 877, 2011, p. 16-19.
  • « El 11 de Septiembre : el origen de la Diada », La aventura de la Historia, n° 155, 2011, p. 36-39.
  • « Por una historia americana de la España contemporánea », Revista de Occidente, n° 365, 2011, p. 27-42.
  • « El Estado autonómico : reflexiones históricas sobre Cataluña y el nacionalismo catalán », Cuadernos de pensamiento político, n° 32, 2011, p. 59-71.
  • « Voluntarios españoles en guerras ajenas : todo por la causa », La aventura de la Historia, n° 161, 2012, p. 58-59.
  • « Liberales y papistas. Frente al espejo de Italia », La aventura de la Historia, n° 161, 2012, p. 60-63.
  • « Guerras civiles en Europa en el siglo XIX o guerra civil europea », dans Guerras civiles. Una clave para entender la Europa de los siglos XIX y XX, sous la dir. de Jordi Canal et Eduardo González Calleja, Madrid, Casa de Velázquez, 2012, p. 25-38.
  • « El futuro del republicanismo en España », dans El republicanismo de ayer y hoy. Culturas políticas y retos de futuro, sous la dir. de Fernando Martínez López et Maribel Ruiz García, Madrid, Biblioteca Nueva, 2012, p. 263-268.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jordi Canal, « Histoire de la contre-révolution en Europe au XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 232-234.

Référence électronique

Jordi Canal, « Histoire de la contre-révolution en Europe au XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21779

Haut de page

Auteur

Jordi Canal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals