Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des sociétés andines

Gilles Rivière et Pascale Absi
p. 376-378

Texte intégral

Gilles Rivière, maître de conférences
Pascale Absi, chargée de recherche à l’IRD

Histoires, mémoires, identités

1Nous avons poursuivi plusieurs des thèmes abordés au cours des années antérieures en ce qui concerne, notamment, les formes d’ancrage de la mémoire sociale dans différents contextes andins, ruraux et urbains. Dans une première partie, nous avons longuement analysé les procédures à l’œuvre lors de l’intronisation des autorités traditionnelles dans les communautés aymaras, dégageant les éléments qui sont au fondement de l’autorité et du pouvoir. Dans de nombreux cas, cette intronisation, étalée sur plusieurs semaines, de la fin décembre jusqu’au Carnaval, est l’occasion de réactualiser les mythes de fondation dans le territoire et, en même temps, une période d’apprentissage de savoirs divers en rapport avec l’histoire et l’espace de la communauté. Chacun des thèmes traités (le contenu de l’autorité, les hiérarchies et les modes de légitimation, l’imbrication du politique et du religieux, le rapport entre être dirigeant, produire, et le statut de membre) a donné lieu à une comparaison avec d’autres formes de collectifs, urbains cette fois-ci (coopératives minières, organisation de commerçants), Mettre en évidence les ruptures et les continuités permit d’interroger l’impact de la migration rurale sur les pratiques et les représentations du travail en contexte urbain et de réfléchir sur le contenu du terme « andin ».

2Dans une seconde partie nous avons écouté plusieurs exposés de chercheurs et doctorants. Rosalia Martinez (Université Paris-8/Vincennes-Saint-Denis) a montré, à propos des communautés indigènes de la région de Sucre (Bolivie), que les pratiques musicales et chorégraphiques sont des expressions d’une mémoire collective qui, sans passer par des énoncés verbaux, cherche à s’inscrire dans les corps. L’exemple de la danse Palla permet ainsi d’interroger ce type de construction mémorielle, montrant comment les mouvements et les sons établissent des rapports avec le passé et, simultanément, réactualisent une manière d’appréhender le monde. L’imbrication cognitive entre différents langages esthétiques est revendiquée par les populations indigènes comme un élément central de leur identité. Laurence Charlier (post-doctorante) a analysé la capacité agentive de la pensée/mémoire des humains dans les ayllus Aymara et Khraracha (Nord-Potosi, Bolivie), Cette pensée est performative et constitue une mise en œuvre, un accomplissement. Analysant particulièrement les modalités des relations unissant les pentecôtistes à la divinité, elle a montré que les entités non humaines se trouvent affectées par cette pensée/mémoire (le yuya(a) qu’elle a très bien analysé dans sa thèse), s’interrogeant sur les conceptions et les usages de la « foi » évangélique et plus largement sur les caractéristiques ontologiques de « dieu » ainsi que sur l’interdépendance et les causalités qui le lient aux convertis. Céline Geoffroy (doctorante) a fait un exposé sur l’ivresse dans le contexte des rituels funéraires dans les villages quechuas des hautes vallées de Cochabamba. Elle a montré comment les morts boivent à travers les vivants, l’ivresse partagée étant nécessaire à la bonne marche du monde. Les défunts puisent (aspirent) dans les boissons et les aliments offerts à la fois force et énergie ce qui explique pourquoi après le « banquet » ceux-ci sont q’ayma (littéralement insipides), Cette constatation ouvre de nombreuses pistes de recherches en ce qui concerne l’ivresse dans différents contextes rituels et à la qualité des parts qui reviennent respectivement aux hommes et aux divinités. Il en va de même pour les métaphores et gestes à connotation sexuelle qui closent les rituels de la Toussaint, lorsque s’ouvre une période où les forces génésiques deviennent particulièrement actives.

3Silvia Rivera (Université de La Paz), professeure invitée, a tout d’abord analysé la politique indigène dans les Andes, entendue comme un processus de cristallisations symboliques successives qui contiennent des oublis et des espaces permettant aux subalternes d’agir. Elle a ainsi mis en évidence les tactiques et stratégies élaborées par les secteurs indigènes et populaires dans différents contextes. Dans une autre conférence, elle a analysé les potentialités de la politique féminine pour décoloniser la société, montrant qu’existe un tissu de mémoires parallèles (bilatéralité des systèmes de transmission des savoirs), S’appuyant sur le cas inca, étudié par Tom Zuidema, elle a montré que la politique officielle en rapport avec la sexualité et la parenté se perpétue depuis l’époque coloniale, subvertie par différents groupes et à différentes périodes (cas des cholas anarchistes de La Paz au XXe siècle, par exemple), Enfin, elle a mis en évidence l’articulation entre colonialisme interne et externe à propos des politiques mises en œuvre en ce qui concerne l’usage traditionnel de la feuille de coca (akhulliku), Celui-ci s’est développé dans le nord de l’Argentine, parmi une population non indigène, exemple de ce qu’elle définit comme frontière ch’ixi (métissage qui n’abolit pas ses composants) entre tradition et modernité. Les interventions de Silvia Rivera ont été précédées d’une séance introductive dédiée à la situation des subaltern studies et des études féministes dans le contexte politique et académique bolivien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Rivière et Pascale Absi, « Anthropologie des sociétés andines », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 376-378.

Référence électronique

Gilles Rivière et Pascale Absi, « Anthropologie des sociétés andines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21896

Haut de page

Auteurs

Gilles Rivière

Articles du même auteur

Pascale Absi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals