Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

IMM-CEMS – Centre d’étude des mouvements sociaux

Monique Dagnaud, Johann Michel et Gérôme Truc
p. 681-683

Texte intégral

Monique Dagnaud, directrice de recherche au CNRS

Industries culturelles et la culture de masse

1Mon séminaire s’est attaché à explorer les critères intervenants dans la création de la culture de masse, et à les soumettre à un regard critique (le contexte économique, les attentes supposées du public, la psyché et les projections intellectuelles des professionnels, leur mode de travail, leur monde affinitaire, l’encadrement éthique et juridique), La réflexion sur le public, les questionnements sur la demande et les préférences collectives ont constitué un fil directeur du cours. L’État, par ses injonctions éthiques et l’encadrement réglementaire et financier qu’il installe, déroule un autre fil. Ces analyses concrètes sont reliées aux diverses théories qui ont été élaborées en sociologie des médias.

2Le séminaire, ainsi, a conduit les étudiants à explorer les diverses facettes de la culture de masse en s’appuyant principalement sur les industries de l’image (télévision, cinéma et internet), Nous avons débuté par une séance sur l’histoire des industries culturelles et des débats théoriques qu’elles ont occasionnés, notamment dans la première partie du XXe siècle. Une séance entière a été consacrée aux pratiques d’écran et à la question de la construction des goûts culturels, et une autre, à la spécificité des activités en réseaux sur internet. Une séance a porté sur les mécanismes sociaux et juridiques à l’œuvre dans la production des programmes de télévision. Une séance a exploré, sur un mode comparatif, les conditions d’apparition d’une industrie cinématographique d’envergure aux États-Unis, en Inde et en France. Enfin, une séance a été consacrée à la régulation des médias en comparant cinéma, télévision et internet.

Johann Michel, professeur à l’Université de Poitiers
Gérôme Truc, doctorant

Les épreuves de la mémoire collective

3L’organisation du séminaire alterne présentation des recherches en cours des responsables du séminaire et présentation des travaux de chercheurs extérieurs, jeunes doctorants ou chercheurs déjà confirmés. Comme les années précédentes, le séminaire s’est voulu interdisciplinaire, à la croisée de la sociologie, de la science politique et de la philosophie.

4Au cours de l’année, nous avons de nouveau exploré les différentes facettes de la production de mémoires publiques officielles. S’agissant du cas français, le séminaire a permis d’analyser les transformations des « régimes mémoriels » à l’époque contemporaine, en particulier la mémoire officielle de l’esclavage à l’échelle nationale (Johann Michel) ou à l’échelle locale (Claude Malon et Renaud Hourcade), les rapports entre les mémoires algériennes et les comportements politiques dans le cas des Pieds-noirs. S’agissant des expériences étrangères, le séminaire a permis d’aborder les politiques de la mémoire dans le cas de la construction d’un Musée de la mémoire au Pérou à partir d’outils conceptuels issus de la sociologie pragmatique (Antoine Courmont), C’est dans la perspective également d’une sociologie pragmatique que Juan Serrano est venu nous présenter ses travaux sur la construction d’une mémoire collective « à pied de fosse » dans l’Espagne post-franquiste. À partir d’un cadre conceptuel hérité de la filiation d’Halbwachs, Gérome Truc nous a notamment présenté ses recherches sur la fabrique de « Ground Zéro » comme lieu de mémoire.

5À travers l’étude de ces cas empiriques, il s’agit de donner en même temps aux étudiants des outils conceptuels et des modèles d’analyse qu’ils pourront mobiliser pour leurs propres recherches. C’est ainsi qu’au fil des séances, il a été notamment question de mobiliser les outils traditionnels de l’histoire savante, des outils épistémologiques à partir des travaux de Paul Ricœur (par exemple, l’intervention de Luca Possati sur le statut de la mémoire collective dans la philosophie de Ricœur), des outils sociologiques sur la base des travaux de Maurice Halbwachs et des modèles issus de l’analyse des politiques publiques (par exemple la présentation de Geoffrey Grandjean sur l’analyse politologique de la répression du négationnisme en Belgique).

6Le séminaire s’est achevé par la présentation-discussion d’un documentaire de Mickaël Foucault et de Maëlle Maugendre sur les mémoires croisées de deux réfugiés politiques espagnols.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Dagnaud, Johann Michel et Gérôme Truc, « IMM-CEMS – Centre d’étude des mouvements sociaux », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 681-683.

Référence électronique

Monique Dagnaud, Johann Michel et Gérôme Truc, « IMM-CEMS – Centre d’étude des mouvements sociaux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/22222

Haut de page

Auteurs

Monique Dagnaud

Articles du même auteur

Johann Michel

Articles du même auteur

Gérôme Truc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals