Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique du Brésil

Afrânio Garcia, Marie-Claude Muñoz et Vassili Rivron
p. 369-371

Texte intégral

Afrânio Garcia, maître de conférences
Marie-Claude Muñoz, ingénieure de recherche
Vassili Rivron, maître de conférences à l’IUT de Caen

Le lien national face à la mondialisation des échanges culturels

1Le séminaire de cette année s’est interrogé sur les symboles et les usages des liens nationaux avec la forte intensification des échanges culturels internationaux caractérisée comme « mondialisation ». Il est fréquent de constater le discours se réclamant des sciences sociales affirmant que ces liens sont destinés au dépérissement progressif, l’avenir étant perçu comme réduit à l’opposition entre le « global » et le « local ». La mise en question de cette prophétie nous a conduits à examiner les débats et les modes de fonctionnement de la recherche en sciences sociales traversant les scènes nationales et internationales et à étudier l’évolution récente du marché de diffusion musicale, érudite et populaire, notamment du fait des innovations dans les techniques de communication. L’observation attentive montre la persistance des formes intermédiaires d’appartenance sur des bases territoriales (régionales, nationales, continentales) ou autres (ethniques, claniques, religieuses) entre le local et le global. Parmi celles-ci, nous avons pu étudier les nouvelles modalités d’affirmation de l’appartenance nationale où les références à la tradition légitime ou ancienne vont de pair avec l’utilisation de nouveaux outils et formes d’expression disponibles au niveau international. Ceci nous a amenés à préciser les caractéristiques des agents capables d’opérer de telles hybridations et à réussir à les faire reconnaître de façon généralisée ou à les « faire passer dans les mœurs ».

2Afrânio Garcia s’est appuyé sur les études empiriques de la mobilité internationale des doctorants comme un révélateur des compétitions régionales et mondiales entre les institutions de formation de haut niveau, pour analyser les continuités et les changements des modes de pensée nationaux. En effet, l’implantation massive de formations doctorales au Brésil à la fin des années soixante, inspirées elles aussi des modèles nord-américains, a ouvert la voie de la professionnalisation à une vaste échelle d’un large éventail de carrières d’enseignants-chercheurs (anthropologues, économistes, politologues, philosophes, sociologues, historiens, etc.) et provoqué la recomposition significative des savoirs plus traditionnels (droit, histoire, théologie, etc.), Les problématiques plus récentes, et les catégories de perception qu’elles ont contribué à imposer, ont ouvert la voie à d’autres débats permettant d’affronter des défis à l’intérieur du pays (retour à des institutions liées au primat du droit, contrôle de l’hy-perinflation, combat à la misère, aux inégalités, à la violence, etc.), Ces questionnements permettent encore d’éclairer les modalités d’inscription de la collectivité nationale brésilienne dans l’espace international marqué par la « globalisation ». Néanmoins il ne faut pas oublier que le haut de la pyramide universitaire atteint des performances proches des centres intellectuels les plus avancés, tandis que l’enseignement primaire et secondaire n’arrive même pas à toucher l’ensemble des nouvelles générations. Le système éducatif a toujours été extrêmement sélectif, éliminant avant la fin du premier cycle la plupart des élèves issus des classes populaires, notamment les descendants d’esclaves ou ceux d’origine amérindienne. La démocratisation des chances de réussite scolaire demeure un des principaux enjeux politiques actuels, seul chemin permettant de doter chaque citoyen des outils cognitifs imposés par les délibérations sur l’avenir de la nation.

3Vassili Rivron a étudié les rapports entre la rapide évolution de l’Internet et les mutations du marché de la distribution et de la diffusion musicale. Les nouvelles formes de gratuité développées dans les réseaux informatiques (qui sont autant d’investissements rentables sur la très longue période) ont permis l’ouverture d’un espace d’interactions plus vaste de l’économie de la diffusion musicale, sans pour autant annihiler la territorialité des marchés dont les périmètres nationaux se sont progressivement recomposés sur internet. La filière du disque a été complètement bousculée, avec une chute expressive des ventes de CD traditionnels, provoquant la mobilisation des commerciaux contre les pratiques de partage de fichiers entre internautes, cherchant à stigmatiser de tels comportements, et obtenir une répression légale, les qualifiant comme « piratage ». Par contraste avec ses enquêtes précédentes sur le rôle de la radio dans la valorisation de la musique populaire brésilienne, décisif pour la constitution d’autres images de l’identité nationale, il a exploité l’hypothèse de l’importance fondamentale des techniques de communication pour l’élargissement du public intéressé par une pratique culturelle et pour provoquer des profonds changements du rapport entre musique savante et musique dite populaire. L’arbitraire de ces frontières a été dévoilé par la comparaison entre les carrières de deux maîtres d’orchestre, disposant d’un bagage solide en musique érudite – Villa Lobos et Radamès Gnatalli –, où le premier devient la référence majeure de la musique savante faisant écho aux thèmes folkloriques et à « l’âme brésilienne », tandis que le deuxième a doté les airs de samba, précédemment méprisés, des ressources techniques et instrumentales originaires du registre savant, élargissant le cercle des auditeurs prédisposés à l’accepter comme symbole national. La confrontation systématique des effets de la radio, sur les pratiques culturelles érigées en symboles nationaux, avec ceux produits par le net a servi à la démonstration de la coexistence de modalités différentes et contradictoires de faire usage des innovations en télécommunication. Pour l’heure il n’y a pas de stabilisation des réseaux autour d’une de ces virtualités des usages du net susceptible d’écarter toutes les autres. La fragilité des alliances et des clivages entre les multiples acteurs de ces nouveaux espaces de concurrence culturelle tient aussi à ce flou. La mise en évidence des nombreuses contraintes territoriales, des stratégies développées sur cette base et des modes différents de régulation par pays a contribué à faire voir les nouveaux terrains de mobilisation des liens nationaux.

4L’appel aux travaux de collègues reconnus par leur apport à des questionnements proches ou convergents, comme les interventions de Sérgio Miceli sur le champ littéraire en Argentine, de Fernanda Beiguel sur le concept de dépendance pour les échanges universitaires, de Raphael Benthiem sur l’espace des revues savantes portant sur le légat de l’Antiquité et les débuts des sciences sociales, de Roberto Grun sur la crise financière internationale et la gestion de son effet au Brésil, de Jean Pierre Faguer et de Stéphane Beaud sur la mise en scène des symboles nationaux dans les coupes du monde de football, suivis de commentaires de Johan Heilbron, Dominique Merllié et François Denord, a enrichi la réflexion. Ces séances de discussion des enquêtes en cours ont alterné avec celles consacrées à la lecture de la bibliographie indispensable à leur mise en œuvre, comme les textes de Mauss sur la nation et l’internationalisme. L’exposition des enquêtes menées par les étudiants a également permis de tester sur d’autres expériences nationales la pertinence de cette problématique, à l’exemple des études des festivals de rap en Afrique contribuant à la dignification des symboles politiques nationaux, de la patrimonialisation du flamenco associée à l’accroissement du tourisme en Espagne, de la description dense de toute sorte d’obstacles pour faire cesser les migrations sub-sahariennes vers l’Europe, des mobilisations étudiantes au Canada contre la marchandisation des études supérieures, sur les modes de sociabilité dans les maisons d’accueil d’universitaires à Paris.

Publications

Afrânio Garcia

  • « Stefan Zweig : profeta de la nacion brasilena », dans Políticas de la memoria, Buenos Aires, CeDinCi, 2011/2012, p. 193-203.
  • « Meninos de engenho : tradições e dramas familiares feitos símbolos da nacionalidade », Antropolítica, 30, Niterói, editora da UFF, octobre 2011, p. 21-47.
  • « Entre fardas, fantasias e figurinos matemáticos para simbolizar condutas humanas : a obra autobiográfica de Celso Furtado », dans El Recuerdo Letrado : escritura memorialística de artistas e intelectuales latinoamerlcanos del siglo XX, Buenos Aires, Museo Histórico Nacional, novembre 2011.
  • « Mobilité universitaire et circulation internationale des idées. Le cas du Brésil contemporain », Revue de synthèse, t. 132, 6e série, n°4, décembre 2011, p. 565-574.
  • Avec Leticia Canêdo et Kimi Tomizaki, Formação de elites brasileiras. Estratégias educativas e globalização, São Paulo, Hucitec, 2012.
  • « Apresentação », dans Formaçâo de elites brasileiras. Estratégias educativas e globalização, op. cit.
  • “Vantagens e armadilhas do atraso”, dans Formação de elites brasileiras. Estratégias educativas e globalizaçâo, op. cit.
  • Anne-Marie Thiesse, « Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique », Paris, Éditions de la MSH, 1997 présenté par Afrânio Garcia, dans Lire les sciences sociales, sous la dir. de Louis Pinto et Gérard Mauger, Paris, Belin, 2012, 6e tome.
  • « L’universalisation des sciences sociales confrontée au catholicisme : les jésuites et l’université en Amérique Latine (1950-1973) », compte rendu sur le livre de Fernanda Beigel, Misión Santiago. El mundo académico jesuita y los inicios de la cooperación internacional católica, Santiago, LOM Ediciones, 2011, 258 p., sous la dir. de Massimo Borlandi, Revue européenne de sciences sociales/European, Journal of Social Sciences, t. 50, n° 1, 2012, p. 289-292.
  • « Lygia Sigaud e a antropologia do direito », dans Cientistas brasileiros, São Paulo, SBPC-EDUSP, 2012.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Afrânio Garcia, Marie-Claude Muñoz et Vassili Rivron, « Anthropologie politique du Brésil », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 369-371.

Référence électronique

Afrânio Garcia, Marie-Claude Muñoz et Vassili Rivron, « Anthropologie politique du Brésil », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21890

Haut de page

Auteurs

Afrânio Garcia

Articles du même auteur

Marie-Claude Muñoz

Vassili Rivron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals