Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CRH – Centre de recherches historiques

Nicolas Hatzfeld, Marie-Élizabeth Ducreux, Christine Lebeau, Antoine Marès, Hinnerk Bruhns, Catherine Colliot-Thélène et Patrice Duran
p. 631-635

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Nicolas Hatzfeld, professeur à l’Université d’Évry
Xavier Vigna, maître de conférences à l’Université de Bourgogne

Histoire du travail, histoire ouvrière au XXe siècle : réflexions historiographiques

1Pour cette première année la démarche consistait à adopter des thèmes propres à permettre une mise en question des deux histoires mises en regard.

2Trois d’entre eux partent de points de vue parfois considérés comme périphériques. La focale centrée sur les ouvrières permet de suivre l’évolution des représentations, du simple oubli à l’idée de travail des femmes, puis à celle de travail féminin qui conduit à mettre en cause les rapports de genre. La réflexion sur les tensions entre traits féminins et ouvriers offre des pistes pour une pensée plus générale du rapport au travail et à la condition ouvrière. Centrée sur les migrants, une autre focale offre des ouvertures complémentaires. Entre les désignations de ce groupe comme marginal ou central dans le monde ouvrier, son étude combinant les processus migratoires et les parcours professionnels fait ressortir la variété des trajectoires en affinant les déterminants qui y contribuent. Pour ces migrants comme pour les femmes, la condition ouvrière est une modalité parmi d’autres du travail et de l’identité sociale. Le déplacement hors de cette condition complète cette mise en question. L’étude de positions non ouvrières dans la ville ouvrière de Lens met l’accent sur les porosités entre les situations socioprofessionnelles et les chevauchements de catégories (métiers, ethnies, résidences, etc.) qui distribuent les distinctions et les liens. Elle permet de penser plus finement la consistance d’un tissu social et de reformuler des hypothèses sur l’hégémonie sociale dans un territoire.

3Deux autres séances réexaminaient de l’intérieur la formation du groupe ouvrier. L’étude de la formation des conventions collectives qui émergent en 1936, donne l’occasion de mettre l’accent sur le long processus de construction des métiers, des emplois et des professions. Les spécialités, les hiérarchies et les inégalités qu’expriment ces accords sont le fruit de longues tractations entre acteurs sociaux. Les classifications et qualifications définies donnent un état des rapports de forces entre patronat et ouvriers. Elles montrent les modalités par lesquelles un accommodement inégalitaire se construit au sein de la classe sociale. Les conflits ouvriers sont un autre classique qui, à l’examen, s’avère beaucoup moins étudié qu’il n’y paraît. Les points forts de l’historiographie ont longtemps été ceux qui jalonnaient la formation de cette classe. Pour d’autres temps forts de conflictualité, au XXe siècle notamment, on en reste encore à de premiers travaux restés sans grande suite. L’épuisement de la perspective mouvementiste qui pesait sur les méthodes et les interprétations permet de rendre aux conflits leur puissance heuristique. La vitalité des travaux d’histoire sur les années 1968 est à cet égard un signe intéressant.

4Dans ce séminaire, la réflexion de fond passait par une forme d’inventaire avant recherche. Une première revue générale a été posée, de même qu’une première réflexion sur les partages, les chevauchements et les discordances entre les deux histoires mises en rencontre. Ces premiers acquis serviront de référence pour les points d’étape ultérieurs.

Marie-Élizabeth Ducreux, directrice de recherche au CNRS
Christine Lebeau, Antoine Marès, professeurs à l’Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne

Histoire comparée de l’Europe centrale de 1700 à nos jours. États, identités, populations et territoires

5Le séminaire, dont l’une des règles essentielles est de réunir contemporanéistes et modernistes, s’est concentré cette année autour de deux principaux axes structurants : celui de l’écriture de l’histoire, à la fois comme pratique épistémologique et comme objet d’analyse, et celui de la construction des savoirs, relevant de la dimension disciplinaire, de la dimension religieuse, de celle des savoirs d’État et de celle des représentations mémorielles, identitaires et des projections de connaissances dans les visions de l’altérité. Un premier ensemble de séances nous a amenés à travailler sur les fractures, les décompositions et recompositions dans l’Europe centrale du XXe siècle et, sur cette base, à réfléchir aux modalités de l’écriture de l’histoire en Slovaquie et en Hongrie, depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours (avec Paul Gradvohl, Étienne Boisserie, László Lajtai, Antoine Marès, Marie-Élizabeth Ducreux), et à aborder la question des politiques mémorielles et à resituer la place des musées à travers et au-delà des mouvements nationaux du XIXe siècle (Krzysztof Pomian, Antoine Marès, Marie-Élizabeth Ducreux), mais aussi à questionner, en s’interrogeant sur les trajectoires de quelques individus, la mise en place des connaissances diffusées sur l’Europe centrale et orientale en France depuis le XIXe siècle (Antoine Marès) et les présentations et interprétations françaises des violences ethniques dans l’ex-Yougoslavie (Anne Madelain, Bernard Lory), Pavel Himl, discuté par Jacques Revel, a développé une enquête inédite suivant, en Bohême du Sud, en Franconie, en Autriche et en Hongrie, les traces d’une vagabonde au début du XVIIIe siècle, pour s’interroger sur l’apport des cas exceptionnels et des « histoires » situées à l’écriture d’une histoire générale. Un second groupe de séances a concerné, toujours autour d’une attention à la construction et à la transmission de savoirs spécifiques, d’une part l’histoire de la noblesse en Hongrie, saisie soit à travers une méthode de reconstruction de la mobilité sociale de la noblesse moyenne (Olga Khavanova, avec Claude Michaud et Christine Lebeau), soit en se concentrant sur une famille de magnats, les Esterházy entre 1790 et 1848 (Mathieu Aubert, avec Claude Michaud et Christine Lebeau), de l’autre la formation du clergé ruthène en Pologne Lituanie (Laurent Tatarenko), et l’éducation de l’empereur Charles VI dans la perspective de la formation des princes européens à la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècles (János Kalmár, avec Grégoire Salinéro).

Hinnerk Bruhns, directeur de recherche émérite au CNRS
Catherine Colliot-Thélène, professeur à l’Université Rennes-I
Patrice Duran, professeur à l’ENS-Cachan

Autour de Max Weber

6Au cours de l’année ont été abordées, dans différents domaines des sciences sociales, des questions relevant des œuvres de Max Weber et de ses contemporains, ainsi que de leur postérité au cours du vingtième siècle.

7Trois séances ont été consacrées à l’actualité éditoriale dans le champ des études wébériennes. À partir de l’ouvrage Les sciences camérales : activités pratiques et histoire des dispositifs publics, sous la dir. de Pascale Laborier, Frédéric Audren, Paolo Napoli et Jakob Vogel, Paris, PUF, 2011, Pascale Laborier et Paolo Napoli ont présenté un exposé sur Des sciences camérales à l’analyse de la bureaucratie chez Max Weber. Hinnerk Bruhns a rendu compte des recherches récentes sur le voyage américain de Weber, ses liens familiaux avec le monde anglo-saxon et sur la réception de l’œuvre aux États-Unis (Lawrence A. Scaff, Max Weber in America. Princeton University Press, 2011 ; Guenther Roth, Max Webers deutsch-englische Familiengeschichte 1800-1950, Tübingen, Mohr-Siebeck, 2001), La récente parution, dans la « Max Weber-Gesamtausgabe », du volume sur le droit, sous la direction de Werner Gephart et de Siegfried Hermes, a été l’occasion d’organiser, en coopération avec l’Institut d’études avancées de Paris, une table ronde sur « Max Weber entre sociologie et théorie du droit », avec des exposés de : Werner Gephart, (« Les textes de Weber sur le droit. Un chapitre du roman inachevé d’Économie et société »), François Chazel (« La Sociologie du droit de Max Weber à la lumière de l’Édition critique de la Max Weber Gesamtausgabe »), Jean-Louis Halpérin (« L’historien du droit aujourd’hui face à la Sociologie du droit de Max Weber ») et d’Olivier Beaud (« Qu’est-ce qu’un juriste peut apprendre de la lecture de la Sociologie du droit de Max Weber ? »).

8Trois chercheurs postdoctorants ont présenté leurs recherches dans le cadre du séminaire : Dans un exposé sur « Le fantasme de la communauté », Furio Ferraresi (Université de Bologne) a analysé la fonction des concepts et idées de Gemeinschaft (communauté) et Vergemeinschaftung (communautarisation) dans la vision weberienne de l’avènement de la modernité capitaliste. Max Weber a été présenté comme un penseur radicalement politique : le « fantasme » de la communauté se révélant être l’horizon infranchissable de la légitimation de l’époque moderne. Florence Hulak (IEA de Paris et Nosophi-Phico, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne) a présenté ses recherches sur « Max Weber et Marc-Bloch : du rapport entre histoire et sociologie » et Isabelle Darmon (Université de Manchester) a fait un exposé sur « Figures d’adaptation active et possibilités de confrontation du monde dans les sphères de vie contemporaines analysées par Max Weber ». Cet exposé a aussi été l’occasion de nouer des contacts avec le Max Weber study group of the British sociological association, coordonné par Charles Turner, Isabelle Darmon et Carlos Frade.

9L’étude « philologique » de textes de Weber a été abordée de deux manières. Hinnerk Bruhns a analysé, dans un exposé sur « Catégorie, concept, type et idéal-type », la logique de construction du chapitre « Concept de ville et catégories de ville » du texte posthume de Weber sur La Ville. Ensuite, un atelier de traduction a été organisé au sein du séminaire, afin de permettre une discussion collective, entre spécialistes et traducteurs, sur des problèmes spécifiques posés par des textes de Max Weber. Deux séances ont été consacrées à la retraduction de Die Stadt entreprise actuellement par Aurélien Berlan, une autre au projet de traduction de « Die drei reinen Typen der legitimen Herrschaft » par Jérémie Gauthier, sous la direction d’Yves Sintomer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Hatzfeld, Marie-Élizabeth Ducreux, Christine Lebeau, Antoine Marès, Hinnerk Bruhns, Catherine Colliot-Thélène et Patrice Duran, « CRH – Centre de recherches historiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 631-635.

Référence électronique

Nicolas Hatzfeld, Marie-Élizabeth Ducreux, Christine Lebeau, Antoine Marès, Hinnerk Bruhns, Catherine Colliot-Thélène et Patrice Duran, « CRH – Centre de recherches historiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/22165

Haut de page

Auteurs

Nicolas Hatzfeld

Articles du même auteur

Marie-Élizabeth Ducreux

Articles du même auteur

Christine Lebeau

Articles du même auteur

Antoine Marès

Articles du même auteur

Hinnerk Bruhns

Articles du même auteur

Catherine Colliot-Thélène

Articles du même auteur

Patrice Duran

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals