Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Figures du pouvoir, rapports de parenté et sexualité

Maurice Godelier
p. 331-333

Texte intégral

Maurice Godelier, directeur d’études (*)

1La plus grande partie de l’année fut consacrée à l’analyse des quatre volumes des Mythologiques de Lévi-Strauss, ainsi qu’à La potière jalouse et à Histoire de lynx. Le but était d’abord de reconstituer le parcours de l’auteur le long des 439 mythes et de leurs variantes qui retrouvaient sous des formes diverses le thème du Dénicheur d’Oiseaux qui est celui du premier des 439 mythes. On passe ainsi des Indiens bororo de l’Amérique du Sud jusqu’aux Indiens du Nord-Ouest de l’Amérique du Nord.

2Un certain nombre de séminaires permirent la reconstitution de la boîte à outils qu’avait constituée Lévi-Strauss pour réaliser ce qu’il définissait comme l’analyse structurale des mythes. Ces outils sont d’une part des concepts utilisés pour décomposer et analyser le matériau des mythes et d’autre part des principes méthodologiques à mettre en œuvre pour les aborder à partir d’un certain nombre d’hypothèses concernant leurs structures.

3Les mythes, selon Lévi-Strauss, nous livrent un message énoncé dans un lexique qui correspond à un code choisi pour l’exprimer (code astronomique, sociologique, sexuel, etc.) et qui repose sur une armature. Celle-ci, souvent, est constituée d’un certain nombre d’oppositions binaires ou ternaires qui se développent par inversion, permutation, etc., en une succession de mythes qui forment entre eux un groupe de transformations. La méthode alors est de décomposer la chaîne syntagmatique des mythes en des colonnes composées de paradigmes isolés par l’analyste. On s’est efforcé de préciser les notions de schème mythique, d’opérateur, d’algorithme, d’homologie, de déduction empirique et de déduction transcendantale, etc., puis le recours par Levi-Strauss pour clore des groupes de mythes parfois à la notion de groupe de Klein et surtout à ce qu’il a baptisé « la formule canonique des mythes » à laquelle il a fait de plus en plus référence depuis sa première apparition dans l’Anthropologie structurale jusqu’à l’Histoire de lynx.

4Un certain nombre de prises de position théoriques de Lévi-Strauss ont fait l’objet d’une analyse critique : l’opposition qu’il élève entre mythe et rite, l’affirmation que les mythes se pensent entre eux et à travers Lévi-Strauss, l’exclusion sans justification réelle de l’analyse des mythes et rites des grandes civilisations amérindiennes, la définition partielle de la notion d’infrastructure amputée de toute référence aux rapports sociaux de production.

5De plus, les mythes sont des objets de croyance et comme ils se pensent entre eux, pour Lévi-Strauss, le fait de croire dans les mythes reste inanalysé car sans intérêt à ses yeux. Nous avons consacré deux séminaires à l’analyse des racines du croire en les intitulant : « L’impossible est possible ». Nous partions des éléments rassemblés par Jean Pouillon dans son livre Le cru et le su et par Roberte Hamayon dans plusieurs de ses articles. Nous nous sommes appuyés avant tout sur des extraits du Nouveau Testament et en particulier sur la formule « Heureux ceux qui croiront sans avoir vu ».

6Laurent Berger est venu présenter l’usage qu’il a fait de la formule canonique des mythes pour décrypter la séquence des rites de circoncision pratiqués par les Imerina de Madagascar ainsi que les mythes qui les fondent. Son analyse est l’une des seules qui démontrent vraiment l’efficacité analytique de cette formule pour certains cas, mais sans que la validité universelle que lui prêtait Lévi-Strauss ne soit encore démontrée.

7Enfin, le professeur Yungxiang Yan, de l’Université de Californie, nous a fait l’honneur et le plaisir de présenter en une conférence remarquable les résultats de ses recherches sur le développement de l’individualité en Chine contemporaine, travaux basés sur ses propres observations de terrain et sur une vaste connaissance des transformations les plus récentes de la société chinoise depuis l’époque maoïste.

8Conférences données par Maurice Godelier : 7 juin 2011 « Diversité des systèmes de parenté et des formes de famille ». Deuxième journée d’étude sur la parentalité, Parents d’ici, parents d’ailleurs. Amphithéâtre de l’IUFM/ENNA, place du 8 mai 1945, Saint-Denis. Organisateur : direction des solidarités et du développement social ; 14 novembre 2011 : Keynote address : « Is it possible to modernize without becoming westernized ? ». Dans le cadre du symposium « Business as usual ? » a symposium on multicultural experiences of industry in India and of Indian companies abroad with a focus on India and France. Ahmedabad, Inde ; 2 janvier 2012 « L’imaginé, l’imaginaire et le symbolique ». Intervention dans le cadre du séminaire « Culturel matérielle », musée du quai Branly ; 1er février 2012 « Systèmes de parenté et formes de familles ». Forum européen de bioéthique, du 30 janvier au 4 février, Strasbourg ; 1er avril 2012 « Identité et culture ». Participation au colloque de la Société de psychanalyse freudienne, du 31 mars au 1er avril 2012, Paris ; 29 mai 2012 : contribution de Maurice Godelier à la formation des magistrats, session « La place de l’enfant au sein des familles nouvelles », École nationale de la magistrature, Paris ; 11 juin 2012 « La mondialisation à partir de l’anthropologie », dans le cadre de « Les économiques », lycée Turgot, Paris.

Publications

  • The Metamorphoses of Kinship, Londres, Verso, 2012.
  • « La part du biologique est fantasmée », Alternatives économiques, Hors-série poche, n° 51, 2011, p. 137-140.
  • « Maurice Godelier. L’anthropologue, les hommes et les femmes », dans Manifeste féministe, sous la dir. de Laure Adler, Paris, Autrement, 2011, p. 65-77.
  • « Bodies, kinship and power(s) in the Baruya culture », Hau, vol. 1, n° 1, 2011, p. 315-344.
  • « Begetting ordinary hurnans », Hau, op. cit., p. 345-389, et « Begetting extraor-dinary humans », Hau, op. cit., p. 391-406.
  • « It takes politico-religious relations to make a set of human groups and individuals a society », Taiwan Journal of Anthropology, vol. 9, n° 2, décembre 2011, p. 1-15.
  • « Imaginer, c’est agir sur le monde qui nous entoure », Sciences et avenir, Hors-série, janvier-février 2012, p. 59.
  • « I Nuovi Compiti dell’Antropologia. Una scienza che nel mondo globalizzato deve impegnarsi per capire modi di pensare e di agire di altri gruppi umani », Prometeo, anno 30, n° 117, mars 2012, p. 114-125.
  • « Étranger, ennemi, ami, co-initié, parent. Un point de vue océanien », dans Katô Shûichi ou penser la diversité culturelle, coordination scientifique de Jean-François Sabouret, Paris, CNRS-éditions, 2012.
  • « Les fonctions de la parenté et le champ de la parentalité. Parents en devenir, parents à accueillir », Le Furet, n° 67, avril 2012, p. 12-14.
  • « Réflexions sur la nature et l’origine des monnaies, de la monnaie », dans Monnaie antique, monnaie moderne, monnaies d’ailleurs... Métissages et hybridations, sous la dir. de Patrick Pion et Bernard Formoso, Paris, De Boccard, 2012, p. 189-195.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Godelier, « Figures du pouvoir, rapports de parenté et sexualité », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 331-333.

Référence électronique

Maurice Godelier, « Figures du pouvoir, rapports de parenté et sexualité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21859

Haut de page

Auteur

Maurice Godelier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals