Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens

Maurice Aymard
p. 263-264

Texte intégral

Maurice Aymard, directeur d’études (*)

Économies, sociétés et cultures du monde méditerranéen, XVe-XXe siècle

1Le fil conducteur du séminaire a été de poursuivre l’inventaire et l’analyse critique des différentes figures et représentations de la Méditerranée, périodiquement reprises et renouvelées. Le mouvement amorcé au milieu des années 1970 a pris une ampleur que personne ne prévoyait. Le livre de Fernand Braudel, que certains vouaient déjà au purgatoire des ouvrages et des auteurs désormais dépassés, a doublement changé de statut : en France même, il est lu désormais non seulement par les spécialistes mais aussi par le grand public cultivé, et la multiplication de ses traductions en a assuré une circulation mondiale. La Méditerranée occupe aujourd’hui dans la recherche en sciences sociales une place de premier plan : véritable laboratoire, toutes les expériences y sont à la fois possibles, légitimes et fructueuses, qu’elles portent sur le présent le plus actuel, ou sur un passé très lointain où la révolution néolithique a remplacé l’invention de l’écriture et de l’État rupture fondamentale.

2Parmi les pistes explorées au cours de cette année, deux seront retenues ici : la première est celle tracée en 1832 dans quatre articles publiés par le journal saint-simonien Le Globe par Michel Chevalier et regroupés en livre avec un titre Le système de la Méditerranée. La « paix définitive et universelle », dont a besoin l’Europe qui a pris conscience de « l’impossibilité de fonder un équilibre... par la guerre » (deuxième article), doit « être fondée par l’association de l’Orient et de l’Occident » (troisième article), dont « La Méditerranée va devenir le lit nuptial » ; une Méditerranée élargie à la mer Noire, mais aussi la Caspienne, et appelée à être unifiée par la construction de réseaux de chemins de fer qui vont abolir, à l’échelle du monde méditerranéen comme de l’Europe, l’obstacle des distances.

3Utopie sans aucun doute. Les chemins de fer ont bien contribué à abolir les distances, associés à la navigation à vapeur, dont les avantages économiques vont conduire à ouvrir la Méditerranée sur l’extérieur : la jonction avec la mer Rouge (1869) – un grand projet saint-simonien – et l’achèvement du canal reliant le Don à la Volga, et donc aussi bien à la Caspienne qu’au réseau de voies d’eau de la Russie d’Europe (1952) : un projet auquel Mehmet Sokollu avait dû renoncer en 1569 après l’échec de sa tentative de reprendre Astrakhan. Mais la paix universelle n’a pas été pour autant au rendez-vous : la Méditerranée reste plus que jamais un lieu de conflits et d’affrontements, notamment, mais pas seulement, entre l’Occident et l’Orient.

4La seconde piste nous est fournie par un épisode, peu connu, malgré le livre d’Elena Cassin (San Nicandro. Histoire d’une conversion, Paris, 1953, 2e. éd. 1993), qui a eu pour cadre une de ces agrovilles des Pouilles, aux limites du Gargano, San Nicandro, dont l’histoire, exceptionnelle car atypique, vient d’être présentée à nouveau par John Davis (The Jews of San Nicandro, Yale University Press, 2010) : quelques dizaines de paysans suivant l’enseignement d’un gourou-guérisseur et conteur local que la lecture de l’Ancien Testament, dont un exemplaire lui avait été remis par un prédicateur protestant, avait convaincu que la vérité se situait dans le judaïsme. Cette conversion revendiquée, malgré la méfiance des autorités fascistes et aussi des responsables juifs de Rome et de Turin, ouvre la voie, près de vingt ans après, à la reconnaissance de cette petite communauté, admise à la circoncision et au bain rituel, et à l’émigration vers Israël de la majorité d’entre les membres du groupe. Elle nous renvoie vers une histoire presque au ras du sol, généralement négligée, mais qui permet de saisir les individus et les petits groupes dans leurs choix et leurs parcours, qui prennent leurs libertés avec toutes les règles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Aymard, « Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 263-264.

Référence électronique

Maurice Aymard, « Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21803

Haut de page

Auteur

Maurice Aymard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals